Culture Cannes 2018 : Alex Lutz métamorphosé en vieux chanteur ringard dans Guy (CRITIQUE)

18:35  17 mai  2018
18:35  17 mai  2018 Source:   programme-tv.net

Cannes 2018 : Jake Gyllenhaal et Carey Mulligan, couple qui part en fumée dans Wildlife (CRITIQUE)

  Cannes 2018 : Jake Gyllenhaal et Carey Mulligan, couple qui part en fumée dans Wildlife (CRITIQUE) L’acteur Paul Dano ouvre ce mercredi la Semaine de la critique cannoise avec Wildlife (Une saison ardente). Encourageant. Passage plutôt réussi de Paul Dano derrière la caméra. L’acteur de Little Miss Sunshine, Prisoners ou 12 Years a Slave a l’honneur d’ouvrir ce mercredi la Semaine de la critique du 71e Festival de Cannes avec sa première réalisation, Wildlife, adaptation du roman Une saison ardente de Richard Ford.

Cannes 2018 - Semaine de la critique : Jake Gyllenhaal en ouverture, Alex Lutz en clôture. © Apollo Films Cannes 2018 : Alex Lutz métamorphosé en Avec Guy , portrait de Guy Jamait, un vieux chanteur ringard qui a connu le succès des années 60 à 90, Alex Lutz réalise un tour de force

Guy , nouvelle réalisation d' Alex Lutz , dévoile ses premières images. Le long-métrage sortira au cinéma le 29 août 2018 . Cannes 2018 - Semaine de la critique : Jake Gyllenhaal en ouverture, Alex Lutz en clôture.

Cannes 2018 : Alex Lutz métamorphosé en vieux chanteur ringard dans Guy (CRITIQUE) © Apollo Films Cannes 2018 : Alex Lutz métamorphosé en vieux chanteur ringard dans Guy (CRITIQUE)

Présenté en clôture de la Semaine de la critique à Cannes, le deuxième film d'Alex Lutz, Guy, est une belle réussite. Sous la forme d'un faux documentaire, le portrait terriblement attachant d'une ancienne gloire de la variété, par son fils caché.

Avec Guy, portrait de Guy Jamait, un vieux chanteur ringard qui a connu le succès des années 60 à 90, Alex Lutz réalise un tour de force : nous toucher et nous faire rire, avec une caricature qui n'en est pas une, et sans jamais être méprisant ni céder aux facilités de la parodie. Une réussite qui tient à la formidable justesse de son jeu, à l'intelligence des dialogues et au procédé narratif employé… Gauthier (Tom Dingler), un journaliste trentenaire, apprend par sa mère qu'il est le fils illégitime de Guy Jamait, un chanteur de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises de ses tubes et de faire tournée de galas. Gauthier décide de le suivre dans son quotidien et ses concerts, sans lui révéler son secret.

Cannes 2018 : Zimna Wojna : guerre froide, coeurs ardents (CRITIQUE)

  Cannes 2018 : Zimna Wojna : guerre froide, coeurs ardents (CRITIQUE) Oscarisé pour Ida, Pawel Pawlikowski revient avec Zimna Wojna, une superbe romance torturée au coeur de la Pologne des années 50, qui a été présentée en compétition officielle ce jeudi 10 mai. À Cannes, la compétition bat son plein et a résolument mis le cap à l'Est. Après le très bel accueil réservé au russe Leto, voici Zimna Wojna (littéralement Guerre Froide) réalisé par le polonais Pawel Pawlikowski, déjà auteur du très remarqué Ida lauréat de l'Oscar du meilleur film étranger en 2015. Et ce nouvel opus risque bien de faire à nouveau parler de lui, tant ses qualité paraissent indéniables.

Cannes 2018 : " Guy ", l'exploit d' Alex Lutz en vieux chanteur ringard Par Jean-Francois Lixon @Culturebox Publié le 17/05/ 2018 à 11H26 Guy Jamet ( Alex Lutz )

Au casting de Guy , Alex Lutz sera entouré de Dani, Marina Hands, Elodie Bouchez et Tom Dingler. Sortie en salles le 29 août. Cannes 2018 - Semaine de la critique : Jake Gyllenhaal en ouverture, Alex Lutz en clôture.

Cannes 2018 : Alex Lutz, Carey Mulligan, Jack Gyllenhaal… Du beau monde pour la Semaine de la Critique

Guy Jamait s'adresse toujours, le regard franc, à la caméra de Gauthier. Celle-ci, maladroite, saisis sur le vif des instants de vérité. Derrière le masque de vieillesse d'Alex Lutx, Guy Jamait existe vraiment. On sait le talent de l'interprète de l'inénarrable Catherine du duo Catherine et Liliane sur Canal+, pour l'incarnation. Sous les traits formidablement réussis de ce chanteur septuagénaire, il est exceptionnel de justesse. Dans la voix trainante, le regard las, les gestes et la posture, il est cette ancienne gloire de la chanson d'amour qui a goûté à tous les plaisirs et ne vit plus que dans les souvenirs. Dans ce faux documentaire, il y a une authenticité qui touche au cœur. Guy est peut-être ringard, égocentrique et lourd parfois (il a la blague en dessous de la ceinture facile), mais il n'est dupe de rien. Guy continue de sillonner les routes de France pour ses galas, mais une profonde lassitude se lit sur ses traits fatigués, dans son air hagard et ses remarques désabusées. Il est prisonnier de son image de chanteur pour midinettes, une caricature au premier coup d'œil, au premier seulement.

Eddy de Pretto : descendu par un critique, il répond dans On n'est pas couché (VIDÉO)

  Eddy de Pretto : descendu par un critique, il répond dans On n'est pas couché (VIDÉO) Le chanteur Eddy de Pretto, qui était invité du numéro exceptionnel d'On n'est pas couché diffusé ce vendredi 11 mai, est brièvement revenu sur le portrait au vitriol qu'avait dressé de lui un journaliste de Libération en mars dernier. Après Julien Doré l'an passé, c'est Eddy de Pretto qui était chargé de clore en musique le numéro spécial Festival de Cannes d'On n'est pas couché, diffusé cette nuit du 11 au 12 mai sur France 2. Avant de monter sur scène, le chanteur, qui vient de fêter ses 25 ans, a rejoint autour de la table Laurent Ruquier et quelques-uns de ses invités, dont la critique de cinéma Guillemette Odicino.

Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu'il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de

Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu'il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de

Alex Lutz : qui est sa femme, Mathilde ?

Et tandis que la relation entre Gauthier, ce fils qui n'ose se dévoiler, et le chanteur, évolue, devient plus intime, de fausses images d'archives, parfaitement reconstituées, montrent cet ersatz de Claude François et Michel Sardou dans des émissions d'époque, chantant une bluette aux bras d'une compagne (Marina Hands et son irrésistible look années 80, Elodie Bouchez dans les années 70…). C'est drôle, tout comme l'est la femme de Guy Jamait (Pascale Arbillot), un peu ridicule avec ses chiens et sa passion pour l'"astrologie canine". Alex Lutz éprouve une vraie tendresse pour son personnage, et nous la transmet sans peine. Cette allégorie du temps qui passe et ne reviendra plus, empreinte de nostalgie, est émouvante, jamais pathétique.

Cannes 2018 : L’homme qui tua Don Quichotte, le conte tragi-comique truculent de Terry Gilliam, sort en salles (CRITIQUE) .
Chahuté par des déboires à répétition, L’homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam, a finalement pu être présenté à Cannes, et sort ce jour en salles. Notre avis. "Certains disent que je suis fou. Que je suis seulement habité par mes illusions". Cette phrase de Don Quichotte, Terry Gilliam pourrait tout autant se l’attribuer. Et pour cause : pendant près de 25 ans, la production de son film L’homme qui tua Don Quichotte, s’est vue malmenée par moult déboires et déconvenues, au point qu'on aurait pu penser que l’ex-Monty Python aurait fini par jeter l'éponge.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/culture/-104345-cannes-2018-alex-lutz-metamorphose-en-vieux-chanteur-ringard-dans-guy-critique/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!