The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Culture Pattinson survolté, Godard pastiché, Schwarzenegger en 3D : notre sélection cinéma

11:45  13 septembre  2017
11:45  13 septembre  2017 Source:   lemonde.fr

Robert Pattinson : Célibataire honoré à Deauville, il affiche son nouveau look

  Robert Pattinson : Célibataire honoré à Deauville, il affiche son nouveau look Venu en solo, l'acteur a reçu tous les honneurs au Festival du cinéma américain. Côté carrière, Robert Pattinson peut se targuer d'avoir le vent en poupe. Samedi 2 septembre, le chouchou du cinéma indépendant était la grande star du Festival de Deauville, événement lors duquel il a reçu tous les honneurs à l'occasion de la projection de son dernier film, Good Time (sortie le 13 septembre sur les écrans français).

Et cerise sur le gâteau, la sortie en version restaurée et en 3 D du film culte de James Cameron, Terminator 2 (1991), avec Arnold Schwarzenegger . Avec Robert Pattinson , Benny Safdie, Jennifer Jason Leigh (1 h 40). PASTICHE DE GODARD EN SALE GOSSE : « Le Redoutable », de Michel

Linda Hamilton revient dans Terminator : Pattinson survolté , Godard pastiché , Schwarzenegger en 3 D : notre sélection cinéma Chaq Il y a des types de 50 ou 60 ans ans qui tuent des méchants au cinéma , mais il n'y a pas d'exemple de ce genre pour les femmes. »

Chaque mercredi, dans La Matinale, les critiques du « Monde » présentent les meilleurs films à découvrir sur grand écran.

LES CHOIX DE LA MATINALE

Au programme cette semaine : l’ombre de Jean-Luc Godard plane à la fois sur le film des frères Safdie, une sorte d’À bout de souffle halluciné et survolté dans l’envers du décor américain, avec Robert Pattinson, et sur le film de Michel Hazanavicius, un portrait en demi-teinte du cinéaste en enfant colérique qui terrorise son entourage au nom d’un idéal fourvoyé, avec Louis Garrel. Et cerise sur le gâteau, la sortie en version restaurée et en 3D du film culte de James Cameron, Terminator 2 (1991), avec Arnold Schwarzenegger

Deauville 2017 : Robert Pattinson en grande forme au Kiehl’s Club

  Deauville 2017 : Robert Pattinson en grande forme au Kiehl’s Club L’acteur britannique a passé une journée riche en rebondissements hier«C’est incroyable l’accueil qui m’est réservé ici, je pense que je vais déménager à Deauville.» Après quelques heures passées en Normandie, Robert Pattinson est visiblement sous le charme. Au moment de recevoir un prix d’honneur pour sa déjà très prometteuse carrière, l’acteur britannique de 31 ans, était sur son petit nuage hier soir sur la scène du CID (Centre international de Deauville).

Pattinson survolté , Godard pastiché , Schwarzenegger en 3 D : notre sélection cinéma . Chaque mercredi, dans La Matinale, les critiques du « Monde » présentent les meilleurs films à découvrir sur grand écran.

Pattinson survolté , Godard pastiché , Schwarzenegger en 3 D : notre sélection cinéma . Bérénice Bejo amoureuse au bras de Michel Hazanavicius, président à Deauville. Pourquoi "120 battements par minute" doit représenter la France aux Oscars.

« À BOUT DE SOUFFLE » DANS L’ENVERS DU DÉCOR AMÉRICAIN : « Good Time », de Josh et Benny Safdie

Good Time s’inscrit dans ce qui n’est pas un genre à part entière, mais une typologie : la fuite en avant avec déficient mental. Le cinéma hollywoodien a réalisé sur le sujet quelques films qui restent durablement en mémoire : Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975), de Milos Forman, Birdy (1984), d’Alan Parker, Rain Man (1988), de Barry Levinson. Pour caractériser la version des frères Safdie, il faudrait imaginer qu’ils l’ont dirigée les doigts dans une prise de courant. Soit Nick, un grand gaillard rougeaud légèrement empêché. Soit Connie (Robert Pattinson), son frère impulsif qui l’aime d’un amour démesuré.

À la première séquence, Nick est engagé dans un dialogue lénifiant avec un psychiatre qui l’accueille dans son institution. À la deuxième séquence – sans transition autre que celle de Connie qui déboule comme un dingue dans la pièce et arrache son frère à l’emprise du médecin –, les frangins braquent une banque avec des stylos, se font illico courser par la police, qui met la main sur le pauvre Nick et le jette en prison, milieu qui ne lui réussira pas. La suite reste au niveau, on se croirait chez le jeune Godard, lâché le temps d’un trip dans l’envers du décor américain. Jacques Mandelbaum

PHOTOS - Robert Pattinson venu en célibataire à Deauville affiche son nouveau look

  PHOTOS - Robert Pattinson venu en célibataire à Deauville affiche son nouveau look L'acteur a été honoré par le festival de film américainSi l'acteur de 31 ans s'est montré très enthousiaste des hommages qui lui ont été rendus pour son très prometteur début de carrière, et le public charmé par son naturel et son humour, l'absence de FKA Twigs a été grandement remarquée. La compagne de Robert Pattinson depuis 3 ans n'a pas accompagné l'acteur à Deauville pour partager avec lui le bonheur de la reconnaissance qui lui a été accordée. Depuis quelques semaines, les rumeurs de séparation vont bon train et cette absence aurait tendance à confirmer l'information, malgré les démentis de Robert Pattinson.

Pattinson survolté , Godard pastiché , Schwarzenegger en 3 D : notre sélection cinéma . Box-office des films sortis le 13 septembre : Jennifer Lawrence devance de peu Tom Cruise. Anne Wiazemsky et Louis Garrel : Que reste-t-il de Godard ?

http://gallica.bnf.fr/services/ajax/action/export/ark:/12148/bpt6k36162v/f3.image Export d'une sélection .

Film américain de Josh et Benny Safdie. Avec Robert Pattinson, Benny Safdie, Jennifer Jason Leigh (1 h 40).

PASTICHE DE GODARD EN SALE GOSSE : « Le Redoutable », de Michel Hazanavicius

De la même manière qu’il prend le nom d’un cinéaste pour celui d’un sous-marin, Le Redoutable, hésitant entre le pastiche et le drame sentimental, le règlement de comptes et la nostalgie, n’est pas un film facile à circonscrire. Fidèle à une manière qui lui a réussi (d’OSS 117 à The Artist), Michel Hazanavicius s’y repose sur un matériau préétabli pour le démarquer, le contrefaire, le styliser. C’est un roman récent d’Anne Wiazemsky, ex-femme du cinéaste Jean-Luc Godard, qui lui sert ici d’épure. Un an après(Gallimard, 2015) raconte l’inexorable rupture du couple fraîchement uni au diapason des événements de Mai 68.

Le réalisateur restitue cette fin agitée des sixties avec une légèreté pop, poussant l’art du clin d’œil jusqu’à reproduire certains effets de style godardiens dans sa mise en scène conjuguée d’un amour qui se délite et d’une société qui se fissure. Le Redoutable brosse surtout, avec Louis Garrel dans le rôle-titre, le portrait d’un enfant colérique qui terrorise son entourage au nom d’un idéal fourvoyé, en même temps que celui d’un artiste qui tourne le dos à son public. Il n’est pas certain, toutefois, que ce procès rende complètement justice à la vérité. J. M.

Le redoutable Jean-Luc Godard prépare un nouveau film pour 2018

  Le redoutable Jean-Luc Godard prépare un nouveau film pour 2018 VIDÉOS - Le cinéaste prépare dans le plus grand secret un long-métrage qui devrait s'intituler Image et Parole. Cultivant l'ambiguïté, comme à son habitude, le réalisateur du Mépris a dévoilé une bribe de scénario : «Rien que le silence, rien qu'un chant révolutionnaire»Chaque année, il est l'Arlésienne de la Croisette. En 2017, il était en compétition au Festival de Cannes. Enfin, sous les traits de l'acteur de Louis Garrel, héros du Redoutable, portrait rieur d'un cinéaste qui ne plaisante jamais avec les images. Jean-Luc Godard ne s'est d'ailleurs pas privé de commenter le film de Michel Hazanavicius. Une initiative ridicule selon le réalisateur du Mépris.

Angleterre), Alexis Campion (Journaliste, Journal du Dimanche), Rémi Don Carli (Journaliste, Nice Matin), Christine Masson (Journaliste, France Inter), Pierre Todeschini (Rencontres du cinéma italien La sélection finale du Certain Regard Deux films complètent la Section Un Certain regard

Nolan c'est du cinéma populaire et réac (le batman3), Godard c'est du cinéma élitiste. Dans les 2 cas je n'aime ni l'un ni l'autre. Étonnant de voir aussi peu de critiques positives au sujet d'un grand monsieur du cinéma comme Godard .

Film français de Michel Hazanavicius. Avec Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo, Micha Lescot (1 h 42).

« HASTA LA VISTA BABY », LE RETOUR : « Terminator 2 » (3D), de James Cameron

Terminator 2, qui ressort aujourd’hui en salle dans une version restaurée et convertie en 3D, faisait basculer en 1991 le cinéma dans une ère nouvelle dont James Cameron allait devenir le grand manitou, ère numérique fluide dans laquelle les images se sont défaites de leurs liens avec la réalité. À la brutalité industrielle très « années 1980 » du premier volet, le deuxième opposait une texture à la fois froide et sucrée qui s’apprêtait à engloutir tout le cinéma hollywoodien, ouvrant la voie aux blockbusters hors sol qui saturent aujourd’hui les écrans du monde entier.

Le visage glabre, terriblement inexpressif sous ses Ray-Ban miroir, moulé dans son uniforme de flic de la route impeccable, le T-1000 est envoyé sur Terre pour tuer John Connor l’année de ses 10 ans. Reprogrammé depuis le futur par John Connor pour se protéger lui-même, un vieux Terminator (Arnold Schwarzenegger) lui emboîte le pas.

Précurseur sur le plan visuel, le film témoigne d’une formidable prescience historique. Alors que l’entreprise d’armement russe Kalachnikov a présenté au monde sa nouvelle génération de robots armés, que les grandes puissances sont de plus en plus nombreuses à investir dans des programmes de recherche et développement d’unités de combat robotisées, son scénario cauchemardesque paraît moins allégorique en 2017 qu’au moment de sa sortie.

Plus angoissant, en un sens. Même si l’angoisse se dissout rapidement dans un propos humaniste optimiste, dans son florilège de répliques doudous (« Hasta la vista baby »…) et plus encore dans la charge affective dont sont porteurs ses trois personnages principaux, Sainte Famille des temps modernes sacrifiée pour le salut de l’humanité. Isabelle Regnier

Film américain de James Cameron (1991). Avec Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Edward Furlong (2 h 15).

Anne Wiazemsky et Louis Garrel : Que reste-t-il de Godard ? .
Anne Wiazemsky fut la muse, la compagne du réalisateur et surtout l’inoubliable héroïne de « La Chinoise ». Louis Garrel incarne le cinéaste dans « Le redoutable », de Michel Hazanavicius. Jeune femme, elle a été la compagne de Jean-Luc Godard, le plus révolutionnaire des réalisateurs, et a raconté leurs plus belles années dans deux livres (« Une année studieuse » et « Un an après ») qui servent aujourd’hui de point de départ à la comédie-pastiche de Michel Hazanavicius, « Le redoutable ».

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/culture/-61086-pattinson-survolte-godard-pastiche-schwarzenegger-en-3d-notre-selection-cinema/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!