Culture Stephen King se met les clowns à dos

23:01  13 septembre  2017
23:01  13 septembre  2017 Source:   Rolling Stone

Le succès monstre de "Ça" témoigne de la peur primale des clowns

  Le succès monstre de L'Association mondiale des clowns, alarmée par l'imminente sortie de "Ca", s'est fendue d'un communiqué pour défendre les saltimbanques qui ne veulent que faire sourire les gens. L'adaptation sur grand écran d'un roman d'épouvante de Stephen King, "Ca", avec le maléfique personnage de Pennywise, écrase le box-office nord-américain de ses records de ventes en salles, et confirme que les clowns sont au moins aussi horribles que drôles.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Les clowns se rebellent. L’association mondiale des clowns accuse Stephen King d’avoir entaché la réputation du métier avec son livre – puis les films – Ça (It en version originale)

L’Association mondiale des clowns s’est confiée au Hollywood Reporter. Le WCA (World Clown Association) reproche à l’auteur d’avoir créé un personnage terrifiant, associé aux clowns. Selon l’association, le personnage de Pennywise, héros de Ça, entache l’image des clowns auprès des plus jeunes. Pennywise est un personnage de science-fiction qui revêt un costume de clown terrifiant. On est donc loin de l’image joyeuse et fantasque des Auguste et autres contre-pitres !

"Ça", "Jessie", "Castle Rock"... à 70 ans, Stephen King reste une source inépuisable pour Hollywood

  Stephen King fêtera son 70e anniversaire jeudi 21 septembre, le lendemain de la sortie en France de "Ça", nouvelle adaptation hollywoodienne de l'une de ses oeuvres phares. Malgré ses 70 printemps, l'auteur américain passé maître en matière d'horreur et de suspens demeure l'un des auteurs les plus adaptés au petit comme au grand écran. Inutile de le présenter. Stephen King c'est plus de 40 ans de carrière et plus de 350 millions de livres vendus aux quatre coins du globe. Depuis son premier roman, "Carrie", paru en 1974, ce natif du Maine a pondu plus de cinquante romans, dont "Shinning", "Misery", "Le Fléau", "La Tour sombre" ou "La Ligne verte".

Pour l'enseignement secondaire et fondamental, préparations, ressources pédagogiques en ligne, cours, leçons et séquences didactiques pour les professeurs et enseignants

Pages. Page 1 (1.PDF). Claim c/o Pano Stephens .

Stephen King se met les clowns à dos© Warner Bros Stephen King se met les clowns à dos

Selon Pam Moody, présidente du WCA et clown de profession, ses confrères auraient désormais du mal à trouver des emplois à cause de la peur des gens suscitée par les clowns. « Les gens ont décidé d’annuler des spectacles scolaires et municipaux. » Une coulrophobie alimentée par le film d’horreur Ça, qui sortira le 20 septembre et qui tire son scénario des aventures écrites par Stephen King. L’auteur a d’ailleurs utilisé son compte Twitter en avril dernier pour se défendre des accusations de la profession : « Les clowns sont en colère. Désolé, la plupart d’entre eux sont super. Mais… les enfants ont toujours eu peur des clowns. Ne tirez pas sur le messager »

Ces dernières années, des incidents impliquant des personnes déguisées en clown avaient terrorisé la population américaine et dans le Nord de la France. Des réactions que Pam Moody regrette. Celle-ci rapporte un incident survenu il y a peu à l’un des membres de l’association : en attendant dans sa voiture avant de se rendre à un anniversaire où elle avait été chargée de l’animation, une clown a eu la surprise de se voir entourée de policiers. « Elle a regardé autour d’elle et quatre officiers de police entouraient son véhicule. Quelqu’un dans le quartier avait appelé la police à la vue de son déguisement de clown.«

American Horror Story : Cult - Un American Nightmare anti-Trump à la sauce Ryan Murphy .
Comme à chaque nouvelle saison, American Horror Story fait peau neuve. Cette septième salve constituée de 11 épisodes et intitulée "Cult" ("Secte) promet d'être politique, prenant pour point de départ l'élection de Donald Trump, vécue par beaucoup d'américains et le reste du monde comme un véritable cauchemar. Tel le serpent qui fait sa mue, Sarah Paulson endosse un nouveau costume taillé sur mesure, celui d'une américaine démocrate et lesbienne en pleine crise de nerfs, dont les traumatismes et phobies sont réveillés lorsque son pays bascule du côté obscur de la force. Après une sixième saison - Ronaoke- très méta, où la télévision et son univers impitoyable étaient parodiés et égratignés à l'extrême, Ryan Murphy et son équipe s'attaquent à nouveau au présent et au réel avec, comme toujours, l'ambition d'effrayer tout en racontant l'Amérique, ses fantômes et ses paradoxes. Le premier épisode est-il à la hauteur ? La première série officiellement anti-Trump Si de nombreuses séries depuis l'arrivée de Trump au pouvoir se sont fendues de blagues ou de discours passionnés sur le sujet, aucune n'avait encore osé faire reposer l'ensemble de son intrigue dessus. Il reste toutefois à prouver qu'il ne s'agira pas que d'une toile de fond ou d'un élément déclencheur car, si les 7 premières minutes de ce premier épisode y sont consacrées, la suite semble s'en défaire.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/culture/-61248-stephen-king-se-met-les-clowns-a-dos/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!