Culture Kim Kong avec Jonathan Lambert : "ce n'est pas une série sur la Corée du Nord"

09:35  14 septembre  2017
09:35  14 septembre  2017 Source:   MSN

La Corée du Nord a laissé un photographe étranger filmer Pyongyang depuis les airs

  La Corée du Nord a laissé un photographe étranger filmer Pyongyang depuis les airs <p>Un photographe singapourien a pu filmer et photographier Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord, depuis les airs. Un événement assez exceptionnel pour un pays qui contrôle énormément l'image qu'il renvoie au monde.</p><div><strong><br></strong></div>La Corée du Nord a offert à un photographe étranger la chance de sa vie : monter dans un avion pour photographier et filmer le pays – habituellement très fermé sur lui-même – depuis les airs.

Média. Auteur/Compositeur : Pierre Huet, John McGale. Album : Les 20 plus grands

Oops! Cette page ne peut pas être trouvé. Il ressemble à rien n'a été trouvé à cet endroit. Peut-être essayer un des liens ci-dessous ou une recherche?

Diffusée à partir du 14 septembre sur Arte, "Kim Kong" met en scène Jonathan Lambert en cinéaste contraint de réaliser un film de propagande pour une dictature asiatique. Nous sommes allés à la rencontre de l'équipe de cette mini-série étonnante !
"Kim Kong n'est pas une série sur la Corée du Nord". A la rencontre de la presse lors d'un déjeuner organisé au Café des Editeurs à Paris, les scénaristes Simon Jablonka et Alexis Le Sec, le réalisateur Stephen Cafiero et les comédiens Jonathan Lambert et Christophe Tek nous ont présenté Kim Kong, la mini-série événement d'Arte.

Réalisateur de nanars d'action qu'il désavoue, Mathieu Stannis (Jonathan Lambert) est sur le point de tout laisser tomber. Mais alors qu'il déprime tout seul dans sa chambre d'hôtel, il est kidnappé par les sbires d'un dictateur pour mettre en scène un film de propagande anti-américain inspiré de King Kong.


Étalé sur trente jours, le tournage de la série s'est fait en studio du côté d'Épinay-sur-Seine, puis en Thaïlande pour les prises de vue en extérieurs. Afin d'éviter "l'acte politique", mais aussi d'un point de vue pratique parce qu'un grand nombre de comédiens la parlent, c'est le mandarin qui a été choisi pour être la langue officielle du Commandeur. Un choix qui aura toutefois demandé aux acteurs beaucoup d'application, et surtout empêché toute improvisation du texte.

Qu'à cela ne tienne puisque les comédiens ont malgré tout bénéficié d'une grande liberté quant à leur interprétation, le réalisateur Stephen Cafiero ayant même encouragé ses acteurs à jouer plusieurs versions d'une même scène pour bénéficier au montage d'un plus vaste choix de prises.

Top of the Lake, Fiertés, Transferts : Arte dévoile sa sélection séries pour la saison 2017-2018

Essais nucléaires nord-coréens : le risque de pollution radioactive suscite l'inquiétude à la frontière avec la Chine

  Essais nucléaires nord-coréens : le risque de pollution radioactive suscite l'inquiétude à la frontière avec la Chine Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer lundi sur de nouvelles sanctions sévères contre Pyongyang, qui multiplie les essais nucléaires. En Chine, l'inquiétude gagne les populations qui vivent près de la frontière avec la Corée du Nord. © Fournis par Francetv infoLe Conseil de sécurité de l’ONU est appelé à voter, lundi 11 septembre, une huitième série de sanctions contre le régime de Pyongyang, qui continue de défier le monde avec ses essais nucléaires.

Veuillez saisir le code pour accéder au lien de téléchargement.

Partager sur facebook. Partager sur Twitter. Aucun partage. Jonathan Lambert est étonnant en cinéaste dépressif dans Kim Kong , une satire du régime nord -coréen qui manque malheureusement de peps. Par Alexandre Buyukodabas. Suivre @alexandreodabas.

Pour Jonathan Lambert, qui ironiquement jouait sur scène son one-man showLooking for Kim parallèlement au tournage de Kim Kong, le rôle de Mathieu Stannis a été, selon ses mots, une sorte de contre-emploi dans le sens où il ne s'agissait pour une fois pas de se déguiser mais aussi de savoir passer du comique au dramatique, parfois même au sein d'une même scène.

Parce qu'il ne s'agissait pas d'en faire une série politique donc, et malgré les nombreuses références faites à la Corée du Nord, l'action de Kim Kong a été située dans un pays fictif. En revanche, l'intrigue est tirée d'une histoire vraie : en 1978, Kim Jong-il ordonne l'enlèvement du cinéaste sud-coréen Shin Sang-ok et de sa femme Choi Eun-hee, pour réaliser Pulgasari, une oeuvre de propagande très largement inspirée du blockbuster nippon Godzilla.


A la tête d'un budget conséquent et d'une équipe essentiellement composée de techniciens japonais également enlevés par les services secrets nord-coréens, le couple va toutefois réussir à s'échapper lors d'une tournée promotionnelle en Autriche, laissant à Kim Jong-il le loisir de superviser en personne la finalisation du long métrage.

Mais malgré l'évocation de ce fait divers, Kim Kong n'est donc pas une série sur la dictature nord-coréenne mais au contraire une réflexion sur la création, et sur la notion de contrainte au service ou non de l'inspiration artistique.

Les trois épisodes de Kim Kong sont à découvrir ce soir sur Arte, et dès lendemain en replay sur Arte.fr

La bande-annonce de la mini-série Kim Kong avec Jonathan Lambert :

Contourner les sanctions avec des cyberattaques? .
Pyongyang aurait intensifié ses piratages virtuels pour contourner les sanctions de plus en plus fortes à son encontre, selon plusieurs experts en hacking.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!