Finance La Banque mondiale met en garde contre le protectionnisme

12:56  11 janvier  2017
12:56  11 janvier  2017 Source:   lefigaro.fr

Rothschild croqueMartin Maurel pour créer une nouvelle banque privée

  Rothschild croqueMartin Maurel pour créer une nouvelle banque privée Les deux établissements historiques sont désormais mariésL'opération a été réalisée par fusion-absorption de Martin Maurel via un échange de titres sur la base d'une parité de 126 actions Rothschild & Co par action de la Compagnie Financière Martin Maurel. La famille Maurel a reçu des titres et renforce ainsi sa présence au sein du concert familial élargi de Rothschild & Co, dont elle était déjà membre. L'opération a été financée à hauteur de 62% par l'émission de nouvelles actions, soit 6,1 millions d'actions nouvelles, et à hauteur de 38% par des facilités bancaires externes, soit un montant de 88,3 millions d'euros.

(FMI), a appelé jeudi les décideurs politiques mondiaux à ne pas céder au protectionnisme suite aux tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium annoncés par les Elle a lancé cette mise en garde alors que les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales du Groupe des 20 (G20)

(FMI), a appelé jeudi les décideurs politiques mondiaux à ne pas céder au protectionnisme suite aux tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium annoncés par les Elle a lancé cette mise en garde alors que les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales du Groupe des 20 (G20)

INFOGRAPHIE - La croissance va progresser en 2017, mais reste fragile.

figarofr: Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim. © Jose Luis Magana/AP Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim.

La croissance économique du monde sera particulièrement soumise, en 2017, au risque politique, s'accordent la plupart des économistes. Cette incertitude, alimentée par l'arrivée imminente de Donald Trump à la Maison-Blanche ou la montée des nationalismes en Europe, n'empêche pas la Banque mondiale de prévoir une accélération de l'activité planétaire cette année. Pour l'institution de Washington, qui publiait mardi soir ses dernières estimations, le PIB mondial va progresser de 2,7 % en 2017 contre 2,3 % en 2016.

Réforme bancaire : le comité de Bâle patine

  Réforme bancaire : le comité de Bâle patine La réunion des gouverneurs de banques centrales qui devait valider les nouvelles règles mondiales de solvabilité des établissements bancaires est reportée sine die. Le futur cadre réglementaire, appelé « Bâle IV », bloque sur l’opposition des banques européennes et japonaises face à un modèle jugé trop américain. Les Etats-Unis ont fait pression pour imposer des exigences plus strictes au niveau des capitaux requis, en particulier sur la prise en compte des prêts immobiliers.« Le Comité devrait terminer le travail dans un avenir proche », assure cependant cette instance.

L’Agence internationale de l’énergie a estimé, dans ses prévisions publiées aujourd’hui, que le protectionnisme pouvait engendrer une baisse de la production pétrolière mondiale , en ce qu’il L'Iran met en garde contre un retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire conclu en 2015.

L'économie mondiale se retrouve confrontée à « un degré anormal d'incertitude » après l'élection à la Maison-Blanche de Donald Trump, a regretté lundi le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Vitor Constâncio, mettant en garde contre les répercussions du protectionnisme voulu par

Les prévisions de la Banque mondiale sont traditionnellement inférieures d'environ un demi-point par rapport à celles du Fonds monétaire international (FMI), attendues la semaine prochaine, car la première tient compte des taux de change du marché, quand le second pondère les PIB nationaux en fonction des parités de pouvoir d'achat.

Par rapport à ses précédentes estimations, remontant au mois de juin, la Banque mondiale est légèrement plus pessimiste, puisqu'elle a retranché 0,1 % de croissance en 2016 et 2017. L'essentiel reste qu'elle table toujours sur une amélioration significative cette année. La dynamique viendra des pays émergents (3,4 %, contre 1,8 % pour les économies développées).

Asie : la hausse se confirme

  Asie : la hausse se confirme Alors que la Bourse de New York a inscrit une deuxième séance de hausse consécutive hier soir, sur fond d'optimisme pour les ventes automobiles, qui ont franchi un nouveau record en 2016 aux Etats-Unis, les places de la zone Asie-Pacifique restent bien orientées en ce début d'année... Ce jeudi matin, Bombay gagne 0,9%, Sydney prend 0,3%, Hong Kong grimpe de 1,4%, avec Singapour, Jakarta s'adjuge +0,4%. Seules les bourses de Seoul (-0,2%) et de Tokyo reculent (-0,4%), tandis que le yen remonte un peu sur les devises à 122,40/$ entre banques...

Jim Yong Kim Président de la Banque mondiale [Crédits photo : Jose Luis Magana / AP]. Bien sûr que le protectionnisme est mauvais, c’est connu, les USA ne font que ça et c’est pour cela que c’est mauvais.

BUENOS AIRES, 10 décembre (Xinhua) -- Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Roberto Azevedo, a averti dimanche que "la menace du protectionnisme reste présente" "Il y a beaucoup de missions en attente, beaucoup de sujets qui ne sont pas finalisés

La croissance va progresser en 2017, mais reste fragile. © Banque Mondiale La croissance va progresser en 2017, mais reste fragile.

Dette chinoise

Cette amélioration du paysage mondial s'explique en large partie parce que «beaucoup de grands pays rebondissent après une année 2016 difficile», souligne Franziska Ohnsorge, l'économiste qui supervise les questions de développement à la Banque mondiale. La Russie, le Brésil, le Nigeria ou encore l'Afrique du Sud devraient sortir de récession en 2017, détaille-t-elle. Ce retournement favorable est bien sûr lié, pour ces pays producteurs d'hydrocarbures, à la remontée des prix du pétrole et des matières premières au cours des douze derniers mois.

Parmi les économies émergentes, la plus grande, la Chine, va poursuivre son ralentissement. La Banque mondiale table sur une croissance de 6,5 % cette année, après 6,7 % en 2016, en ligne avec les objectifs officiels du président Xi Jinping. Il y a un an, un freinage brutal de la locomotive chinoise constituait la principale menace pour l'économie mondiale. «Le risque financier, alimenté par la dette très élevée des entreprises, existe toujours autant en Chine, commente Franziska Ohnsorge, mais l'État a les moyens de soutenir ses banques». Et, à quelques mois du 19e congrès du Parti communiste chinois, prévu au second semestre, qui doit conforter le pouvoir de Xi Jinping, l'homme fort de Pékin fera tout pour éviter tout dérapage économique.

La Banque mondiale n'a pas élaboré de scénario sur la politique que pourrait mener Donald Trump. Sans préjuger des tensions que le futur président américain pourrait provoquer avec la Chine ou le Mexique, elle estime que le protectionnisme a d'ores et déjà gagné du terrain en 2016. Et s'inquiète du ralentissement constaté du commerce international, l'un des moteurs de la croissance. Pour muscler l'activité, en particulier dans les pays émergents, la Banque mondiale fidèle à sa ligne, exhorte les États et les entreprises à investir davantage dans les infrastructures et la formation.

A Florange, Mélenchon défend son "protectionnisme social" .
Le candidat de la France insoumise était jeudi à Florange (Moselle), entouré de syndicalistes CGT d'Arcelor Mittal, pour défendre son "protectionnisme social". Et de s'attaquer à François Fillon, Emmanuel Macron et les candidats socialistes. © Fournis par JDD Jean-Luc Mélenchon, ici le 11 janvier au Mans (Reuters)Depuis Florange, Jean-Luc Mélenchon a rendu hommage aux "mains d'or", celles de de la chanson de Bernard Lavilliers qui forgent "l'acier rouge" et qui voudraient "travaillent encore".

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/finance/-34150-la-banque-mondiale-met-en-garde-contre-le-protectionnisme/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!