Finance Quelle gouvernance pour la NewCo d'Areva ?

15:31  11 janvier  2017
15:31  11 janvier  2017 Source:   Boursier

Areva : les augmentations de capital réservées se feront à 4,5 euros

  Areva : les augmentations de capital réservées se feront à 4,5 euros Le prix d'émission des actions nouvelles est fixéCette autorisation est par ailleurs assortie d'un certain nombre d'engagements de la part du groupe jusqu'à la fin de son plan de restructuration, c'est-à-dire fin 2019. Ceci couvre notamment l'obligation de ne pas procéder, sans validation préalable, à des acquisitions de participations dans des entreprises qu'il ne contrôle pas déjà, et de se désengager totalement de l'activité réacteurs. A cette échéance, ni Areva SA, ni NewCo ne conserveront de lien capitalistique avec New NP.

Les+lus. Le meilleur du web. Les partis pris. En images. Extra. Au hasard. Les blogs. MOOC Rue89. Siemens, l'ex-partenaire d ' Areva , tourne la page du nucléaire.

Nucléaire : après Areva , l'Etat à la rescousse d'EDF.

La gouvernance du futur Areva est au coeur des négociations pour l'entrée de nouveaux investisseurs au capital de la société, a révélé aujourd'hui le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue. L'entité qui sera recentrée sur le cycle du combustible nucléaire, dont le nom provisoire est "NewCo", aura plusieurs actionnaires minoritaires étrangers, car l'Etat ne veut pas financer seul la recapitalisation de l'entreprise. Areva avait révélé en décembre que deux investisseurs avaient proposé 500 millions d'euros pour prendre 10% de NewCo, sans les nommer. Des informations concordantes laissent malgré tout penser que ce sont MHI (Mitsubishi Heavy Industries) et JNFL (Japan Nuclear Fuel). Le chinois CNNC (China National Nuclear Corporation) est lui toujours en discussions, tandis que le russe Rosatom avait aussi manifesté son intérêt. La piste kazakhe, qui avait un temps été évoquée, paraît désormais moins crédible.

Sauvetage d'Areva : Bruxelles donne son feu vert mais sous condition

  Sauvetage d'Areva : Bruxelles donne son feu vert mais sous condition La Commission européenne a validé l'aide directe de l'État, mais son versement devra attendre l'autorisation pour la vente des réacteurs à EDF et une décision cruciale de l'Autorité de sûreté nucléaire. L'État a déjà vendu des parts d'Engie pour financer l'opération. Un conseil d'administration est prévu cet après-midi. © Christian Hartmann / Reuters/REUTERS figarofr Le sauvetage d'Areva vient de franchir une nouvelle étape cruciale. La Commission européenne a en effet donné son feu vert à une aide directe de l'État.

La page demandée n'est malheureusement pas disponible Cliquer ici pour retrourner à la page d'accueil Ou bienVeuiller utiliser le champ de recherche Niger : slogans anti- Areva lors d'une manifestation d'étudiants à Niamey.

Les assemblées générales de chaque souche ont notamment approuvé le projet d’apport partiel d’actif consenti par AREVA SA au bénéfice de NewCo relatif au transfert des activités du cycle du combustible nucléaire et des dettes obligataires (voir communiqué de presse du 30 août 2016). La demande de consentement du porteur unique de la souche 2018, libellée en Yen, est en cours, conformément au calendrier, et fait l’objet d’un processus bilatéral.

"Cette discussion se poursuit et tourne autour des questions de gouvernance (...) et des questions relatives à l'équilibre entre les différentes parties prenantes des investisseurs dits tiers", a expliqué Christophe Sirugue, dans une interview à Reuters. Concrètement, il s'agit de déterminer qui pourra siéger au conseil d'administration et par conséquent avoir voix au chapitre sur les questions importantes. Mais pour cela, encore faut-il que l'identité et les positions des actionnaires soient clairement identifiées.

La Cogema sans le combustible

Le projet de scission du groupe Areva passe par le regroupement au sein de NewCo de la totalité du périmètre des mines, la totalité du périmètre aval (recyclage, projets internationaux, démantèlement & services, logistique), une partie du périmètre amont (chimie & enrichissement) et la bioénergie. Sur ce périmètre, le groupe détiendra des positions solides, notamment dans les mines, avec environ 16% du marché mondial de l'uranium accessible, ce qui en fait le troisième acteur mondial derrière Kazatomprom (19%) et Cameco (18%) mais devant CNNC (4%). Il sera aussi bien implanté sur le marché de l'enrichissement, puisqu'il disposera de 7,5 MUTS de capacités par an, au troisième rang mondial derrière Rosatom (26 MUTS) et Urenco (18,9 MUTS). CNNC est aussi un acteur majeur avec 5,1 MUTS de capacités annuelles. EDF a vocation à récupérer une partie de l'activité amont (le combustible) et la totalité du périmètre de réacteurs & services (grands projets, base installée, fabrication et produits & technologie) à l'exception des instruments de mesure et de la branche propulsion & réacteurs de recherche, qui ont été cédées.

Reuters © Reuters Reuters

Energies - Sûreté nucléaire : «La situation actuelle est préoccupante» .
Alors que le système électrique est mis sous tension par la vague de froid qui s'est abatttue sur le pays, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient d'autoriser le report de l'arrêt prévu de deux réacteurs à Civaux (Vienne) et au Tricastin (Drôme). Dans un entretien à notre journal, le président de l'ASN, Pierre-Franck Chevet, dresse un bilan inquiétant de l'année 2016 en matière de sûreté nucléaire. Vous tirez un bilan alarmant de 2016. Pourquoi ? PIERRE-FRANCK

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!