Finance Pétrole: le prix du baril va-t-il exploser en 2017?

10:00  12 janvier  2017
10:00  12 janvier  2017 Source:   challenges.fr

Coup de pouce pour rouler plus vert en 2017

  Coup de pouce pour rouler plus vert en 2017 Parmi les mesures qui vont rentrer en vigueur à partir de l'année 2017, plusieurs concernent les automobilistes et la pollution émise par leurs véhicules. © Fournis par Francetv info Chaque nouvelle année apporte son lot de nouveautés. Le commun des automobilistes n'y échappe pas. Pour 2017, plusieurs dispositions vont directement toucher le porte-monnaie.Le carburant continue d'augmenterC'est la fin de la prime au diesel. La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques évolue. Le litre de gasoil augmente d'un centime, celui de l'essence diminue d'autant.

Boosté par l ’accord OPEP et non OPEP survenu à Vienne fin novembre, le prix du baril pourrait se situer autour des 70 dollars en fin d’année, selon certains spécialistes du secteur. Mais en République démocratique du Congo, si le roi dollar ne se calme pas, lui qui a atteint les 130 CDF à Kinshasa

Pourquoi le prix du pétrole remonte ? Car lorsque le baril va exploser à la hausse, et il le fera, il faudra avoir les reins solides. Le marché de la réalité virtuelle va encore exploser en 2017 . C’était déjà en frémissement l ’année dernière.

L'accord de Vienne va-t-il être respecté par les pays de l'OPEP et non OPEP?© Fournis par www.challenges.fr L'accord de Vienne va-t-il être respecté par les pays de l'OPEP et non OPEP?

Boosté par l'accord OPEP et non OPEP survenu à Vienne fin novembre, le prix du baril pourrait se situer autour des 70 dollars en fin d'année, selon certains spécialistes du secteur.

Actions dans cet article

JPMorgan Chase & Co

JPM

Le pétrole a le vent en poupe, le secteur en profite

  Le pétrole a le vent en poupe, le secteur en profite Total est proche du cap symbolique des eurosLe Brent a gagné 52,4% en 2016, après trois années de baisse. Il est désormais proche de ses sommets de la fin 2005. Sur 15 ans, entre 2002 et 2016, il a oscillé entre 18,41$ le 17 janvier 2002 et 146,08$ le 3 juillet 2008.

Le pétrole finira bien par remonter jusqu’aux 50 dollars le baril , il le fait toujours, mais quand ? Est-ce une opportunité pour 2017 ou un achat à éviter ? Quand le prix du baril va encore remonter, ceux qui seront placés vont faire des bénéfices énormes après avoir achetés les titres pour 3 fois rien.

Cours et prix du pétrole en direct Actualités du pétrole Analyses des prix du baril Prix des carburants Outils Pétrole en France: Paris va "étudier" la possibilité d'assigner en justice l 'industrie pétrolière. Compagnie pétrolière Statoil: Statoil renoue avec des bénéfices astronomiques en 2017 .

87,08
+0,65
+0,75%

Un vent d'optimisme souffle désormais sur le marché pétrolier. Depuis la réunion de Vienne, le 30 novembre, qui a vu les pays membres de l'OPEP et ceux qui en sont extérieurs, comme la Russie, parvenir à un accord historique, le cours de l'or noir a repris des couleurs. En un peu plus d'un mois, le prix du baril de brent, la référence européenne, est ainsi passé de 46 à 54 dollars. Quant au WTI, la référence américaine, il atteint aujourd'hui les 51 dollars contre 46 dollars le 30 novembre. Cette ascension va-t-elle se poursuivre? L'accord de Vienne sera-t-il respecté? Comment va réagir la demande? Voici les trois principaux enjeux pétroliers de l'année.

1. L'accord de Vienne sera-t-il respecté?

Les treize membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) se sont entendus le 30 novembre, à Vienne, pour réduire leur production de 1,2 million de barils par jour (sur 32,5 millions) du 1er janvier au 30 juin 2017, un semestre qui pourra être prolongé si le marché ne se rééquilibre pas. Parmi eux, l'Arabie saoudite est le pays qui fera le plus gros effort avec une réduction de sa production de 486.000 barils, devant l'Irak (210.000 barils). Quant aux Iraniens, qui doivent combler leur retard après la période de sanctions, ils pourront augmenter leur production de 90.000 barils mais c'est nettement moins que les 200.000 barils en plus qu'ils espéraient. De leurs côtés, les pays extérieurs au cartel se sont engagés à réduire leur production de 558.000 barils par jour. La Russie en sera le plus gros contributeur avec une baisse de 300.000 barils par jour. Au total, l'OPEP prévoit donc de retirer du marché un peu plus de 1,7 million de barils.

Gaz: pourquoi les tarifs réglementés vont sensiblement baisser en février

  Gaz: pourquoi les tarifs réglementés vont sensiblement baisser en février Gaz: pourquoi la facture va baisser en février

Pétrole : le prix du baril va - t - il exploser en 2017 ? Bordeaux: le millésime 2016 jugé "excellent", mais à quel prix ? |

Pétrole : le prix du baril va - t - il exploser en 2017 ? OPEP : le baril de pétrole sur la voie des 60 dollars. Economie .., Pétrole : accord historique de l’OPEP sur une baisse de la production à Alger.

Mais à l'heure actuelle rien n'indique que cet accord sera intégralement appliqué. Si certains pays respectent déjà totalement leurs engagements comme l'Arabie saoudite ou le Koweït, ou partiellement comme la Russie (Moscou a annoncé avoir retiré 100.000 barils du marché en janvier), d'autres semblent moins pressés. L'Irak, par exemple, a exporté de l'or noir à un niveau soutenu en décembre, laissant sceptiques les observateurs sur sa volonté réelle de limiter sa production. Ces derniers s'inquiètent aussi des intentions de l'Iran qui, pour écouler ses réserves, aurait vendu 13 millions de barils conservés sur ses navires en décembre. Des incertitudes qui ont suscité la méfiance des investisseurs ces derniers jours, le Brent et le WTI perdant plus de trois dollars depuis dimanche.

"Le volet non OPEP de l'accord peut être problématique car certains pays sont en déclin de production, ce ne sera donc pas évident pour eux de retirer des barils du marché, précise Olivier Rech, responsable de la recherche "Énergie" chez Beyond Ratings, ancien expert des "perspectives pétrolières" à l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Et puis le cas de la Russie pose question. En 2002, lors du dernier grand accord, les Russes n'avaient pas tenu parole". Toutefois, en décidant de retirer 1,7 millions de barils du marché, les pays pétroliers se sont laissés une marge importante. "Il suffit de retirer 1,2 million de barils du marché pour résorber d'ici moins d'un an la surproduction" poursuit Olivier Rech.

Pris par quelques inquiétudes, le marché pétrolier se replie fortement

  Pris par quelques inquiétudes, le marché pétrolier se replie fortement Les cours pétroliers ont fortement baissé lundi, le marché se laissant envahir par la crainte d'une offre élevée chez différents pays producteurs, même si certains observateurs jugeaient ce repli accentué par des considérations techniques.À Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a cédé 2,16 dollars à 54,94 dollars sur le contrat pour livraison en mars à l'Intercontinental Exchange (ICE).

Le prix du baril de Brent continue sa chute à l ’ouverture des bourses ce matin. Alors qu’ il avait clôturé à 70.1 dollars vendredi soir, le cours du pétrole a connu une chute brutale de plus de 3% ce matin, descendant à un moment jusqu’à 67.1 dollars le baril peu après 9 heures à la Bourse de

Parmi les dépenses des ménages qui ont littéralement explosé au cours des derniers mois, il y a le prix de l 'essence. La production d'hydrocarbure étant amenée à diminuer, le prix du baril de pétrole va constamment augmenter.

Et pour l'expert, une des raisons qui plaide en faveur d'un "respect global" de l'accord tient à la situation de l'Arabie saoudite, premier producteur mondial de brut qui a décidé quasi-unilatéralement fin 2014 d'inonder le marché pour préserver ses parts de marché face à la montée en puissance des producteurs de schiste aux États-Unis. "Riyad, dont les finances publiques ont été affectées par la baisse des cours, a un intérêt spécifique à ce que le marché se rééquilibre et dope les prix, estime-t-il. Début 2018, les Saoudiens doivent introduire en Bourse, 5% du géant pétrolier Aramco. Ils en espèrent 100 milliards de dollars. Plus le prix du baril sera élevé, plus cette introduction sera lucrative pour eux".

2. Le prix du baril va-t-il continuer à grimper?

Une remontée durable des prix dépendra fortement de la capacité des pays pétroliers à résorber le déséquilibre du marché et donc à tenir leurs engagements. Mais s'ils tiennent parole, le prix du baril devrait continuer de croître. "Je pense qu'il sera entre 65 et 70 dollars à la fin de l'année, estime Benjamin Louvet, spécialiste des matières premières chez OFI Asset Management. Le marché devrait se rééquilibrer en 2017 et les prix vont logiquement remonter. Mais ils ne devraient pas s'envoler. L'OPEP n'a pas intérêt à ce que les prix flambent, ce qui relancerait le pétrole de schiste aux États-Unis". Les producteurs américains de schiste qui ont subi de plein fouet la chute des cours, laissent en effet entrevoir des signaux encourageants depuis cinq mois mais la production n'a pas encore pleinement redémarrée. Si tel était le cas, la surproduction se rééquilibrerait moins rapidement et les prix serait moins portés à la hausse.

Asie : la parole à Donald Trump !

  Asie : la parole à Donald Trump ! Les marchés financiers sont suspendus à la conférence de presse prévue mercredi par le président élu des Etats-Unis. Les investisseurs espèrent des détails sur les projets économiques de Donald Trump. Le Nasdaq a franchi un nouveau record.En l'absence de publications notables sur le plan macro et micro-économiques, les investisseurs ont privilégié l'attentisme avant ce rendez-vous prévu à partir de 11H00 à New York aujourd'hui soit 17H00 à Paris...

Choisir cotation du baril de pétrole => BRENT ou WTI. Acheter le pétrole en Euro est- il un avantage ? Vers 2050 au plus tard nous devrions atteindre le Peak Oil c'est à dire qu' ensuite l 'offre mondiale de prétrole va baisser inéluctablement. baisser le prix du baril de pétrole au pire dès 1985, une

France: La cérémonie d'hommage au gendarme Arnaud Beltrame va se tenir mercredi aux Invalides, annonce l 'Elysée. En mai 2016, le prix du baril de pétrole est en légère hausse depuis que les opposants à la loi Travail bloquent les raffineries françaises.

Plus mesurée, la banque JPMorgan Chase prévoit de son côté un prix du baril à 56,25 dollars en 2017 pour le WTI. Celle-ci affirme notamment que les cours pourraient souffrir d’un dollar fort, qui pénalise les acheteurs de brut munis d’autres devises. Et souligne que les énormes stocks accumulés ces dernières années – 3,1 milliards de barils (dont 20% aux Etats-Unis), un niveau historiquement haut, restent à purger.

Les années 2018-2019-2020 sont également scrutées attentivement par les analystes. Comment et par qui seront produits les futurs barils alors que les gisements pétroliers perdent 5% de leur potentiel tous les ans? "C'est une question centrale car les investissements pétroliers sont de plus en plus faibles, répond Benjamin Louvet. Pour maintenir la production à son niveau actuel, les pétroliers doivent investir 630 milliards de dollars par an selon l'Agence internationale de l'Energie. Or en 2015, ils ont investi 450 milliards de dollars et moins de 400 en 2016. En 2017, cela devrait être encore moins. La production de pétrole va donc baisser en 2018 et le prix du baril pourrait très facilement remonter autour de 90 dollars à ce moment-là".

3. La demande restera-t-elle au même niveau?

La demande mondiale de pétrole augmentera plus fortement que prévu en 2017, a déclaré mi-décembre l'Agence internationale de l'énergie, tout en estimant qu'il était trop tôt pour évaluer l'impact de la baisse de production de brut décidée par les principaux pays pétroliers. Dans son rapport mensuel, l'AIE a précisé avoir révisé ses prévisions à la hausse du fait d'une réévaluation des consommations russe et chinoise. L'organisme basé à Paris a ainsi augmenté de 120.000 barils par jour sa prévision de hausse de la demande mondiale de pétrole pour 2016, la portant à 1,4 million de barils. Celle de 2017 a été relevée de 110.000 barils, à 1,3 million.

Enfin, conformément à l'accord de Vienne, la production de l'OPEP devrait baisser en 2017 de 1,2 million de barils par jour à 32,5 millions et celle de l'ensemble des pays non-Opep, dont les Etats-Unis, devrait croître elle de 0,2 million de barils par jour seulement en 2017, contre une anticipation précédente de 0,5 million.

Asie : du pour et du contre... .
Les principaux indices de la zone Asie-Pacifique ont terminé la semaine en ordre dispersé ce vendredi, avec un rebond de 0,8% à Tokyo et Singapour, ainsi qu'un gain de 0,4% à Hong Kong. Shanghai a en revanche perdu 0,3%, Seoul -0,5%, Sydney glisse de 0,7%, tandis que Bombay et Jakarta sont stables... Le secteur automobile est resté fébrile. L'action Fiat Chrysler Automobiles a plongé de 10% hier soir Wall Street après des accusations concernant une fraude aux émissions polluantes du même type que celle de Volkswagen...

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!