Finance La médecine prédictive peut-elle réduire les dépenses de santé ?

16:05  04 août  2017
16:05  04 août  2017 Source:   Le Figaro

Ipsen : fidèle au rendez-vous

  Ipsen : fidèle au rendez-vous Le laboratoire Ipsen a de nouveau confirmé qu'il avait le vent en poupe, en relevant ce matin ses objectifs 2017, en marge de la publication de ses résultats du premier semestre.La première moitié de l'année s'est soldée par une croissance de 18,8%, soit un chiffre d'affaires de 919,5 millions d'euros, accompagné d'un résultat opérationnel des activités qui atteint 240,5 ME, en progression de 25,7%. Au final, la marge opérationnelle atteint 26,2%, contre 25% un an plus tôt. Le bénéfice net consolidé des activités ressort à 169,2 ME, soit un gain de près de 16,2% en glissement annuel.

Cette fiche ne peut être correctement affichée ( elle n'existe pas/plus).

Les modèles prédictifs se développent à l'international et permettent de réduire les coûts liés à la santé. Mais ils peinent à trouver leur place en France.

figarofr: La médecine prédictive évalue, entre autres grâce à des algorithmes et des tests, le risque pour un patient de développer ou non une maladie. © JACQUES GRISON/Le Figaro Magazine La médecine prédictive évalue, entre autres grâce à des algorithmes et des tests, le risque pour un patient de développer ou non une maladie.

La santé prédictive fait de plus en plus parler d'elle, surtout à l'étranger. Une médecine qui, grâce aux nouvelles technologies et à la génétique, permet de prévoir les pathologies de chacun. De quoi davantage prévenir que guérir et donc réduire les coûts.

Depuis une dizaine d'années, les modèles prédictifs dans les parcours de soins progressent à l'international: Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas… L'institut statistique du ministère de la Santé, qui vient de publier une enquête à ce sujet, explique que dans ces systèmes, un capital-risque est associé à chaque individu. De ce capital, on estime à quel niveau de probabilité ladite personne peut transformer le risque en réalité, pour ensuite adapter les parcours de soins. Par exemple, pour les cancers familiaux, la médecine prédictive peut évaluer, notamment grâce à des algorithmes et des tests, le risque pour un patient de développer ou non la maladie.

Baisse de la concentration en spermatozoïdes dans les pays occidentaux

  Baisse de la concentration en spermatozoïdes dans les pays occidentaux Le nombre moyen de spermatozoïdes des hommes dans les pays occidentaux a chuté de moitié en quarante ans, selon une étude qui s'inquiète des conséquences pour la fertilité masculine, même si plusieurs spécialistes appellent à interpréter ces résultats avec prudence. Entre 1973 et 2011, la concentration en spermatozoïdes est passée en moyenne de 99 millions par millilitre de sperme à 47 millions, selon cette étude, publiée mardi dans la revue spécialisée Human Reproduction Update.

Faculté de Médecine et Sciences Pharmaceutiques (FMSP) de Douala.

Message d'erreur. Pour accéder à cette page, vous devez être connecté

«Les modèles prédictifs peuvent être utiles à l'amélioration des parcours de soins, explique Dominique Stoppa-Lyonnet, cheffe du service de génétique de l'Institut Curie et professeure de génétique à l'université Paris-Descartes. Par exemple, en France, ils peuvent être nécessaires à la réflexion sur les réformes structurelles de notre système de santé à mener pour améliorer sa qualité et contrôler l'envol de ses dépenses tout en permettant une juste rémunération des professionnels.».

La prévention permet de réduire les coûts médicaux et, dans certains pays comme l'Allemagne, de mieux redistribuer l'argent de l'assurance maladie, indique l'étude. Elle a en effet pour objectif d'anticiper les hospitalisations imprévues coûteuses pour les hôpitaux, les personnes en perte d'autonomie, et enfin, les personnes qui peuvent devenir d'importants consommateurs de soins de santé.

L'économie française enregistre une croissance de 0,5% au deuxième trimestre

  L'économie française enregistre une croissance de 0,5% au deuxième trimestre L'économie française affiche au deuxième trimestre une croissance de 0,5% selon l'Insee. Cela est dû à un léger rebond de la demande intérieure et une nette amélioration de la balance commerciale tirée par les exportations. Pour le 3e trimestre consécutif, la France affiche au deuxième trimestre une croissance de 0,5%. Le commerce extérieur qui est pourtant un point faible de l'économie française depuis des années est pour une fois largement à l'origine de cette embellie.

Site en maintenance Et puis j'ai eu envie d'en savoir un peu plus et je lui ai demandé si elle avait

La France pas encore prête

Sur le sujet, la France reste à la traîne. «Nous avons un problème fondamental en France: nous avons décidé de rembourser les soins et nous n'avons jamais décidé de favoriser la prévention, analyse Jacques Desplan, médecin pneumologue dans les Pyrénées-Orientales. Les frais des soins ont pris énormément d'importance et sur le plan de la prévention on rembourse un certain nombre de choses (vaccins, contraception, etc.), mais tout cela ne fait pas une politique prédictive.» En attendant, la part des dépenses de santé dans le PIB français a été multipliée par 3,5 en 65 ans, passant de 2,5% en 1950 à 8,9% en 2015.

Par exemple, les tests génétiques, principaux vecteurs de la médecine prédictive, sont encore loin d'être généralisés dans l'Hexagone. L'utilisation de données génétiques suscite des questionnements notamment sur les dérives. D'après un sondage réalisé en 2014 de l'Observatoire de la santé Le Figaro - Weber Shandwick, la moitié des Français estiment que la médecine prédictive peut faire progresser la santé. Mais, ils sont aussi 59% à considérer qu'elle comporte des risques. Par exemple, l'utilisation des données des tests par les employeurs ou encore les banques. En outre, «certains s'inquiètent de ce que peuvent faire les assurances complémentaires de ces données. Tant qu'il s'agit de données agrégées, permettant là encore de mieux comprendre les besoins des assurés, la dynamique est positive. Si ces données sont prises en compte à titre individuel, la mutualisation des risques peut être en danger», explique Dominique Stoppa-Lyonnet.

Des scientifiques pourraient avoir découvert un remède au diabète de type 1 .
Aussi avancées que les sciences et les technologies de la médecine puissent être, certaines maladies résistent encore aux experts. C’est le cas, par exemple, du diabète de type 1, lequel reste encore aujourd’hui davantage maîtrisé que véritablement guéri. Des scientifiques de ViaCyte pourraient avoir découvert un vrai remède. Ce remède se présente sous la forme d’une thérapie basée sur les cellules souches où l’insuline peut être relâchée dans le corps du patient en cas de besoin. Le diabète de type 1, pour celles et ceux qui ne seraient pas familiers avec la maladie, voit le pancréas du malade produire trop peu, ou pas du tout, d’insuline.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!