Finance Le BHV aspire les données de ses clients, mais il est loin d'être le seul

16:50  04 août  2017
16:50  04 août  2017 Source:   Le Figaro

L'Oréal : 37,7% de croissance des bénéfices nets au 1er semestre

  L'Oréal : 37,7% de croissance des bénéfices nets au 1er semestre Une "capacité à surperformer à nouveau le marché cosmétique en 2017 et à faire progresser notre chiffre d'affaires et nos résultats"La Division des Produits Professionnels est à -0,7% à données comparables et à +0,9% à données publiées (1,739 MdE). La Division Grand Public enregistre au 2e trimestre une progression de +2,4% à données comparables, et termine le 1er semestre à +1,9% (6,389 MdsE) à données comparables, soit +3,8% à données publiées. L'Oréal Luxe confirme un excellent début d'année, tirée par le maquillage et le soin du visage. La division affiche une croissance semestrielle de +10,5% à données comparables et +15,4% à données publiées (4,148 MdsE).

La célèbre enseigne de l 'Hôtel de Ville a mis en place un système pour tracer le parcours de ses clients . Des pratiques auxquelles se livrent la plupart des grandes chaînes.

Il n'existe pas de document avec cet identifiant.

La célèbre enseigne de l'Hôtel de Ville a mis en place un système pour tracer le parcours de ses clients dans son magasin. Des pratiques auxquelles se livrent la plupart des grandes chaînes.

figarofr: Le BHV analyse les données de géolocalisation de ses clients. © Laura STEVENS/Le Figaro Le BHV analyse les données de géolocalisation de ses clients.

DifficiIe de prêter attention aux discrètes affiches du rayon bricolage du BHV quand on peine à trouver les serrures. L'une d'entre elles devrait pourtant attirer l'attention de chaque propriétaire de smartphone.

On y lit qu'«un système de géolocalisation a été mis en place au sein du magasin» et que les utilisateurs qui refuseraient ce pistage doivent désactiver le wifi de leurs appareils. Faute de voir ce panneau et de paramétrer son smartphone, chaque client consent tacitement à partager ses données de géolocalisation et son adresse MAC (un numéro unique rattaché à un appareil) au BHV et à son prestataire, la start-up Occi, tant qu'il reste dans l'espace du grand magasin. Ses déplacements au sein des rayons et le temps passé dans chacun d'entre eux peuvent ainsi être suivis automatiquement, à des fins statistiques.

Salaires : un écart hommes/femmes de 14,4% dans la fonction publique

  Salaires : un écart hommes/femmes de 14,4% dans la fonction publique Le fossé tend toutefois à se réduire et apparaît bien plus limité si l’on regarde les salaires pour des postes équivalents.Les chiffres méritent toutefois d’être regardés de plus près. La différence hommes/femmes a d’abord été légèrement réduite en un an, le salaire des femmes ayant progressé de 0,5% et celui des hommes de 0,3%. Mais les auteurs de l’étude insistent surtout sur le fait que les données ne sont pas directement comparables.

Cette page n' est pas visible actuellement.

Communiqué supprimé de l 'Espace Datapresse.

Contactée par Le Figaro, l‘enseigne du Groupe Galeries Lafayette indique avoir mis en place le dispositif depuis peu «sous forme de test au sein du BHV Marais et de 3 magasins Galeries Lafayette en Province». Les données de géolocalisation sont anonymisées et collectées afin «d'optimiser l'expérience des clients au sein [des] magasins à travers une offre et des services adaptés à leurs besoins», selon une porte-parole.

Traquer pour survivre

Les acteurs de la grande distribution s'intéressent aux données des consommateurs depuis bien longtemps. Avant l'arrivée des smartphones, les comportements d'achat étaient par exemple analysés grâce aux caméras de sécurité, afin de repérer par exemple les rayons les plus fréquentés, les pics d'affluence et les jours de l'année où l'on achète le plus. Le smartphone est apparu comme un petit miracle pour le secteur de la grande distribution, puisque cet espion de poche permet d'obtenir beaucoup plus d'informations sur les consommateurs, en temps réel. Il promet aussi aux équipes marketing de pister les clients en magasins autant que sur Internet et donc, de rattraper leur retard face aux acteurs du e-commerce qui disposent d'une quantité immense de données.

Les robots débarquent dans les supermarchés

  Les robots débarquent dans les supermarchés Aux Etats-Unis, dans le Midwest, Schnucks, une chaîne de supermarchés de taille moyenne, va commencer à tester le robot Tally, une machine capable de prendre en charge une série de tâches normalement dévolues au personnel. Le robot Tally est déjà employé depuis l’année dernière par Target, une chaîne américaine de supermarchés. Tally a été conçu par Simbe Robotics, une startup de la Silicon Valley dont l’objectif est d’automatiser un ensemble de tâches répétitives simples dans le commerce de détail telles que l’inventaire, la recherche d’articles hors stocks ou la vérification des prix. Tally peut être utilisé pendant les heures normales d’ouverture et peut accomplir les tâches ordinaires en présence des clients et du personnel. « L’objectif de Tally est de créer un mécanisme de rétroaction », a expliqué Brad Bogolea, le CEO de Simbe Robotics. « Bien que la plupart des détaillants disposent d’informations adéquates de la chaîne d’approvisionnement et des données de leurs ventes, il leur est difficile de connaître l’état réel de la marchandise qui se trouvent sur les étagères. » Tout comme le personnel, le robot fait également des pauses. Lorsque la batterie de Tally se décharge, il se dirige automatiquement vers une borne de chargement. Le robot est également conçu pour rester à l’écart des clients. S’il se rend compte qu’un rayon du magasin est encombré, il y reviendra plus tard lorsque moins de clients sont présents. Lorsqu’un client s’approche du robot, ce dernier s’arrête de bouger. Pourquoi est-ce important ? Aux États-Unis 3,5 millions de personnes sont employées dans 40.000 supermarchés. Il s’agit principalement d’emplois peu rémunérés. Tally est donc une évolution à suivre de près.

Veuillez saisir le code pour accéder au lien de téléchargement.

Désolé. Le site toilokdo.com est désormais fermé.

Des centaines de boutiques, chaînes de restaurations, centres commerciaux en France ont souscrit à ce type d'offres dites de marketing mobile pour magasins. Unibail Rodamco, qui possède 71 centres commerciaux en Europe dont plusieurs en région parisienne, affirme à Rue89 avoir «procédé à un test» au Quatre-Temps à la Défense au cours des derniers mois. Le Forum des Halles serait également concerné, selon les sources du Figaro. La start-up FidZup, spécialiste de ces dispositifs et prestataire du géant des centres commerciaux, revendique parmi ses clients des constructeurs automobiles (Renault, Mercedes-Benz, Nissan, Opel), des enseignes de vêtements (Gémo, Timberland, Etam), une chaîne de restauration (Buffalo Grill). Sur le même marché opère la start-up fondée par des anciens de Google et Criteo, Teemo, qui affirme «avoir signé 100 clients prestigieux tels que Leclerc, Intersport, Casino, Leroy Merlin, Carrefour ou Volkswagen». Retency enfin, où l'ancienne PDG de Yahoo France Isabelle Bordry officie depuis 2014, compte des clients comme Orange, C&A, Marionnaud ou Jardiland et recueille également des données d'audience sur la voie publique.

Slimane confie son admiration pour Michel Berger « J’aspire à être comme lui »

  Slimane confie son admiration pour Michel Berger « J’aspire à être comme lui » e9bf2634-82b7-4944-9075-d8da4117412dFace au répertoire imposant de Michel Berger, il a choisi de reprendre le célèbre titre Diego, libre dans sa tête, qui relate l’histoire d'un prisonnier politique en Amérique Latine. Une chanson qui résonne en lui comme il l’a confié dans une interview accordée au Parisien : « Beaucoup de gens qui j’ai beaucoup aimés se sont retrouvés derrière les barreaux. J’ai beaucoup pensé à eux, je sais ce que cela fait d’avoir quelqu’un que l’on aime enfermé. C’est souvent pour des bêtises et il faut que justice soit faite mais je connais ce manque...

Le mouvement E.Leclerc. Cette page n’ est pas disponible pour le moment. Accéder à la page d'accueil du site E.Leclerc.

Le récit que vous demandez n'existe pas. Retour au menu principal des histoires.

Consentement tacite

Pour recueillir des informations sur les flux de déplacement, la simple activation du wifi ou du Bluetooth d'un smartphone suffit. Le propriétaire du smartphone n'a pas forcément besoin de consentir à l'exploitation de ses données et n'est parfois même pas au courant que sa visite dans un centre commercial lui vaut d'être pisté. Comme l'expliquait Rue89, «quand le wifi est activé sur un smartphone, il envoie des signaux radio qui, s'ils sont interceptés par des capteurs, permettent de calculer les trajets de son propriétaire et de déduire son temps de stationnement (dans un magasin, par exemple).» Il suffit aussi parfois d'avoir accepté de partager ses données de géolocalisation avec une application mobile qui les revend à des partenaires commerciaux. C'est d'ailleurs grâce à cela qu'une entreprise comme Teemo affirme pouvoir géolocaliser 10 millions de smartphones en continu.

Théoriquement, ces acteurs ont parfaitement le droit de recueillir toutes ces données, mais la Commission Nationale pour l'Informatique et les Libertés (CNIL) leur impose des conditions. Les données doivent ainsi être anonymisées afin de garantir le respect de la vie privée des consommateurs. Ces derniers doivent également être informés du dispositif par un affichage clair (la fameuse affichette du BHV), et doivent pouvoir se soustraire à l'exploitation de leurs données s'ils le souhaitent. Les entreprises sont obligées de faire une déclaration, voire de demander une autorisation dans certains cas spécifiques, auprès de la CNIL. Les entreprises qui souhaitent ainsi conserver les données plus de 6 mois doivent ainsi justifier leur demande auprès du régulateur.

Nogent-sur-Marne - Le Perreux : il menace les clients d’un café avec une arme

  Nogent-sur-Marne - Le Perreux : il menace les clients d’un café avec une arme Un homme âgé de 36 ans a été placé en garde à vue au commissariat de Nogent alors qu’il venait de menacer plusieurs personnes avec une arme de poing : une réplique de pistolet Beretta. Vers 23 heures, des policiers de la brigade anti-criminalité sont appelés car plusieurs clients d’un bar du Perreux ont été menacés par un homme armé. Arrivés sur place, ils le voient sortir de l’établissement avec l’arme en question. Il refuse de la lâcher : les policiers le font tomber au sol pour l’interpeller. Son arme n’était pas chargée. Les policiers constateront ensuite de nombreux dégâts dans le bar. Le gérant pourrait porter plainte.

Personnels dans le corps des fonctionnaires des Techniques Industrielles –.

C' est le vôtre ? Contactez vite focale31 ! Ici, notre moteur de recherche pour trouver modèles ou photographes !

Régulations à venir

Dans les faits, l'anonymisation des données n'est ni une certitude, ni une garantie du respect de la vie privée. «Il est difficile d'affirmer que la donnée recueillie par traçage Wifi est réellement protégée. Les entreprises ont tendance à rester discrètes à ce sujet, mais des normes communes ainsi que des études d'impact sur la vie privée rendues publiques seraient la moindre des choses pour s'assurer du respect de la vie privée», explique au Figaro Lukasz Olejnik, consultant en cybersécurité et vie privée et par ailleurs chercheur affilié au Center for Information Technology Policy de Princeton.

Le règlement ePrivacy, en ce moment débattu à Bruxelles, doit selon lui fixer de nouveaux remparts à l'exploitation frénétique des données des citoyens. «Imaginez la vie dans une ville intelligente où le traçage des individus est permis partout, sans aucune possibilité de s'y soustraire... Le règlement ePrivacy doit poser les conditions du consentement des utilisateurs et notamment quant à l'utilisation de leurs données via le wifi ou Bluetooth, qui sont des technologies très sensibles et difficiles à contrôler.»

La dernière version du règlement, présentée en janvier à la Commission européenne, se montre plutôt sévère à l'égard de l'exploitation de ces données. Elle pourrait cependant être assouplie sous l'influence de divers lobbies dont elle menace directement les activités. Faute de texte de loi, les citoyens européens qui ne voudraient pas partager leurs données seraient alors priés d'éteindre leurs smartphones durant leur shopping.

Windows 10 : 71 % des clients partagent tout avec Microsoft .
Dans un billet de blog sur le site de Microsoft, Marisa Rogers, la responsable Vie Privée de la firme de Redmond, révèle que 71 % des utilisateurs ont gardé le paramétrage proposé par défaut, à savoir le partage avec Microsoft de l'ensemble des données sur l'utilisation du PC.Dans un billet de blog sur le site de Microsoft, Marisa Rogers, la responsable Vie Privée de la firme de Redmond, révèle que 71 % des utilisateurs ont gardé le paramétrage proposé par défaut, à savoir le partage avec Microsoft de l'ensemble des données sur l'utilisation du PC.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/finance/-55061-le-bhv-aspire-les-donnees-de-ses-clients-mais-il-est-loin-detre-le-seul/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!