Finance Les marchés financiers plient sous la menace nucléaire de Pyongyang

12:05  04 septembre  2017
12:05  04 septembre  2017 Source:   Boursier

Possible essai nucléaire nord-coréen, Kim Jong-un dit avoir inspecté une bombe H

  Possible essai nucléaire nord-coréen, Kim Jong-un dit avoir inspecté une bombe H Il s'agirait du sixième essai nucléaire nord-coréen. © Copyright 2017, L'Obs Kim Jong-un le 3 septembre 2017, sur une photo diffusée par l'agence de presse nord-coréenne. La Corée du Nord pourrait avoir réalisé dimanche un sixième essai nucléaire, a annoncé l'armée sud-coréenne. "Une secousse artificielle de magnitude 5,6 a été détectée près de Punggye-ri, en Corée du Nord, à 12h36, et nous l'analysons pour voir s'il s'agissait d'un essai nucléaire", peut-on lire dans un communiqué l'état-major interarmes sud-coréen.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

Les marchés financiers plient sous la menace nucléaire de Pyongyang© Reuters Les marchés financiers plient sous la menace nucléaire de Pyongyang

Selon des estimations du Japon et la Corée du Sud, ce sixième essai nucléaire réalisé par le régime communiste a atteint une puissance environ 10 fois supérieure aux précédents...

Les places de la zone Asie-Pacifique sont secouées par les nouvelles en provenance de la Corée du Nord qui a ravivé dimanche l'inquiétude internationale en procédant à un essai nucléaire, le plus puissant de son histoire... De quoi entraîner un concert de condamnations internationales, à commencer par celle du président américain Donald Trump.

Le Japon dénonce un nouvel essai nucléaire réalisé par la Corée du Nord

  Le Japon dénonce un nouvel essai nucléaire réalisé par la Corée du Nord Le dernier essai nucléaire nord-coréen datait de septembre 2016. © Fournis par Francetv infoLa Corée du Nord a réalisé, dimanche 3 septembre, un sixième essai nucléaire, a indiqué le gouvernement japonais, après que des agences géologiques ont enregistré une "explosion" de magnitude 6,3 près de son principal site de tests atomiques. "C'est absolument inacceptable", a réagi le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, dont le pays avait été survolé, mardi, par un tir de missile nord-coréen.

erreur aucun n° de mandat trouvé.

Message d'erreur. Pour accéder à cette page, vous devez être connecté

La Bourse de Tokyo chute ce matin de près de 1%, tandis que Séoul recule de 1,2% avec Singapour. Hong Kong perd 0,9%, avec Bombay, Sydney recule de 0,4% et Taiwan de 0,2%. Seule la bourse de Shanghai prend 0,4%. L'or, valeur refuge, est quant à lui reparti en hausse sur les marchés pour rejoindre les 1.325$ l'once de métal fin.

Pyongyang s'est donc targué d'avoir mené avec "une réussite parfaite" la manoeuvre qui a permis de tester en sous-sol une bombe à hydrogène capable d'équiper un missile intercontinental... Selon des estimations du Japon et la Corée du Sud, ce sixième essai nucléaire réalisé par le régime communiste a atteint une puissance environ 10 fois supérieure aux précédents.

Feu et fureur ?

Donald Trump, qui avait promis le 8 août dernier "le feu et la fureur" en cas de menaces de Pyongyang, a réagi en qualifiant la Corée du Nord d'"État voyou", "dangereux" pour les États-Unis, et en laissant planer une menace voilée... "Ils ne comprennent qu'une chose !", a écrit le président américain, sans toutefois préciser le fond de sa pensée.

En réponse à Pyongyang, Séoul procède à des exercices de tirs de missiles

  En réponse à Pyongyang, Séoul procède à des exercices de tirs de missiles L'armée sud-coréenne a mené, dimanche soir, des manœuvres impliquant des missiles balistiques, en réponse à l'essai nucléaire nord-coréen. Parallèlement, Séoul réclame à l'ONU un durcissement des sanctions contre Pyongyang. La Corée du Sud a mené, dimanche 3 août, des manœuvres impliquant des missiles balistiques, en réponse à l'essai nucléaire effectué par la Corée du Nord, a rapporté l'agence officielle sud-coréenne Yonhap.

Désolé, cette nouvelle a été supprimée. Désolé, cette nouvelle a été supprimée.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

En Europe, Emmanuel Macron et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont réclamé d'une même voix une réponse immédiate du Conseil de sécurité et un renforcement des sanctions européennes : "La dernière provocation de l'homme au pouvoir à Pyongyang a atteint une nouvelle dimension", s'alarment les deux dirigeants dans un communiqué publié par la chancellerie allemande.

La Chine a pour sa part appelé la Corée du Nord à mettre fin à de "mauvaises initiatives" qui contribuent à aggraver une situation déjà tendue et a précisé qu'elle appliquerait pleinement les sanctions prévues par les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu...

Puissant séisme

Selon un institut de sismologie norvégien, la bombe de dimanche a dégagé une énergie équivalente à 120 kilotonnes, à rapprocher des 15 kilotonnes de "Little Boy", larguée le 6 août 1945 sur Hiroshima au Japon. Des responsables japonais et sud-coréens ont indiqué que la confirmation de cet essai avait été précédée par un puissant séisme, de magnitude de 6,3, enregistré par différents instituts géologiques dans la région du site nucléaire utilisé par le gouvernement nord-coréen.

"L'échelle est à un niveau tel que n'importe qui peut affirmer qu'il s'agit d'une bombe à hydrogène", a expliqué Kune Y. Suh, professeur d'ingénierie nucléaire à l'université de Séoul. "Ça ne change pas simplement la donne, c'est un game-over..."

Les nouvelles sanctions prises contre la Corée du Nord auront-elles un effet ? .
Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité un huitième train de sanctions contre la Corée du Nord, mais les experts sont sceptiques quant à l'impact immédiat de cette mesure. © Fournis par Francetv infoLes sanctions ont été édulcorées par la Chine et la Russie. Lundi 11 septembre à New York, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité une résolution contre la Corée du Nord, après un essai nucléaire le 3 septembre. Le texte interdit notamment les exportations de textile de la Corée du Nord, réduit les approvisionnements en pétrole et prévoit un embargo sur les livraisons de gaz.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!