Finance L'Assemblée vote un budget en baisse pour le travail et l'emploi

18:40  09 novembre  2017
18:40  09 novembre  2017 Source:   Le Figaro

Les fraudeurs fiscaux seront-ils déchus de leurs droits civiques ?

  Les fraudeurs fiscaux seront-ils déchus de leurs droits civiques ? LE SCAN ÉCO - Alors que les principales réformes du budget sont votées cette semaine, des députés de La République En Marche veulent automatiser la déchéance de droits civiques lors des condamnations pour fraude au fisc aggravée. Plus que sanctionner les tricheurs, les montrer du doigt. Reprenant une piste évoquée par le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, le mois dernier, les députés LaREM Richard Ferrand et Stanislas Guerini (respectivement chef du groupe et porte-parole) écrivent actuellement un amendement pour durcir les sanctions contre les fraudeurs au fisc.

Look de la semaine - Galerie photo - People. Météo - Emploi - Petites annonces - PMU - Cours des changes - Programme de Vol - Guide TV - Infos Services - Pharmacie - Réservation d'Hôtels. Moov Prépayé - Assistance MOOVnaute - Mon Compte - Nos coordonnées - Webmail

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l'immobilier.

Les députés ont donné leur feu vert à la réduction du nombre de contrats aidés malgré les vives critiques de l'opposition. Ils ont également validé l'expérimentation des «emplois francs» en 2018.

figarofr: Le budget de cette mission a fait l'objet de commentaires peu amènes de l'opposition à l'Assemblée nationale. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP Le budget de cette mission a fait l'objet de commentaires peu amènes de l'opposition à l'Assemblée nationale.

Pour le budget «Travail et emploi», c'est fait. L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de mercredi à jeudi le budget de cette mission, défendu par la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Devant les députés, cette dernière a évoqué un «budget de transformation» car «il rompt clairement avec une logique de traitement statistique du chômage», via «des choix assumés de réallocation de nos moyens», avec notamment un triplement des efforts sur la formation. À périmètre constant, les crédits de la mission passent de 15,4 milliards d'euros en 2017 à 13,9 milliards, soit une diminution de 1,5 milliard.

Cigarettes à 10 euros, CSG, familles… ce que change le budget de la Sécu pour vous

  Cigarettes à 10 euros, CSG, familles… ce que change le budget de la Sécu pour vous Les députés vont voter ce mardi le projet de budget de la Sécurité sociale 2018, le premier du quinquennat Macron. © Copyright 2017, L'Obs Le paquet de cigarettes va passer progressivement à 10 euros Le budget de la Sécu prévoit 395 milliards d'euros de dépenses pour le régime général et le Fonds de solidarité vieillesse. Son déficit devrait être réduit à 2,2 milliards d'euros en 2018, avec même un léger excédent de 1,2 milliard pour le régime général.

Conseil emploi . Connaissez vos droits. Opinions. La commission des Finances approuve la surtaxe sur les grandes entreprises. Les cyberattaques, un risque pour les PME aussi.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

Cette baisse est essentiellement liée à la réduction du nombre de contrats aidés, qui passera en 2018 à 200.000, exclusivement dans le secteur non marchand, pour une enveloppe de 1,4 milliard d'euros. Il s'agit d'une baisse d'un milliard d'euros.

Comme en commission, l'opposition est montée au créneau sur cette diminution des emplois aidés. «Je crois que vous vous trompez parce que vous avez tout simplement oublié que derrière ces emplois aidés, il y avait des hommes et des femmes» qui «parfois n'ont pas d'autre choix», a notamment déclaré Gilles Lurton (LR). «Si vous étiez et de droite et de gauche, vous écouteriez à la fois ce que vous disent les Républicains et ceux qui sont à gauche de l'hémicycle. Malheureusement vous n'êtes ni à gauche, ni à droite, mais nulle part», a aussi lancé Olivier Faure, chef de file des élus Nouvelle Gauche.

Les députés adoptent le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2018

  Les députés adoptent le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2018 L'Assemblée nationale a voté, mardi, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. C'est le premier du quinquennat d'Emmanuel Macron.354 voix pour, 192 contre, et 13 abstentions.Trois jours après la fin des travaux, l'Assemblée nationale a largement adopté, mardi 31 octobre, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 porté par les ministres Agnès Buzyn et Gérald Darmanin. Il s'agit du premier du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document. Règlement sur la formation de base (Bachelor et Master).

Découvrez nos activités sur Agence Okarina. 300 : La Naissance d'un Empire.

«S'envoyer à la figure que certains connaissent la réalité et que d'autre n'y connaissent rien, c'est juste pas très digne du débat national», a rétorqué la ministre. Elle a notamment affirmé que le gouvernement voulait mettre de l'ordre «entre les contrats utiles» et ceux qui «sont justes un sujet de commodité» avec l'idée de ne pas «encourager de l'emploi précaire». «Curieuse alliance du statu quo: surtout ne touchez à rien et surtout pas à ce qui n'a jamais marché», «curieuse alliance de la compassion de fabrique en instrumentalisant les emplois aidés alors que nous voulons tirer les bénéficiaires vers l'emploi durable», a aussi lancé Gilles Le Gendre (LREM).

L'expérimentation des emplois francs

Deux amendements significatifs ont par ailleurs été adoptés. Le premier porte sur l'expérimentation des «emplois francs», octroyant une prime à une entreprise qui embauche un habitant d'un quartier populaire. L'amendement prévoit une expérimentation à compter du 1er avril 2018 et jusqu'au 31 décembre 2019 dans des quartiers prioritaires dont la liste sera fixée par arrêté. Cela permettra à une entreprise ou une association «de bénéficier d'une prime pour l'embauche en contrat à durée indéterminée (à hauteur de 5000 euros par an sur 3 ans maximum) ou en contrat à durée déterminée de plus de six mois (à hauteur de 2500 euros par an sur 2 ans maximum) d'un demandeur d'emploi résidant dans un quartier prioritaire», selon le gouvernement.

L'Assemblée pourrait bientôt se doter d'un service de garde d'enfants

  L'Assemblée pourrait bientôt se doter d'un service de garde d'enfants LE SCAN POLITIQUE - Dans le JDD, un questeur du Palais Bourbon dit espérer le projet puisse voir le jour «dès le début de l'année 2018». L'entourage de François de Rugy temporise toutefois sur ce calendrier jugé optimiste. Le rajeunissement de l'Assemblée va-t-il franchir de nouvelles limites? Après que la moyenne d'âge des députés a énormément baissé lors des dernières législatives, voilà que des enfants pourraient bientôt pousser les portes du Palais Bourbon. En effet, comme le révèle le JDD, une crèche pourrait être installée au Parlement «dès le début de l'année 2018».

Le support n'existe pas.

La Pluie et le beau temps.

«La mise en oeuvre du dispositif emplois francs est prévue à compter de 2020 dans le budget de l'emploi. Le gouvernement a décidé néanmoins d'accélérer sa mise en oeuvre par le biais d'une expérimentation sur un nombre limité de territoires en 2018 et 2019, de façon à conforter les paramètres d'efficacité de cette mesure avant sa généralisation», a expliqué Muriel Pénicaud. Cette expérimentation se fera dans «4 ou 5 régions, dans 4 ou 5 groupes de quartier» pour avoir «la capacité d'avoir un dispositif particulièrement efficace» à l'issue de l'expérimentation, a-t-elle ajouté. La ministre a vanté devant les députés une mesure qui «permettra de lutter efficacement contre les discriminations à l'embauche et l'assignation à résidence».

Mais des voix critiques se sont faites entendre dans l'opposition. Thibault Bazin (LR) a notamment évoqué une mesure «de l'Ancien Monde» qui avait échoué pendant le quinquennat Hollande, critiquant le fait que le dispositif ne soit «pas ciblé». Hubert Wulfranc (PCF) a lui raillé une «resucée» se demandant avec cette expérimentation «exceptionnelle», «où est donc le droit commun?».

Chômage : la publication des chiffres de Pôle emploi deviendra trimestrielle en 2018

  Chômage : la publication des chiffres de Pôle emploi deviendra trimestrielle en 2018 Les chiffres mensuels continueront d'être mis en ligne sur le site du ministère, mais ne feront plus l'objet d'une publication.La publication du nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi, aujourd'hui diffusée tous les mois, va devenir trimestrielle à partir de 2018, ont annoncé jeudi Pôle emploi et le ministère du Travail. A partir de 2018, la Dares, service des statistiques du ministère, publiera chaque trimestre le nombre moyen de demandeurs d'emploi sur le trimestre, mais plus le nombre de demandeurs d'emploi en fin de mois.

Désolé, connexion au serveur 213.246.38.56 impossible. Copropriétés / Ascenseurs : La date limite pour les travaux connue au plus

Liseuse documents eyrolles. Introduction : La « baisse tendancielle du taux de motivation ».

L'autre amendement adopté par l'Assemblée est celui du MoDem, portant sur les maisons de l'emploi. Il vise à leur allouer des crédits -sans changer l'enveloppe réduite de moitié par le projet de budget- mais en fonction de critères d'évaluation comme le respect des engagements.

Globalement, le budget a fait l'objet de commentaires peu amènes de l'opposition. «Un budget c'est un peu l'inconscient d'une politique, en l'examinant on y trouve tous les fantasmes du pouvoir», et celui-ci «est à l'image de la société telle que vous la rêvez, une société coupée en deux avec d'un côté les gagnants, les premiers de cordée» et de l'autre ceux considérés comme les perdants, a affirmé Boris Vallaud (Nouvelle Gauche). L'Insoumis Éric Coquerel a lui dénoncé la «deuxième mauvaise action politique après les ordonnances» estimant que «comme bilan d'un ministère du Travail en six mois, on a jamais fait pire», tandis que Pierre Dharréville (PCF) a mis en avant «l'un des budgets sacrifiés de ce projet de loi de finances».

Pour LR, Gérard Cherpion a estimé qu'il était «loin d'être le budget de rupture nécessaire», tandis que le Constructif Francis Vercamer l'a jugé «trop en décalage avec la réalité de l'emploi vécue par nos concitoyens», indiquant que son groupe s'abstenait, là où les autres s'étaient positionnés contre.

Les députés LREM veulent pouvoir mieux évaluer le budget .
Certains d'entre eux proposent que les parlementaires disposent d'outils pour chiffrer eux mêmes le coût et l'impact de leurs amendements et des mesures proposées par le gouvernement. Les voilà grosso modo arrivés à mi-chemin du marathon budgétaire, qui occupe, chaque année, le Parlement du début du mois d’octobre à la fin de l’année. Et les députés LREM, qui pour beaucoup découvrent les joies de l’exercice, s’étonnent de certains aspects de la procédure. Des discussions qu’ils jugent trop répétitives entre la commission, l’hémicycle et les lectures successives dans chaque chambre, au manque de moyens dont dispose le Parlement pour produire ses propres chiffres et projections, ils sont plus

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!