The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Finance Airbus tient conseil dans un climat délétère autour des affaires

06:00  14 décembre  2017
06:00  14 décembre  2017 Source:   challenges.fr

Airbus va devoir livrer 110 appareils en décembre pour tenir ses objectifs

  Airbus va devoir livrer 110 appareils en décembre pour tenir ses objectifs Le groupe a déjà réalisé cette prouesse l'année dernièreAirbus va devoir cravacher pour atteindre son objectif, réitéré encore tout récemment, de livrer plus de 700 appareils en 2017. Plus précisément, il faudra à l'avionneur livrer 110 avions au cours du mois de décembre, puisqu'il a révélé hier soir que 591 appareils avaient été remis aux clients entre le 1er janvier et le 30 novembre. Une performance que l'industriel avait déjà réalisée en 2016 en livrant 111 avions. Le total des livraisons 2017 après 11 mois comprend 453 monocouloirs, 55 appareils de la famille A330, ainsi que 69 A350 et 14 A380.

son conseil d'administration jeudi dans un climat délétère en raison des affaires visant le groupe et des rumeurs sur l'avenir de ses plus hauts dirigeants, qui font C'est intéressant! Le Qatar utilisera des Eurofighter Typhoon en plus de ses Rafale et de ses F-15. Airbus tient conseil dans un climat

Football : autour d’Aliou Cissé, les vieux Lions sénégalais rugissent toujours. Bach et Mozart pour les petits dans une série avec Barenboim. Airbus tient conseil dans un climat délétère autour des affaires - www.abcbourse.com.

Le président exécutif d'Airbus Tom Enders a déclaré mercredi ne pas avoir encore pris de décision sur un éventuel troisième mandat, démentant une information du Figaro. "Les informations sur ma chute sont prématurées et exagérées", a déclaré Tom Enders en marge d'une cérémonie de livraison d'un A380 à Singapore Airlines à Toulouse.

Tom Enders, le patron d'Airbus © Fournis par www.challenges.fr Tom Enders, le patron d'Airbus

Airbus réunit son conseil d'administration jeudi dans un climat délétère en raison des affaires visant le groupe et des rumeurs sur l'avenir de ses plus hauts dirigeants, qui font craindre une déstabilisation du géant aéronautique, une situation suivie de près par Paris et Berlin. Peu avant l'échéance, plusieurs articles de presse ont évoqué le départ de l'Allemand Tom Enders et de son numéro deux français Fabrice Brégier, ce qui a conduit le patron d'Airbus à réaffirmer mardi qu'il restait à la tête du géant jusqu'en 2019. À Berlin, la porte-parole du ministère de l'Economie s'est refusée à toute spéculation après un article du Figaro mardi qui affirmait que Tom Enders ne briguerait pas un troisième mandat. "Je ne suis pas au courant d’une telle information", a déclaré Beate Baron. "Nous ne commentons pas, parce que nous ne participons pas à des spéculations de personnes", a-t-elle ajouté.

Le Qatar achète 12 Rafale et 50 Airbus A321 à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron

  Le Qatar achète 12 Rafale et 50 Airbus A321 à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron L'Emirat a signé des accord pour l'achat de 12 Rafale, 50 Airbus A321 et 490 véhicules blindés type VBCI du français Nexter. © Fournis par Francetv info Emmanuel Macron a conclu plusieurs gros contrats dans le secteur de l'armement et de l'aviation, jeudi 7 décembre, lors de sa visite au Qatar. L'Emirat a signé des accords pour l'achat de 12 avions de combat Rafale de l'avionneur Dassault, 50 Airbus A321 et 490 véhicules blindés type VBCIdu françaisNexter.

A une passante. La rue assourdissante autour de moi hurlait.

J'ai choisi pour vous - Raphaëlle Duchemin revient sur la décision du Conseil d'État concernant l'arrêt des soins d'une adolescente.

Quant à un éventuel changement à la tête d'Airbus, elle a estimé que "c'est une décision du conseil d'administration et de la société". À Paris, on se contente d'indiquer que l'État reste vigilant sur les "dossiers industriels". "On ne va pas mettre tout sur la place publique, on va attendre la fin de l'instruction, mais effectivement il y a un sujet", a fait savoir une source gouvernementale à l'AFP. Les deux capitales, actionnaires du groupe à hauteur de 22%, ne sont pas directement représentées à son conseil d'administration, mais rien ne peut se faire sans leur aval. De part et d'autre du Rhin, l'enjeu est d'importance car Airbus est un géant qui emploie 134.000 personnes et représente un gros contributeur net au commerce extérieur des deux pays.

Climat: Macron accueille les 18 lauréats de "Make Our Planet Great Again"

  Climat: Macron accueille les 18 lauréats de L'appel aux chercheurs du monde travaillant sur le climat à venir en France avait été lancé au lendemain de la décision de Donald Trump de quitter l'Accord de Paris.Dix-huit chercheurs, dont treize provenant d'universités américaines. Emmanuel Macron, qui en juin avait invité les chercheurs du monde entier à venir en France pour travailler sur les enjeux du changement climatique, a clôturé lundi 13 décembre la première phase de son initiative "Make Our Planet Great Again".

Départ. Arrivée. Tenir compte du trafic. Prise en compte des pauses Beta. Mes options de cout. Ma voiture.

Autour du voyage : hôtels, voitures, parking. Tourisme. Assurances. Retour. Nos offres pour les entreprises et les voyageurs d' affaires . BlueBiz, le programme des PME-PMI.

Il n'a "pas dit qu'il partait" 

Tom Enders, qui a toujours voulu tenir les Etats à l'écart des affaires du groupe, a laissé pointer son agacement face à l'article du Figaro en affirmant que "la décision sur (son) avenir en tant que président exécutif d'Airbus n'est prise ni par la presse française ou le gouvernement français, ni par aucun gouvernement". "Mon mandat actuel court jusqu'en avril 2019 et c'est le calendrier sur lequel je travaille", a-t-il assuré mardi à l'AFP. "Elle est prise soit par le conseil d'administration (...) soit par moi-même et idéalement par un consensus entre le conseil et moi-même".

Airbus est sous le coup d'investigations du Parquet national financier (PNF) en France et du Serious fraud office (SFO) en Grande-Bretagne pour des irrégularités sur des transactions, pour des faits qu'il avait lui-même dénoncés en 2016. Il est aussi visé par deux autres enquêtes en Autriche et en Allemagne autour de la vente d'avions de combat Eurofighter à Vienne. En Autriche, Tom Enders figure parmi les personnes visées par l'enquête, mais de l'aveu du parquet général de Munich, la justice allemande dispose "de peu de preuves de corruption". En interne, on s'inquiète que ces enquêtes et une éventuelle guerre de succession au sommet ne déstabilisent le groupe.

Airbus : intox, manipulation et coups tordus entre Tom Enders et Fabrice Brégier

  Airbus : intox, manipulation et coups tordus entre Tom Enders et Fabrice Brégier Selon nos informations, Tom Enders n'aurait pas encore pris sa décision de quitter le groupe en 2019. En revanche, Fabrice Brégier serait sur le départ. C'est un duel à mort entre deux grands fauves de l'industrie européenne, Tom Enders et Fabrice Brégier, respectivement les numéros un et deux d'Airbus. Deux grands fauves aujourd'hui blessés à mort par les affaires qui tournoient et rôdent autour du groupe. Une chose est sure, comme l'avait révélé La Tribune, ils sont tous les deux condamnés à plus ou moins brève échéance.

La gouvernance Air France se structure autour de deux organes, le Conseil d’Administration Olivier Dulat, 47 ans, est commandant de bord sur Airbus A320. Il a obtenu son diplôme de l’ENAC en De 1976 à 1982, il est Adjoint au Directeur des Affaires Administratives et Sociales chez Renault puis

Airbus tient conseil dans un climat délétère autour des affaires . La Provence - 13 Dec 2017 Paris (AFP) - Airbus réunit son conseil d'administration jeudi dans un climat délétère en raison des affaires visant le groupe et des rumeurs sur l'avenir de ses plus hauts dirigeants, qui font craindre

"Que l'on change de PDG, c'est une chose. Nous ce que l'on souhaite c'est que l'entreprise ne soit pas déstabilisée. Aujourd'hui, on sait ce que l'on a, on ne sait pas ce que l'on va avoir", a déclaré à l'AFP Jean-Marc Escourrou, secrétaire FO Airbus SAS, la branche aviation commerciale, à Toulouse. "J'ai vu M. Enders la semaine dernière, il ne nous a pas dit qu'il partait", a-t-il ajouté. "Il m'a même dit qu'il restait. On va attendre de voir". "Avoir un départ simultané de Tom Enders et de Fabrice Brégier, c'est une situation qui nous inquiète et qui est de nature à déstabiliser la gouvernance du groupe", a pour sa part déploré Thierry Préfol, coordinateur adjoint CFE-CGC chez Airbus.

Pour l'heure, rien n'indique qu'une décision sur la gouvernance soit imminente, d'autant que les enquêtes qui visent le groupe pourraient aboutir en 2019 seulement. En octobre, le conseil d'administration présidé par Denis Ranque avait apporté "toute (sa) confiance" à Tom Enders pour sortir par le haut le constructeur aéronautique de la crise.

(avec AFP)

Boeing prêt à s'allier avec Embraer pour contrer le couple Airbus-Bombardier .
Moins de trois mois après l'annonce de l'alliance entre Airbus et le constructeur d'avions régionaux Bombardier, Boeing et l'avionneur brésilien Embraer, rival de Bombardier sur les avions régionaux, ont annoncé discuter sur « un éventuel rapprochement de leurs activités ». C'est la réponse du berger à la bergère. Moins de trois mois après l'annonce de l'alliance entre Airbus et le constructeur d'avions régionaux Bombardier, Boeing et l'avionneur brésilien Embraer, rival de Bombardier sur les avions régionaux, ont annoncé discuter sur « un éventuel rapprochement de leurs activités ».

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!