Entreprise Mobilité bancaire : le dispositif loi Macron fonctionne mais n'a pas levé toutes les craintes

07:20  12 juillet  2018
07:20  12 juillet  2018 Source:   latribune.fr

Laurent Mignon (BPCE) nouveau patron du lobby bancaire

  Laurent Mignon (BPCE) nouveau patron du lobby bancaire L'ex-patron de Natixis, qui pris les rênes des Banques Pop Caisses d'Epargne en juin, succédera à Jean-Laurent Bonnafé (BNP Paribas) à la tête de la Fédération bancaire française (FBF) en septembre pour un an. Il cumule les nouvelles casquettes. Tout juste propulsé à la présidence du directoire du groupe BPCE, l'organe central des Banques Populaires et Caisses d'Epargne, depuis le 1er juin, en remplacement de François Pérol, reparti chez Rothschild, Laurent Mignon endossera à partir du 1er septembre le costume de président de la Fédération bancaire française (FBF).

La loi Macron sur la mobilité bancaire oblige les banques à s'occuper gratuitement de toutes les Il n'y a pas davantage de transferts avec fermeture de compte qu'avant, il y a eu plutôt des flux Plusieurs banques en ligne proposent d'ailleurs des dispositifs de mobilité partielle, permettant aux

Il intègrera les nouvelles dispositions du Mandat de Mobilité Bancaire de la Loi Macron , avec des avantages plus complets. Aujourd’hui, et comme dans la plupart des banques, depuis 2009, La Banque Postale propose un dispositif pour vous aider à domicilier sur votre compte vos

Le dispositif mis en place à l'entrée en vigueur en février 2017 de la loi Macron, facilitant le processus pour changer de banque, a bien fonctionné, selon un sondage OpinionWay pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF). Plus d'un quart des grandes entreprises concernées par le transfert de virement ou de prélèvement a rencontré des difficultés pour tenir les délais. Certains clients conservent des réticences.

Pas de raz-de-marée, mais un dispositif désormais rodé. Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), une instance paritaire réunissant des professionnels du secteur et des représentants des consommateurs, a publié ce mercredi un bilan du dispositif entré en vigueur avec la loi Macron de mobilité bancaire en février 2017. Il ressort que ce mécanisme automatisant les démarches lors du changement de compte courant a bien fonctionné. Les banques sont obligées de s'occuper, à la place du nouveau client qui le souhaite, de prévenir tous les organismes concernés par des prélèvements (factures d'électricité, de gaz, de téléphonie, etc.) ou des virements automatiques (salaires, retraite, etc.)

Energie : Pécresse veut « sortir progressivement du nucléaire »… en Île-de-France

  Energie : Pécresse veut « sortir progressivement du nucléaire »… en Île-de-France La présidente du conseil régional d'Ile-de-France et quinze acteurs publics et privés se sont engagé ce 13 juillet 2018 à réussir ensemble la transition énergétique de l’Île-de-France. © Fournis par La Tribune Sobriété énergétique, développement des énergies renouvelables (EnR), déploiement de la mobilité propre, développement de l'efficacité énergétique, encouragement de l'innovation sur les technologies d'avenir et structuration des filières relatives aux métiers de la transition énergétique sont les six directeurs de la stratégie énergétique et climatique de la région.

Mobilité bancaire : le dispositif d'aide au changement de banque. Comment fonctionne le mandat de mobilité bancaire ? Actualités associées. Mobilité bancaire : un an après la loi Macron , le big bang se fait attendre. Loi Macron : pourquoi il ne faut pas se précipiter.

Le dispositif de la loi Macron est possible grâce à un échange d'informations entre les banques Avec la Loi de Mobilité Bancaire ( Macron ), non seulement la banque s'occupe de tout, mais en Mais si, malheureusement, la relation ne dure pas , il vaut mieux entreprendre rapidement toutes les

« Au 6 février 2018, la profession a enregistré 1,2 million de demandes de mobilité traitées, représentant plus de 10 millions de flux échangés entre les banques à destination des émetteurs de virements et de prélèvements afin de leur permettre de prendre en compte ces changements de domiciliation dans leurs systèmes » indique le rapport du CCSF.

Après quelques bugs au démarrage, le système fonctionnerait bien, au dire des banques.

« Tous les établissements indiquent, qu'à de rares exceptions près, les délais interbancaires sont aujourd'hui respectés après une période de rodage difficile de quelques mois liée à l'entrée en vigueur précipitée de la réglementation » affirme le CCSF.

Lire aussi : Changer de banque devient facile : mode d'emploi de la loi Macron

Le mode de calcul des APL devrait changer au printemps 2019

  Le mode de calcul des APL devrait changer au printemps 2019 VIDÉO - À partir d’avril, les aides au logement devraient être calculées sur la base des revenus en cours et non plus sur ceux d’il y a deux ans. Ce changement devait initialement entrer en vigueur au 1er janvier mais le gouvernement aurait préféré le décaler de quelques mois pour des raisons techniques, selon Les Echos. © Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro Les APL restent un dossier très sensible pour le gouvernement. Le mode de calcul des APL ne changera pas au 1er janvier 2019.

Si les établissements bancaires sont concernés par le nouveau dispositif d’automatisation du service d'aide à la mobilité bancaire , les entreprises, associations ou administrations émettrices de virements récurrents ou de prélèvements le sont tout autant.

La Loi Macron commence à faire bouger le public français. Depuis le 6 février 2017 la loi Macron sur les services de mobilité bancaire est active. La crainte de la première étant bien entendu de se faire « voler » ses clients par la seconde. En d’autre terme, certaines démarches entreprises n ’ ont pas encore abouti à l’heure actuelle.

Toujours aussi peu de mobilité

Du côté des clients, l'appréciation est plutôt bonne, selon un sondage réalisé en avril 2018 par OpinionWay auprès de 2.144 personnes. Près de 7 Français sur 10 savent que ce service de mobilité bancaire existe. La même proportion s'est vu proposer le dispositif lors de l'ouverture d'un nouveau compte et 4 sur 5 ont choisi d'y avoir recours. Et 85% des bénéficiaires en sont satisfaits. Toutefois, 38% ont constaté des anomalies (opérations non déplacées, lenteurs, bugs).

Surtout, l'entrée en vigueur de la loi n'a pas levé toutes les appréhensions.

« 17% des Français ont eu envie de changer de banque mais n'ont pas osé franchir le pas, notamment par crainte des difficultés liées aux transferts de virements et de prélèvements » relève le CCSF.

A la question © Fournis par La Tribune A la question "Globalement avez-vous trouvé le temps de transfert d'opérations suite à ce changement de compte", 46% des sondés(qui avaient bénéficié du service d'aide à la mobilité bancaire) ont répondu "assez rapide", mais 26% "assez long".

[Raisons pour lesquelles 17% de Français ont renoncé à ouvrir un compte courant dans une nouvelle banque. Crédits : CCSF / OpinionWay]

Découvert bancaire : près d'un Français sur 4 dans le rouge une fois par mois

  Découvert bancaire : près d'un Français sur 4 dans le rouge une fois par mois Si la tendance est à l'amélioration, nombreux sont les Français à se retrouver en difficulté financière en fin de mois. Ils sont 60% à dépasser leur limite autorisée de découvert au moins une fois par an, 24% une fois par mois. Une situation coûteuse, surtout pour les clients en situation de fragilité bancaire. Bonne nouvelle pour les ménages français : ils sont de moins en moins nombreux à dépasser leur découvert autorisé, une tendance qui semble se confirmer sur plusieurs années. Pourtant, rares sont les personnes qui peuvent se targuer de n'avoir jamais connu cette situation coûteuse.

Le contrat de mobilité bancaire est un dispositif d’aide au changement de banque : principes, démarches - Tout sur Ooreka.fr. Ce nouveau dispositif , présent dans la loi Macron et définitivement adoptée par le Parlement en juillet 2015, entre en vigueur en février 2017.

En vidéo. La mobilité bancaire pourrait vous faire réaliser d'importantes économies. JUSTICE. Elle a assuré que son voyage n ' avait aucun motif terroriste. Mais n ' a pas convaincu le tribunal.

En outre, selon les réseaux bancaires, 45% à 60% des demandes de mobilité bancaire ont abouti à la clôture du compte concerné. Le client a-t-il été dissuadé de partir ou retenu par une remise commerciale ?

Tout ceci explique en partie que la mobilité bancaire n'a pas progressé, et a même légèrement reculé de 4,8% à 4,5% l'an dernier selon une enquête à paraître de la Banque de France.

Ce constat agace l'UFC-Que Choisir.

« Le bilan du CCSF s'accommode dans l'indifférence d'un niveau de mobilité bancaire famélique » a réagi le président de l'association de défense des consommateurs, Alain Bazot, dans un communiqué.

ll calcule que, rapporté au nombre comptes bancaires et en comptabilisant les transferts réalisés hors dispositif, « le taux d'attrition du secteur atteindrait seulement 2,3%, un niveau toujours près de quatre fois inférieur à celui de nos voisins européens ! »

Encadrer les transferts des produits d'épargne

L'association plaide pour un dispositif de mobilité bancaire allant beaucoup plus loin, en particulier empêchant la domiciliation des revenus dans le cadre d'un prêt immobilier et encadrant les coûts de transfert des produits d'épargne, qui ne sont pas concernés par la loi Macron. L'UFC plaide pour que les parlementaires se saisissent du sujet lors de l'examen de la loi Pacte de Bruno Le Maire.

Les Fintech françaises ont levé un record de 200 millions d'euros depuis janvier

  Les Fintech françaises ont levé un record de 200 millions d'euros depuis janvier Les startups de l'univers de la finance - depuis les crypto-monnaies jusqu'aux prêts aux PME en passant par l'assurance en ligne et le paiement - ont attiré un niveau record de capitaux au premier semestre. Les tickets moyens augmentent mais ces jeunes pousses demeurent petites à l'échelle européenne et plus encore mondiale. La « forêt de bonzaïs » a connu une sacrée poussée au premier semestre : les startups françaises de la Fintech, mêlant finance et technologie, ont levé plus de 200 millions d'euros depuis le début de l'année, au travers d'une vingtaine d'opérations.

Accueil Les services La mobilité bancaire L 'essentiel. La mobilité bancaire qu’est-ce c’est ? Le dossier qui vous explique tout sur la loi Macron . Mais si, malheureusement, la relation ne dure pas , il vaut mieux entreprendre rapidement toutes les démarches pour clôturer le compte, voire parfois

Ce que dit la loi Macron sur la mobilité bancaire . La mobilité bancaire est donc un dispositif visant à simplifier les démarches des clients qui souhaiteraient changer de banque. Avec la mobilité bancaire , une signature suffira pour sauter le pas .

« Alors que plus d'un consommateur sur cinq (22%) a souhaité changer de banque au cours de l'année écoulée, il est frappant de constater que plus des trois quarts de ces derniers (76%) n'ont pas osé franchir le Rubicon. » a regretté le président de l'UFC.

Lire aussi : Mobilité bancaire : l'UFC-Que Choisir veut aller plus loin que la loi Macron

Par ailleurs, du côté des entreprises concernées par les transferts de virements ou de prélèvements, notamment les grands facturiers tels qu'EDF, les organismes de retraite, les mutuelles, etc, plus d'un quart de la quarantaine de grandes entreprises sondées par le CCSF ont évoqué des difficultés à tenir le délai de 10 jours imposé pour changer les coordonnées bancaires de leurs clients.

« Sur le respect du délai de 10 jours pour changer les coordonnées bancaires des clients pour les virements : 73,20% des répondants ne connaissent pas de difficultés à respecter le délai de 10 jours et 26,8% en ont » précise le rapport.

Real Estech : WeMaintain, l'ascensoriste qui monte .
Remarquée dans le livre blanc 2019 de la Real Estech, la startup WeMaintain ambitionne de devenir la première plateforme nationale et internationale à mettre en relation directe les gestionnaires de parcs immobiliers et les ascensoristes. Près de 100 millions de trajets par jour. L'automobile en France ? Eh bien non, il s'agit des données de la gestion des ascenseurs rien que dans l'Hexagone, avec un marché de 1,5 milliard d'euros.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!