Entreprise Ioukos, l'affaire qui empoisonne Arianespace

08:30  04 janvier  2017
08:30  04 janvier  2017 Source:   latribune.fr

Arianespace, une nouvelle année incroyable sur le plan opérationnel en 2016

  Arianespace, une nouvelle année incroyable sur le plan opérationnel en 2016 La société de services de lancement a maintenu une cadence de lancements soutenue avec 11 vols réussis de sa gamme de lanceurs (contre douze en 2015) : 7 Ariane 5 (ce qui porte le record à 76 lancements réussis consécutifs), 2 Soyuz et 2 Vega. En outre, Arianespace a atteint un nouveau record avec la mise en orbite de 27 satellites (contre 25 en 2012), représentant une masse totale injectée en orbite de 61,4 tonnes, dont 52,4 tonnes pour la seule orbite géostationnaire."Notre record pour 2016 est absolument impressionnant. Ariane 5 a battu deux records, elle a emporté en orbite jusqu'à 10,7 tonnes et signe un 76e succès successif depuis 2003.

Parmi les dossiers à régler en 2017 pour Arianespace , il y en a un qui l' empoisonne plus particulièrement. Celui qui concerne l ' affaire Ioukos . Tout comme Eutelsat, Arianespace fait partie des victimes collatérales de ce très sulfureux dossier. Pourquoi ?

Ces châteaux qui ont attisé votre curiosité en 2016. Immobilier: 2016, une année exceptionnelle. Ioukos , l ' affaire qui empoisonne Arianespace . Lancement de satellites : c'est toujours Arianespace qui gagne à la fin.

Parmi les dossiers à régler en 2017 pour Arianespace, il y en a un qui l'empoisonne plus particulièrement. Celui qui concerne l'affaire Ioukos. Tout comme Eutelsat, Arianespace fait également partie des victimes collatérales de ce très sulfureux dossier. Pourquoi ? A l'origine de cette affaire, le démantèlement à l'initiative du gouvernement russe du pétrolier Ioukos, qui aurait lésé certains actionnaires, dont deux sociétés offshore : Hulley Enterprises Limited et Veteran Petroleum Limited, toutes deux basées à Nicosie (Chypre) et qui ont été actionnaires de Ioukos entre 1999 et 2007, date de leur "expropriation" par la Russie.

Italie : le sauvetage de Monte dei Paschi coûtera 6,6 milliards d'euros à l'Etat

  Italie : le sauvetage de Monte dei Paschi coûtera 6,6 milliards d'euros à l'Etat L'augmentation du besoin en capital de la banque à 8,8 milliards d'euros et la recapitalisation préventive décidée par le gouvernement italien contraignent l'Etat à débloquer une somme considérable pour Monte dei Paschi di Siena.Lire aussi : L'Italie prête à aider Monte dei Paschi à combler son manque de fonds propres ?

de la société Ioukos – est sans incidence sur la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales en France. En 2009, le tribunal arbitral constitué dans cette affaire et siégeant à La Haye sous l’égide de la Cour permanente d’arbitrage a rendu trois sentences provisoires sur la compétence et la

L’agence spatiale russe renonce à livrer ses lanceurs Soyouz à Arianespace . Alors que les fonds destinés à payer les Soyouz font l'objet d’une saisie judiciaire en France dans le cadre de l ’ affaire Ioukos , Roscosmos a menacé de cesser de livrer les lanceurs

En juillet 2014, ces deux sociétés ont obtenu du tribunal à La Haye une sentence condamnant la Russie à verser une indemnisation de plus de 40 milliards de dollars en compensation de son "expropriation". Six mois plus tard, le 1er décembre 2014, le Tribunal de grande instance de Paris rend exécutoire cette sentence en France. Le 30 juin 2015, Hulley, puis le 18 janvier 2016, Veteran, en profitent pour faire procéder à une saisie de créances russes dans plusieurs groupes français, dont SA Arianespace. Ce qui empêche à la société de services de lancement de régler ses dettes envers Roscosmos, considérée comme une entité de la Fédération de Russie. Soit environ 300 millions d'euros.

Tensions entre la France et la Russie

Après un temps d'hésitation, Moscou conteste ces deux saisies. Mais la relation entre Arianespace et l'agence spatiale russe, Roscosmos, et plus généralement, entre la Russie et la France est depuis plus ou moins tendue. Trois jours après le dernier jugement rendu par la justice française, l'agence spatiale russe menace le 27 octobre de cesser de livrer des lanceurs Soyuz à Arianespace tant que les 300 millions d'euros dus par cette société au fabricant russe feront l'objet d'une saisie judiciaire.

Takata proche d'un accord avec la justice américaine, l'action s'envole

  Takata proche d'un accord avec la justice américaine, l'action s'envole Le règlement de l'affaire des airbags défectueux pourrait coûter plus d'un milliard de dollars au Japonais Takata. L'équipementier japonais est toujours en convalescence tandis que l'industrie automobile japonaise tente encore d'organiser son sauvetageCette information a fait bondir l'action Takata à la bourse de Tokyo. Celle-ci a grimpé de 21%, qui est la limite autorisée, pour se placer à 850 yens. On est loin du pic atteint début 2014 lorsque l'action valait 3.050 yens, mais loin de son plus bas de 335 dollars touchés en mai dernier.

"Ce succès confirme la pertinence de l'offre d' Arianespace , qui vise le meilleur équilibre possible entre la fiabilité, la disponibilité et le prix, tout en s'adaptant en permanence aux évolutions du marché", a expliqué Stéphane Israël. Ioukos , l ' affaire qui empoisonne Arianespace .

Gerhard Schröder prend la présidence d’un groupe pétrolier russe. Monde. Arianespace va pouvoir payer son fournisseur russe Roscomos. Monde. La Russie emporte une manche en France dans l ’ affaire Ioukos . Europe. La Russie riposte aux sanctions de la Grande-Bretagne.

"Nous ne recevons pas actuellement l'argent dû par Arianespace pour notre travail. Pas d'argent, pas de produit. Nous ne pouvons travailler gratuitement, avait alors martelé le service de presse de Roscosmos. Nous ne livrerons donc rien".

Dans un courrier adressé fin octobre au Premier ministre Manuel Valls, Roscosmos a même menacé d'assigner Paris devant un tribunal arbitral si ses actifs saisis en France ne lui étaient pas rendus. Au prétexte que la France viole un traité international signé le 4 juillet 1989 entre la Russie et la France, qui est un accord sur l'encouragement et la protection réciproques des investissements. "Une façon de mettre la pression sur l'État français et d'exiger que la situation doit être réglée", analyse une source proche de ce dossier, sous-entendant que les Russes ne souhaitent pas attendre dix ans avant d'être payés. D'autant que les Russes pourrraient eixger des réparations en vertu de ce traité international.

Lancement de satellites : c'est toujours Arianespace qui gagne à la fin

  Lancement de satellites : c'est toujours Arianespace qui gagne à la fin Sur 13 satellites de télécoms à lancer sur le marché ouvert en 2016, les équipes commerciales de Stéphane Israël ont remporté 7 contrats. Soit plus de 50% de parts de marché (53,8%). Sur le plan opérationnel, Arianespace a lancé 10 satellites commerciaux sur les 19 tirés (soit 52,6% de parts de marché). Au total, la société, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 1,4 milliards d'euros en 016 (contre 1,433 milliard en 2015), a procédé à onze lancements en 2016.13 nouveaux contrats signés en 2016Au total, Arianespace a signé l'année dernière 13 contrats supplémentaires, a révélé mercredi Stéphane Israël.

«Nous n'avons à l'heure actuelle pas reçu la somme que nous doit Arianespace pour notre travail. Pas d'argent, pas de produits. L’organisation aurait dû toucher 300 millions d’euros pour ses services, somme qui est gelée dans le cadre de l ’ affaire Ioukos par les anciens actionnaires de cette

Paris - L'imbroglio judiciaire dans l ' affaire Ioukos se poursuit: la justice française Elle a en revanche débloqué 300 millions d'euros de dettes d' Arianespace auprès de l'agence spatiale russe Le dossier Ioukos , saga judiciaire hors-norme au regard des montants en jeu, empoisonne les relations entre

Règlement définitif en avril 2017?

L'épilogue pourrait intervenir au semestre 2017. Selon plusieurs sources concordantes, la cour d'appel de Paris devrait rendre le 19 avril prochain un jugement sur le fond. Mais Paris n'a pas attendu cette nouvelle échéance. En coulisse, la France s'active beaucoup pour résoudre le problème et rassurer Moscou. Bercy travaille, selon nos informations, sur une protection des entreprises impliquées dans de telles procédures. "C'est un signal qui montre que Paris se sent concerné par le dossier", explique-t-on à La Tribune. Mi-novembre alors qu'il allait assister à Baïkonour au départ du spationaute Thomas Pesquet vers la Station spatiale internationale (ISS), le secrétaire d'Etat à la Recherche, Thierry Mandon. avait expliqué que le conflit entre l'agence spatiale russe et Arianespace devait se régler "au mieux des intérêts" des deux parties.

"On a rassuré nos amis russes sur le fait que nous aimerions que cette affaire se règle au mieux des intérêts d'Ariane et des Russes, a précisé Thierry Mandon. On étudie de très près cette situation. On étudie les moyens de pas être inerte par rapport aux attentes légitimes d'Arianespace. Il y a un appel, on va voir comment on peut faire dans un contexte où la justice est indépendante".

Novartis empêtré dans une affaire de corruption en Grèce

  Novartis empêtré dans une affaire de corruption en Grèce La presse grecque évoque "des versements de pots-de-vin à des fonctionnaires par Novartis" dans le cadre de cette affaire où près de 180 personnes ont été convoquées pour témoigner. Une mauvaise année pour le groupe pharmaceutique suisse déjà épinglé deux fois auparavant, en Turquie et en Corée du Sud, pour corruption visant à doper les commandes de certains de ses médicaments. Le groupe a également fait l'objet d'enquêtes judiciaires similaires en Turquie et en Corée du Sud, respectivement en avril et en août 2016 .

Saisie de règlements. Le quotidien RBC a appris que les entreprises françaises Arianespace , Eutelsat et Air France étaient impliquées dans l ’ affaire qui oppose, en France, les anciens actionnaires de Ioukos à la Fédération de Russie.

700 millions de dollars destinés aux groupes russes ont été bloqués en France dans le cadre de la requête d’ex-actionnaires du géant pétrolier Ioukos . La société Arianespace met en orbite des satellites depuis le cosmodrome de Kourou en Guyane française à l’aide de lanceurs russes Soyouz.

Thierry Mandon s'était auparavant arrêté à Moscou, où il avait rencontré le vice-ministre russe en charge de la Recherche, Alexis Lopatine. Il a également vu le conseiller du Kremlin pour la recherche, Andreï Foursenko. En outre, le ministre des Finances Michel Sapin est allé, lui aussi, à Moscou début décembre pour régler en autre ce conflit franco-russe.

Soyuz reste encore utile à Arianespace

En attendant Ariane 6, Arianespace a encore besoin de Soyuz. © Fournis par La Tribune En attendant Ariane 6, Arianespace a encore besoin de Soyuz.

En attendant Ariane 6, Arianespace a encore besoin de Soyuz. Le conflit entre la Russie et la France ne devrait pas, a priori, entraver l'exploitation du lanceur russe à Kourou. Le calendrier d'Arianespace prévoit des lancements de satellites commerciaux par Soyuz dans les prochaines années. Notamment pour déployer la constellation OneWeb (internet pour tous), un programme privé américain. Arianespace a signé en juin 2015 un contrat pour 21 vols Soyuz dont le premier était à l'origine prévu en 2017.

Face à la presse, lors du lancement de quatre satellites Galileo, le PDG d'Arianespace, Stéphane Israël, s'était montré confiant : "Cela ne pose pas de problème pour les lancements Soyuz en préparation, dès début 2017. Il faut bien distinguer des procédures liées à des conflits entre d'anciens actionnaires, une entreprise d'énergie et la Fédération de Russie à l'exécution de nos contrats. Cette dernière se poursuit".

Dieselgate : 10.000 automobilistes britanniques veulent faire plier Volkswagen .
Au Royaume-Uni, deuxième marché automobile européen, 1,2 million de voitures sont concernées par le scandale des moteurs diesel truqués. Et le cabinet d'avocats britannique Harcus Sinclair, qui a déjà rallié à sa plainte des milliers de conducteurs, veut porter le dossier devant la Haute Cour de justice.Le cabinet d'avocats Harcus Sinclair UK a annoncé lundi qu'il intentait une action en justice au Royaume-Uni contre Volkswagen en vue d'obtenir un dédommagement pour les conducteurs britanniques ayant subi un préjudice du fait du scandale de manipulation des tests d'émission de gaz polluants.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!