Entreprise GEPS Techno, mise sur le mix des énergies marines

16:10  09 janvier  2017
16:10  09 janvier  2017 Source:   La Tribune

Ce pays s'est (presque) passé des énergies fossiles en 2016

  Ce pays s'est (presque) passé des énergies fossiles en 2016 Pari presque tenu pour le Costa Rica. Contrairement aux promesses faites par les autorités locales, ce territoire d'Amérique Latine n'a pas réussi à devenir 100% autonome en énergie fin 2016. Selon un rapport de l'Institut costaricain de l'électricité (ICE), les sources d'énergies renouvelables ont produit 98,1% de l'électricité du pays en 2016. Les énergies fossiles (fioul et gaz essentiellement) ayant fourni le reste (1,88%). Loin d'être une Loin d'être une contre-performance, ce résultat est le fruit de nombreuses années de travail mais aussi d'une utilisation efficace des ressources naturelles offertes par ce territoire de 51.

PROJET / Geps Techno développe une gamme de produits destinés à la production d’ énergies renouvelables qui seront intégrés dans une structure marine , dénommée MLiner, capable de produire de l ’ éner - gie verte à un coût compétitif. La structure, inspirée d’un navire, intègre des panneaux photovoltaïques, des éoliennes, des hy-droliennes et un module houlomoteur breveté.

Si vous n'êtes pas automatiquement redirigé. Cliquez ici. « Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune - Sectionv

« En mélangeant les quatre énergies marines, les problèmes d'intermittence n'existent plus », annonce Jean-Luc Longeroche, président de GEPS Techno. Si en théorie l'idée est séduisante, en pratique, elle nécessite des savoir-faire et des technologies encore peu développés. C'est sur ce créneau que travaille GEPS Techno, fondée il y a cinq ans par Jean-Luc Longeroche et Philippe Magaldi. Elle emploie aujourd'hui quatorze personnes.

Ils ont commencé par travailler sur l'énergie houlomotrice, qui exploite l'énergie des vagues : « Il existe entre 150 et 200 technologies dans le monde pour l'exploiter, mais aucune n'est mature à l'échelle commerciale », affirme Jean-Luc Longeroche. Après quatre années de recherches et de prototypes, GEPS Techno a lancé ses plateformes de petite production : l'Octopusea et la Wavepearl.

Le plan de la Chine pour doper ses énergies propres

  Le plan de la Chine pour doper ses énergies propres Toujours friand du charbon, le premier pollueur mondial souhaite accélérer sa transition énergétique. Quelques jours après l'important pic de pollution, qui a paralysé une grande partie du territoire, la Chine vient de dévoiler un nouveau plan de soutien aux énergies renouvelables. Cette feuille de route, présentée par l’Administration nationale de l’énergie (le régulateur local du secteur) prévoit, sur 5 ans, le développement et le raccordement rapide au réseau électrique de milliers de projets solaires, éoliens ou hydrauliques. Pour y parvenir, l'État entend consacrer sur cette période une enveloppe de 2.500 milliards de yuans (soit 344 milliards d'euros).

Tous vos contenus préférés. Un seul endroit. V | Max | MusiquePlus. Revoyez vos émissions et accédez à des contenus exclusifs. Souper décisif chez Dave qui mise sur sa cuisine.

République Française | SIG © 2006 | Infos site. Observations du Comité de Liaison des Énergies Renouvelables sur

Ces îlots flottants jaune vif, de trois à quatre mètres de diamètre, peuvent produire quelques dizaines watts en mixant les énergies des vagues et du soleil. Grâce à ce système alternant deux énergies, les batteries sont réduites : une plateforme abrite deux batteries de 15 kg contre une tonne sur une bouée photovoltaïque classique. La première plateforme commercialisée a été vendue à l'Ifremer est en service depuis mai 2015. Les clients ciblés sont « des entreprises de mesures en mer ou des instituts de recherches qui ont besoin de puissances de plus de 10 watts  car c'est que produisent déjà les bouées qui ne fonctionnent qu'avec du solaire », détaille le président de GEPS Techno.

Le M-Liner, géant des mers

Le projet phare de GEPS Techno reste le MLiner. Un flotteur géant exploitant les quatre énergies renouvelables marines.  « Ce projet est élaboré avec la conviction que l'avenir sera hybride », annonce Jean-Luc Longeroche.

Le groupe naval DCNS crée une filiale dédiée aux énergies marines

  Le groupe naval DCNS crée une filiale dédiée aux énergies marines DCNS affirme sa stratégie dans les énergies marines renouvelables. Spécialiste de l'industrie navale militaire, de l'énergie nucléaire et des infrastructures marines, le groupe français a décidé de regrouper toutes ses activités liées au secteur des énergies renouvelables dans une entité unique baptisée DCNS Énergies. Le groupe naval français possédera la majorité du capital de cette nouvelle entité tandis que Bpifrance en détiendra 36%. Un communiqué précise que le groupe français d'ingénierie Technip et BNP Paribas Développement participeront également au tour de table.

Grèce : comment Marine Le Pen veut récupérer la victoire annoncée de Syriza.

Les+lus. Le meilleur du web. Les partis pris. En images. Extra. Au hasard. Les blogs. MOOC Rue89. Douze trucs à savoir sur Marine Le Pen - Rue89 - L'Obs.

En 2015, le prototype PH4S a été mis à l'eau, une sorte de « bébé MLiner », équipé d'une éolienne et d'une hydrolienne. « Le PH4S coûte deux fois plus cher qu'une installation avec deux ressources mais produit dix fois plus », constate le représentant de l'entreprise. Ce prototype visait avant tout à prouver la faisabilité du projet dans des conditions réelles de pleine mer.

Selon le fondateur de GEPS Techno il existe « trois à quatre projets sur l'hybride en mer dans le monde mais uniquement basés sur deux sources d'énergie, jamais les quatre ». En effet, plus les types d'énergie exploités sont nombreux, plus les traitements sont différents et complexes. « Dès que l'on mélange les énergies, il est difficile de dimensionner la chaîne de conversion électrique, donc beaucoup de gens pensent que ce n'est pas rentable », explique-t-il.

Après un an de test, GEPS Techno a pu prouver que « les pertes de rendements sont largement compensées par le mix énergétique qui propose des ressources tout le temps ». Si la production d'énergies renouvelables peut être instable, il existe des facteurs immuables : il n'y a pas de soleil la nuit, le courant marin connaît une inversion toutes les six heures, les tempêtes alimentent l'énergie houlomotrice...

Pékin crée une police environnementale pour réduire la pollution

  Pékin crée une police environnementale pour réduire la pollution Le maire de la capitale chinoise entre en guerre contre les barbecues en plein air et autres incinérations d'ordures, qui contribuent à dégrader la qualité de l'air. La Chine prend très à cœur le problème de la pollution et mise sur les énergies renouvelables pour réduire sa consommation de charbon.Barbecues en plein air,  incinération d'ordures, de bois ou d'autres matériaux organiques seront directement visés par cette brigade.

Le répertoire indiqué pour le modèle n'a pas été trouvé sur le site. Caractérisation et mise au point d'un procédé de retrait résine sur les

Site web d'information Bonoua: Les producteurs de cacao mettent le cap sur la qualité ».

Il peut ainsi y avoir des périodes où les quatre énergies alimentent le système en même temps et d'autres où la production est très basse. « Mais on n'atteint jamais 0%, il y a toujours un minimum de production », assure Jean-Luc Longeroche. Sur le prototype PH4S, l'énergie des vagues domine le mix énergétique (60%) mais, bien entendu, cette proportion varie selon l'emplacement de la structure.

Prochaine étape, le vrai M-Liner. « On est en train de préparer le premier démonstrateur M-Liner, aux alentours de 1 MW de puissance, avec un objectif de mise à l'eau avant 2020 » annonce l'ingénieur. Le projet intermédiaire le plus concret : des plateformes plus grandes (10 mètres de diamètre), exploitant la houle et le soleil pour produire jusqu'à 150 kW. « Il s'agit de la brique houlomotrice moyenne puissance du MLiner », se réjouit-il. Cette plateforme serait capable d'alimenter une ferme aquacole, l'outillage pour la construction d'une plateforme pétrolière, une base scientifique, des hôtels sur une île... Tout un marché à développer, d'autant que la concurrence dans les énergies renouvelables est moins structurée sur la mer que sur terre.

MH370 : suspension des recherches sous-marines, trois ans après la disparition du vol .
En l'absence de piste concrète, les équipes de recherche du vol de Malaysia Airlines ont suspendu leurs opérations, ont annoncé la Malaisie , la Chine et l'Australie dans un communiqué.L'appareil "n'a pas été localisé" dans la zone de recherches de 120.000 kilomètres carrés déterminée dans le sud de l'océan Indien, dit le communiqué. "En dépit de tous les efforts fournis à l'aide de la science disponible, des technologies de pointe et des conseils de professionnels extrêmement compétents (...), les recherches n'ont pas permis de localiser l'appareil", dit le texte. La Malaisie avait annoncé la fin des opérations voici deux semaines.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Commentaires:

comments powered by HyperComments
C'est intéressant!