Entreprise General Motors ne cède pas aux menaces de Trump

07:40  11 janvier  2017
07:40  11 janvier  2017 Source:   BFM Business

Mis sous pression par Trump, Ford annule son projet d'usine au Mexique

  Mis sous pression par Trump, Ford annule son projet d'usine au Mexique Ford fait marche arrière. Le constructeur américain a annoncé ce mardi 3 janvier qu'il allait annuler la construction d'une nouvelle usine à 1,6 milliard de dollars au Mexique afin d'investir dans une de ses installations dans le nord des États-Unis pour y fabriquer des véhicules autonomes et électriques. Cette annonce intervient alors que le président élu américain Donald Trump accentue sa pression sur les grands groupes américains afin qu'ils rapatrient Cette annonce intervient alors que le président élu américain Donald Trump accentue sa pression sur les grands groupes américains afin qu'ils rapatrient leurs usines aux États-Unis, prenant tout particulièrement pour cibles leurs investissements au Mexique.

Face à Trump , Toyota et consorts dégainent les preuves de fidélité à l'Amérique. Le cidre s'offre une cure de jouvence pour séduire une nouvelle clientèle. Le Mexique, cible de Trump , est devenu un grand de l'automobile. Smartphones: le chinois Huawei vise haut sur le marché mondial. Un carburant vert pour bus et camions disponible en France.

Il s'en est pris mardi au premier constructeur automobile américain, General Motors , et a menacé de lui imposer "une importante taxe frontalière" Et si GM n 'a pas réagi au "tweet" de Donald Trump , c'est justement son rival Ford Motor qui a créé la surprise, en annonçant que le groupe annulait un projet de construction d'une nouvelle usine au Mexique, un investissement estimé à 1,6 milliard de dollars

General Motors continue de résister aux pressions de Donald Trump pour freiner sa production de voitures au Mexique, devenant le seul membre du "Big Three" de Detroit à ne pas encore avoir donné de gages au président élu américain.

"Notre stratégie a toujours été de produire là où nous vendons et cela n'a pas encore changé", a déclaré la PDG Mary Barra à des journalistes en marge du salon automobile de Detroit (Michigan, nord).

Le groupe aux quatre marques (Chevrolet, Buick, Cadillac et GMC) maintient ses projets de construction au Mexique et en l'occurrence la fabrication du coupé Chevrolet Cruze Hatchback, attaquée par Donald Trump la semaine dernière dans une série de tweets rageurs.

Usine au Mexique : au tour de Toyota d'être menacé par Trump

  Usine au Mexique : au tour de Toyota d'être menacé par Trump Après Général Motors et Ford en début semaine, le constructeur Toyota s'est attiré les foudres de Donald Trump. En cause, un projet de construction d'usine au Mexique.Toyota Motor said will build a new plant in Baja, Mexico, to build Corolla cars for U.S. NO WAY! Build plant in U.S. or pay big border tax.

Il s'en est pris ce mardi au constructeur automobile américain General Motors et a menacé de lui imposer "une importante taxe frontalière" Et ce mardi, si GM n 'a pas réagi au "tweet" de Donald Trump , c'est justement son rival Ford Motor qui a créé la surprise, en annonçant que le groupe annulait un projet de construction d'une nouvelle usine au Mexique, un investissement estimé à 1,6 milliard de dollars.

Site web d'information L'Afrique du Sud sous la menace d 'une dégradation des agence

Il a même annoncé mardi que la nouvelle version du SUV GMC Terrain, actuellement produit au Canada, sera fabriquée au Mexique.

Ford et Fiat Chrysler ont plié

"Ces décisions ont été prises il y a deux, trois et quatre ans" et impliquent de "gros investissements", a expliqué Mary Barra, qui fait partie d'un forum stratégique de grands patrons mis en place par Donald Trump pour évaluer sa politique économique.

La résistance de GM tranche avec la main tendue à Donald Trump par les deux autres grands constructeurs automobiles américains.

Ford a annulé un investissement de 1,6 milliard de dollars au Mexique, tandis que Fiat Chrysler va créer 2.000 emplois supplémentaires aux États-Unis et rapatrier la fabrication d'une camionnette à plateau (pick-up) de la marque Ram du Mexique aux États-Unis.

La Jeep mexicaine ne s'attire pas (encore?) les foudres de Trump

  La Jeep mexicaine ne s'attire pas (encore?) les foudres de Trump Jeep, la marque symbole des véhicules tout-terrain aux États-Unis, n'a pas encore suscité l'ire de Donald Trump alors que son constructeur, Fiat Chrysler, va bientôt vendre aux États-Unis un de ses modèles fabriqués au Mexique. Pourtant le président élu américain s'en est déjà pris, par Twitter interposé, à Ford, General Motors et Toyota pour leur stratégie consistant à faire fabriquer au Mexique des voitures pour le marché américain. Mais pas à la Jeep Compass, qui était fabriquée jusqu'en décembre dans une usine du groupe à Belvidere dans l'Illinois, et qui a vu sa production transférée dans une usine du groupe à Toluca au Mexique.

de (01/01/1970 01:00:00) Warning: mysql_fetch_row(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/www/aerostories/www/~aeroforums/forumquizz/aff.php on line 108. Re:Ne complexifions pas trop, mais

Tous vos contenus préférés. Un seul endroit. V | Max | MusiquePlus. Revoyez vos émissions et accédez à des contenus exclusifs. Daphnée, une haïtienne qui décide d’offrir un menu pas du tout haïtien, reçoit.

Donald Trump, qui succèdera dans 10 jours à Barack Obama à la Maison Blanche, s'est félicité de ces "victoires" et a remercié les deux groupes automobiles sur son compte Twitter. GM, acculé à la faillite en 2009 et renfloué avec les fonds publics, espère que sa taille et son poids dans l'économie américaine plaideront pour lui.

30 milliards de dollars d'investissements au Mexique

"Quand vous regardez le nombre d'emplois que nous avons créés dans ce pays, je pense que notre voix sera entendue au moment où les politiques seront élaborées", argumente Mary Barra, qui a eu un échange téléphonique avec Donald Trump la semaine dernière.

Le Mexique est devenu grâce à l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) une importante base industrielle pour les constructeurs vendant aux Etats-Unis et au Canada, avec des coûts de production inférieurs.

Entre 1999 et 2013, les investissements directs étrangers y ont dépassé les 30 milliards de dollars, selon le lobby ProMexico. En parallèle, les Etats-Unis sont devenus au premier trimestre 2015 la plus importante destination des exportations de véhicules mexicains (70%), d'après l'association spécialisée mexicaine AMIA.

À son tour, Fiat Chrysler relocalise aux États-Unis

  À son tour, Fiat Chrysler relocalise aux États-Unis Après Ford la semaine dernière, au tour de Fiat Chrysler de relocaliser sa production aux États-Unis. Le groupe italien a annoncé dimanche 8 janvier la création de 2.000 emplois et le rapatriement de la production d'un gros pickup aux États-Unis, au moment où les constructeurs automobiles sont sommés par le président élu américain Donald Trump de freiner leurs délocalisations vers le Mexique. Le constructeur investira un milliard de dollars d'ici Le constructeur investira un milliard de dollars d'ici à 2020 dans deux de ses usines dans le Michigan et l'Ohio, où seront créés ces nouveaux emplois, pour assembler notamment sa nouvelle Jeep de luxe Wagoneer ainsi qu'un pickup, précise son communiqué publié à la veille de l'

Donald Trump menace de taxer General Motors s’il ne fabrique pas ses voitures aux États-Unis. Trump menace , Ford cède . Toyota, la nouvelle cible de Donald Trump . ‘US to become radicalized under Trump ’.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication. › Le FBI prend "très au sérieux" les menaces d 'ingérence étrangère dans

Le projet en Chine de Cadillac

GM dispose de plusieurs sites industriels au Mexique, dont trois usines d'assemblage (Silao, San Luis Potosi et Ramos Arizpe). Il est encore "trop tôt" pour évaluer l'impact sur le groupe d'une renégociation promise par Donald Trump de l'Aléna, a indiqué Mme Barra.

Si elle s'est retirée du Mexique, Cadillac, icône de la voiture de luxe "Made in America" et propriété de General Motors, maintient par ailleurs son projet de vendre aux États-Unis un véhicule fabriqué en Chine.

La berline CT6 hybride rechargeable est produite dans l'usine de Cadillac à Pudong Jinqiao, près de Shanghai. Elle va être commercialisée aux Etats-Unis au printemps, devenant le second véhicule -après la Buick Envision- fabriqué en Chine par une marque de General Motors et vendu sur le sol américain.

  General Motors ne cède pas aux menaces de Trump © Fournis par BFMNews

La concurrence de Lexus et des marques allemandes

"La CT6 hybride a des composants américains mais pour des raisons économiques il faisait sens de la produire dans une seule usine vu le volume de production", explique le PDG de Cadillac Johan de Nysschen.

Surclassée aux États-Unis par les marques allemandes (BMW, Mercedes-Benz et Audi) et le japonais Lexus, Cadillac a trouvé une seconde jeunesse en Chine où la griffe séduit les classes aisées.

Donald Trump a menacé pendant la campagne électorale d'imposer des droits de douane prohibitifs de 45% sur les importations chinoises et d'inscrire la Chine sur la liste des manipulateurs de devises, ce qui ouvrirait la porte à des sanctions commerciales.

Plus largement, il a fait de la lutte contre les délocalisations et du retour aux États-Unis de l'emploi manufacturier l'un des axes de sa campagne victorieuse contre Hillary Clinton.

General Motors cède aux pressions de Trump et investit aux États-Unis .
C’est une nouvelle victoire pour le président américain qui investira les locaux de la Maison Blanche dans trois jours. Après avoir subi les pressions de Donald Trump, General Motors a finalement annoncé ce mardi investir un milliard de dollars de plus aux États-Unis et y créer jusqu'à 5.000 emplois supplémentaires dans les prochaines années. À travers cette annonce, General Motors devient le dernier constructeur automobile en date à céder aux injonctions du milliardaire pour développer leurs activités sur le sol américain.Les nouveaux investissements devraient entraîner dans l'immédiat la création de 1.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!