Entreprise Bouygues construira une partie de la centrale nucléaire d'Hinkley Point

10:50  11 janvier  2017
10:50  11 janvier  2017 Source:   La Tribune

Les voeux en photo et vidéo sur mobile cartonnent plus que les SMS

  Les voeux en photo et vidéo sur mobile cartonnent plus que les SMS L'envoi électronique de voeux passent de plus en plus par l'image animée ou fixe sur réseaux mobiles. Largement équipés de smartphones, les Français envoient plus volontiers des photos et vidéos, ou des messages sur les applications mobiles, selon les décomptes publiés ce dimanche 1er janvier 2017 par les opérateurs. Les MMS ont ainsi bondi de 8,63% chez Orange à 7,1 millions et de 13,5% à 3,39 millions chez Bouygues Telecom, entre 21h et 2h du matin dans la nuit de la Saint Sylvestre de 2016. Les deux autres opérateurs (Free et SFR) n'ont pas communiqué de chiffres pour les MMS.

Liseuse documents eyrolles. Chapitre 5 - Réussissez votre stratégie de marché : les points clés de la

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication. › Hinkley Point : la signature du contrat entre EDF

Le groupe Bouygues Construction a annoncé mercredi avoir décroché auprès d'EDF un contrat de plus de 1,7 milliard d'euros pour la construction des bâtiments qui abriteront les deux réacteurs nucléaires de technologie EPR d'Hinkley Point au Royaume-Uni.

Ce contrat a été confié à la filiale Bouygues Travaux Publics, en groupement avec l'entreprise britannique Laing O'Rourke, précise un communiqué de Bouygues Construction. "Ce choix témoigne de l'expertise de Bouygues Construction dans le domaine du génie civil nucléaire", a commenté Philippe Bonnave, PDG de Bouygues Construction, cité dans le communiqué.

Tensions autour de la fermeture de Fessenheim

  Tensions autour de la fermeture de Fessenheim La tension monte autour de Fessenheim. Aujourd’hui est attendu l’avis du comité central d’entreprise (CCE) d’EDF sur la fermeture de la centrale alsacienne. Aucun doute qu’il sera négatif. Il ouvre la voie au vote du conseil d’administration d’EDF qui se tiendra le 24 janvier, et qui s’annonce déjà serré et tendu. Plusieurs sources proches d’EDF rapportent que le gouvernement s’inquiète de voir les administrateurs du groupe rejeter la fermeture de Fessenheim. Ce qui signerait un camouflet politique. Les six représentants de l’État ne participeront pas au vote, explique-t-on chez EDF.

Merci de votre patience. La mission TICE et la DSI du Rectorat de l 'académie de Nancy-Metz. Travailler sur l'architecture en terre à partir de l 'inventaire de l 'Unesco.

Les + lus. Le meilleur du web. Les partis pris. En images. Extra.

Coût total de 21 milliards d'euros

En période de pointe, 3.500 personnes devraient  travailler sur le chantier. Après sa participation à la construction de plusieurs centrales dites de deuxième génération en France comme celles de Bugey, Saint-Alban ou Chooz, Bouygues avait remporté en 2005 le contrat de génie civil de la centrale nucléaire EPR d'Olkiluoto en Finlande et celui de la centrale EPR de Flamanville en 2006.

"Le projet d'Hinkley Point bénéficiera du retour d'expérience de ces deux projets et verra la mise en oeuvre d'innovations importantes comme la maquette numérique", souligne le groupe. Depuis leur démarrage, les chantiers de la construction des EPR de Flamanville, piloté par EDF, et d'Olkiluoto, piloté par Areva en partenariat avec Siemens, ont accumulé retards et dérapages de coûts. Pour les deux réacteurs EPR en projet à Hinkley Point, EDF prévoit d'investir au total 18 milliards de livres sterling (environ 21 milliards d'euros).

Nucléaire: Toshiba risque des charges phénoménales .
L'action du conglomérat industriel japonais Toshiba a encore chuté de 16% jeudi à la Bourse de Tokyo, les dépréciations sur ses activités nucléaires américaines étant susceptibles de dépasser quelque 6 milliards d'euros. Toshiba, dont l'action est même tombée à 212 yens en séance (-26,5%), n'évitera pas la plongée dans le rouge pour l'exercice s'achevant le 31 mars 2017, a écrit le quotidien Nikkei. Le groupe, qui avait déjà déploré une perte de 483 milliards de yens en 2015/16, a indiqué dans un communiqué ne pas confirmer les sommes avancées.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!