Entreprise Ce site veut simplifier la vie des propriétaires qui louent sur Airbnb

17:00  11 janvier  2017
17:00  11 janvier  2017 Source:   BFM Business

Comment le fisc contribue sans le vouloir aux tarifs imbattables d'Airbnb

  Comment le fisc contribue sans le vouloir aux tarifs imbattables d'Airbnb C’est une enquête qui pourrait raviver la discorde entre les hôtels traditionnels et la plateforme de réservation de logements entre particuliers, Airbnb. Selon le Financial Times, qui se base sur la ville de Londres, environ un tiers des économies réalisées par un client d’Airbnb sur le prix moyen d’une chambre d’hôtel dans la capitale britannique est dû aux avantages fiscaux. A ce titre, le quotidien d’outre-Manche ajoute que “49% des utilisateurs d’Airbnb aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Allemagne ont déjà remplacé un séjour à l’hôtel par un séjour réservé sur la plateforme en ligne”.

Le site est temporairement fermé. Raison de clôture: ! !!! site en maintenance !!! ! S'il vous plaît, visiter plus tard.

La vie de Christ en nous doit se manifester.

Luckey Homes est le leader français de la gestion immobilière en location touristique. Créée il y a un an et demi, la société accompagne les propriétaires qui veulent se lancer sur des sites comme Airbnb pour qu'ils soient toujours en règle. Concrètement, elle veut les décharger de toutes les contraintes administratives et juridiques. Une veille plutôt appréciable quand on connaît la complexité de la location de courte durée, dont la réglementation est en constante évolution.

Par exemple, louer sa résidence secondaire à Paris sur ce type de plateformes est interdit, et mettre sa résidence principale en location est limité à 120 jours par an. Autre cas de figure: pour louer sans limitation de durée dans la capitale, on peut investir dans un local commercial et le transformer. Bref, autant de subtilités qui rendent Luckey Homes légitime. Ainsi, en se voyant confier la gestion d'un bien immobilier, l'entreprise va devenir une vraie vigie réglementaire.

Une association allemande de 100.000 membres porte plainte contre Volkswagen

  Une association allemande de 100.000 membres porte plainte contre Volkswagen L'Allemagne écrit une nouvelle page du "dieselgate". Outre-Rhin, l'association allemande myRight, représentant 100.000 automobilistes, vient de saisir la justice pour violation de "certaines règles de l'Union européenne". Elle souhaite que ses membres, roulant dans des véhicules diesel du groupe Volkswagen -concernés par le scandale des moteurs truqués- obtiennent réparation du préjudice subi. Alors qu'aux États-Unis le premier constructeur européen va débourser plusieurs milliards de dollars afin de dédommager ses clients américains, l'entreprise s'est toujours refusée à indemniser les propriétaires des 8,5 millions de véhicules e

Site en maintenance. Veuillez nous écrire à l’adresse contact@techmissus.com ou nous appeler au (+225) 2001-2034.

Le serveur a interrompu la connexion. Pour les propriétaires ou les co- propriétaires qui louent un logement.

Le site a lancé une application mobile qui permet aux propriétaires d'être informés lors d'un changement de règle les concernant. Ils recevront par exemple une alerte quelques jours avant la fin de la période maximum pendant laquelle il est possible de louer sa résidence principale via Airbnb. Aujourd'hui, en France, la loi impose une limite de quatre mois, ou 120 jours par an consécutifs ou non, à cette activité censée rester occasionnelle.

  Ce site veut simplifier la vie des propriétaires qui louent sur Airbnb © Fournis par BFMNews

Luckey Homes prend tout en charge

Par ailleurs, Luckey Homes peut être amenée à conseiller les propriétaires sur les périodes les plus propices pour louer leur logement, ainsi que sur les événements programmés dans la ville où se situe le bien ou aux alentours (Euro de football, marathon, festivals, concerts etc.). Car cet afflux de visiteurs constitue une source de revenus potentiels pour les bailleurs. La plateforme apporte également son expertise en matière de fiscalité, notamment sur la question du régime d'imposition appliqué à ce type de location (micro Bic ou régime réel). Toutefois, elle ne le fait qu'au cas par cas.

Immobilier: Paris tenté par le "permis de louer" pour certains quartiers

  Immobilier: Paris tenté par le Le "permis de louer" cher à Emmanuelle Cosse peine à convaincre. Depuis quelques jours, un décret permet aux communes qui le souhaitent de définir les zones dans lesquelles la mise en location d'un bien par un bailleur sera soumise à une déclaration, voire à une autorisation préalable. Mais le dispositif, que la ministre du Logement a instauré pour lutter contre l'habitat indigne a peu de chance d'être réellement efficace. "La plupart des propriétaires Par ailleurs, l'immense majorité des propriétaires bailleurs respectent les règles. Le ministère du logement estime d'ailleurs que la part de logements insalubres en France ne dépasse pas les 2% du parc locatif privé.

La page que vous recherchez n'existe pas. Revenir à l'accueil. Impôts : que faire si on loue son logement sur Airbnb ?

Pour suivre l'actualité en direct, en audio et en vidéo. Pas banale, la vie !

En tant que gestionnaire, Luckey Homes prend tout en charge: la publication des annonces sur les sites dédiés, l'estimation du juste prix pour les voyageurs, la remise des clés, le ménage, la maintenance... bref, un service complet de conciergerie. En contrepartie, la start-up prélève une commission correspondant à 20% des revenus perçus par le propriétaire.

Ces frais relativement élevés n'empêchent pas de dégager des rendements assez spectaculaires. De quoi séduire les investisseurs à qui ce placement peut rapporter jusqu'à 11% par an à Paris. Des niveaux tels que le site est entré en discussions avec des fonds d'investissements qui souhaitent eux aussi investir dans la location saisonnière, qu'ils considèrent comme "une nouvelle classe d'actifs", à l'image de ce que sont devenues les résidences de services pour les seniors.

Tourisme: les professionnels portent plainte contre Airbnb et consorts .
Nouveau chapitre dans le conflit qui oppose les professionnels du tourisme et les plateformes de location. Un total de 800 personnes du secteur de l'hôtellerie et de l'immobilier, décidées à dénoncer la "concurrence déloyale" des plateformes de location de meublés, ont annoncé avoir déposé lundi une plainte au parquet de Paris, avec constitution de partie civile. Le recours qui émane de représentants des associations AhTop, GNI-Synhorcat ainsi que de Fnaim, SNPI et Unis, fait suite à une plainte simple datant de novembre 2015. La plainte vise les pratiques des plateformes de location de meublés, telles que Airbnb ou Abritel/HomeAway.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!