Entreprise FoodTech: "Le potentiel en France est encore énorme"

08:35  17 avril  2017
08:35  17 avril  2017 Source:   La Tribune

Autoroutes: Abertis (Sanef) prêt à investir 4 milliards d'euros contre des concessions étendues

  Autoroutes: Abertis (Sanef) prêt à investir 4 milliards d'euros contre des concessions étendues Le groupe, qui exploite cinq des sept autoroutes menant à l'Ile de France, se dit prêt à engager des travaux, notamment pour améliorer la desserte de l'aéroport de Roissy. En échange, le directeur général Francisco souhaite un allongement des périodes de concession."Comme l'avait demandé François Hollande en juillet dernier, nous avons identifié les besoins d'investissement potentiels sur notre réseau ou à proximité de celui-ci", or "les 150 millions qui viennent d'être annoncés (pour le réseau Sanef, NDLR) n'en représentent qu'une petite partie", a estimé Francisco Reynes, dans une interview au quotidien à paraître lundi.

Cliquez ici pour nous contacter. Nous serons bientôt là! © 2023 by Foodtech s.r.l. All rights reserved.

Cliquez ici pour nous contacter. Nous serons bientôt là! © 2023 by Foodtech s.r.l. All rights reserved.

LA TRIBUNE - La FoodTech, on en parle de plus en plus... mais quelle place occupe-t-elle véritablement en France?

PASCALE AZRIA - Comme souvent dans ce pays, la situation est assez paradoxale. D'une part, la dynamique de développement de start-up de la Foodtech est l'une des plus fortes en France, et le potentiel de marché encore très élevé dans ce secteur en naissance: en matière de repas au domicile, on estime par exemple que la demande devrait être multipliée par sept à l'horizon 2020. D'autre part, ces jeunes entreprises peinent à trouver des partenaires voire à lever des fonds dans l'Hexagone: les investisseurs sont surtout étrangers. Food is social est né justement avec l'objectif de mettre les divers acteurs en lien afin de combler cet écart.

Tesla dépasse brièvement General Motors en Bourse

  Tesla dépasse brièvement General Motors en Bourse Le constructeur automobile californien, spécialiste des voitures électrique de luxe a vu sa valorisation boursière dépasser celle de General Motors en début de séance. Un opérateur de marché estime que la valeur peut encore progresser de 22%Une recommandation positive a tiré le titre

Spécialiste de matériel agro alimentaire d'occasion : sertisseuse, doseuse, autoclave, fardeleuse, dépalettiseur. Achat et vente de matériel agro alimentaire d'occasion, machine conditionnement et agent exclusif JBT FoodTech .

MIA Food Tech . Ramo aziendale delle Officine Meccaniche MURIALDO Srl. +390173231263. COURS en MIA FOOD TECH Nous sommes heureux de prés

Qu'est-ce qui explique ce paradoxe?

Pour les investisseurs, plus frileux en France qu'à l'étranger, le peu d'intérêt pour la FoodTech est dû surtout à l'absence pour le moment de réussites majeures qui pourraient servir d'exemple. Les plus grandes entreprises de l'agro-alimentaire sont en revanche surtout confrontées à une difficulté culturelle face à la pléthorie de start-up de la FoodTech: elles peinent encore a identifier celles avec qui des partenariats seraient possibles, voire à comprendre leur approche, beaucoup plus orientée sur les besoins du clients que sur le marketing d'un produit. Pourtant, l'industrie traditionnelle de l'agro-alimentaire et la distribution, qui s'interrogent sur leur propre transformation, ont aussi des bénéfices à tirer d'une collaboration avec ces start-up. Au-delà de l'accès à une importante masse de data, elles peuvent aussi profiter d'une nouvelle dynamique: un bon exemple de cet effet est celui de la livraison à domicile initiée par Franprix avec Stuart, désormais même référencée sur AlloResto.

Automobile: comment la Chine est devenue le cauchemar des grands groupes

  Automobile: comment la Chine est devenue le cauchemar des grands groupes Alors que s'ouvre le salon automobile de Shanghai, le marché automobile chinois a encore déjoué tous les pronostics. Ce marché atypique et ultra-compétitif est devenu le terrain de jeu des marques locales là où les grands groupes mondiaux avaient pourtant acquis de solides positions. Ceux qui n'ont pas su anticiper la très brutale transformation du marché y laissent déjà des plumesDe la volatilité d'un marché insaisissable

Les appareils MIA FOOD TECH sont conçus pour permettre une fabrication en permettant à l’opérateur d’économiser du temps et de l’énergie. Le plateau en acier inox avec système de refroidissement est utilisé pour étaler le produit après la cuisson.

Toute plate-forme qui détient le client final (Steam, google..) a tout pouvoir - relever ses tarifs, commoditiser le producteur (restaurateur Ça serait aux restaurateurs de financer en commun un "enabler" technologique commun pour faire la livraison, qu'ils contrôlent entièrement, mais c' est pas

© Fournis par La Tribune "en matière de nourriture le digital semble plutôt faciliter la redécouverte de traditions perdues, voire l'exportation de l'art de vivre français", souligne l'experte.

La France, dont le repas gastronomique a même été inscrit en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, revendique un rôle particulier en matière de nourriture... La FoodTech française présente-t-elle des spécificités?

Les services proposées, en B2C comme en B2B, sont très variés. Mais la France se distingue particulièrement pour deux tendances. La première consiste dans l'offre de transparence et de traçabilité des produits alimentaires, qui répond à une demande croissante des consommateurs français: l'appli Open Food Facts permet par exemple de connaître la composition de centaines de millier de produits en scannant simplement leurs codes-barre, alors que La Ruche qui dit Oui favorise les circuits courts. L'autre est représentée par la revalorisation du modèle alimentaire français: VizEat remet par exemple les gens à table, La Belle Assiette envoie les chefs à domicile... L'appétence particulière pour la nourriture qui caractérise la France, son lien ancien avec l'agriculture reviennent en force grâce au digital. Les autres principales tendances internationales de la Foodtech sont néanmoins aussi bien représentées en France: le retour à une alimentation plus saine incluant par exemple les micro-algues avec Algama, la personnalisation des repas en fonction des besoins avec Youmiam, leur accessibilité avec Foodora, voire la lutte citoyenne contre le gaspillage avec OptiMiam ou Too Good To Go.

"Il n'est pas question de renoncer à la défense en France" (Airbus)

  Airbus a mis les choses au point avec Jean-Yves Le Drian. Pas question de renoncer à la défense. Le groupe aéronautique travaille même sur un successeur de l'avion de combat Eurofighter.Le ministre a clairement mis sous surveillance les orientations que pourrait prendre Tom Enders sur le devenir de son groupe. "C'est bien connu, et ce que je vais dire maintenant n'est pas un avertissement, c'est une précaution, la confiance se perd plus vite qu'elle ne se gagne, avait-il expliqué dans son discours.

La foodtech , un secteur éclaté qui rend gourmands les investisseurs. Dans le cadre du JDN Event Food &Digital ce 4 avril, voici le portrait-robot d'un marché qui générera 250 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans le monde en 2022.

@LaFrenchTech #numérique #innovation #startup … de la fourche à la fouchette, en route pour la labellisation de l'écosystème French Tech !. Présentation de l'#écosystème # FoodTech avec le secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placépic.twitter.com/ZwBoPQsPGF.

Ce paysage est-il destiné à évoluer?

Sans doute. Le potentiel de développement de nouveaux produits et services, dont la plupart sont encore à inventer, est encore énorme! Et nombre de start-up arrivant à un point de maturité, une structuration verticale est inévitable. Certains secteurs, comme celui de la livraison à domicile, ont d'ailleurs déjà commencé à s'assainir: l'année dernier, alors que Deliveroo levait 275 millions de dollars, Take Eat Easy fermait les portes...

La disparition de Take Eat Easy pose notamment la question de la capacité des start-up françaises de concurrencer celles étrangères...

Certes, face à des géants comme Amazon Premium ou UberEats, survivre sera difficile. Mais des opportunités existent dès lors qu'on met l'accent sur une offre de niche comme le fait par exemple La Belle Vie, qui mise sur des produits de qualité.

En matière de FoodTech aussi, on commence d'ailleurs à parler de risque d'ubérisation. Tous les restaurateurs n'arrivent en effet pas à profiter de l'engouement pour la livraison des repas...

De ce point de vue, le nerf de la guerre des services de livraison sera la recherche de moyens pour faire baisser les coûts à la charge du restaurateur. Stuart semble avoir trouvé une solution, en ouvrant ses services en dehors des repas dans les heures creuses... Et plus généralement, il ne faut pas oublier qu'en matière de nourriture le digital semble plutôt faciliter la redécouverte de traditions perdues, voire l'exportation de l'art de vivre français.

Mais une transformation est inévitable. Une étude que nous avons récemment menée sur les Millennials montre qu'en 2020, à savoir dans trois ans, ils représenteront 50% des consommateurs actifs français. Or, les codes de cette génération connectée en matière de nourriture sont schizophrènes: elle privilégie les aliments sains mais aime le sucre, elle s'inquiète de la traçabilité des produits mais assemble plutôt que cuisiner. Sauf à vouloir se passer de la moitié du marché, il va falloir trouver des solutions pour composer avec ces contradictions.

La migraine, un marché qui fait courir les grands laboratoires .
De nouveaux traitements, basés sur des anticorps monoclonaux capables de prévenir les migraines, devraient arriver sur le marché dans les prochains mois. Plusieurs laboratoires tentent de trouver leur place dans un domaine thérapeutique dont les revenus pourraient croître de plusieurs milliards de dollars dans les années à venir.Les traitements existants s'attaquent principalement aux symptômes. L'erenumab serait le premier médicament vendu à prévenir les migraines. Cet anticorps monoclonal, qui cible et bloque les récepteurs d'une protéine, la CGRP, qui entraîne une vasodilatation et une inflammation (une cause de migraines) ouvrirait alors la voie à une nouvelle classe de médicaments.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!