Entreprise Bang, bang, Bang, Londres signe trois contrats pour MBDA (644 millions d'euros)

19:25  21 avril  2017
19:25  21 avril  2017 Source:   La Tribune

La folle histoire de l'usine d'explosifs de Sorgues

  La folle histoire de l'usine d'explosifs de Sorgues SNPE a validé la modernisation de l'usine d'explosifs de Sorgues, un site de souveraineté nationale. Cette décision va permettre à Eurenco, filiale de SNPE, de sécuriser l'approvisionnement des munitions de l'armée française.Car quatre ans plus tard la modernisation de l'usine de Sorgues dans le Vaucluse (250 salariés) qui est à bout de souffle, a refait surface tout récemment. Plus précisément le 11 avril dernier, date à laquelle le conseil d'administration de SNPE a validé le lancement de la construction d'une nouvelle unité de fabrication d'hexogène (UFH), un composé chimique considéré comme l'un des explosifs militaires les plus puissants au monde.

Bienvenue.

Big Bang Empire - deviens une vedette et présente-toi aux autres joueurs dans un jeu sur navigateur érotique pour adultes. Joue gratuitement !

Bang, bang, bang. Le ministère de la Défense britannique a dégainé vendredi trois contrats pour MBDA. Le missilier européen engrange trois commandes pour un montant total de 539 millions de livres (644 millions d'euros). Pourquoi une telle avalanche de contrats en si peu de temps? Parce que dès demain, le gouvernement britannique entre dans la fameuse période du "purdah", une période durant laquelle il est déconseillé aux ministres de prendre des initiatives, et donc de signer des contrats, avant les élections. Et comme le Parlement britannique a approuvé il y a deux jours la tenue d'élections législatives anticipées le 8 juin, le secrétaire d'État à la Défense britannique, Sir Michael Fallon, a dû muscler son poignet pour signer une flopée de contrats durant ces dernières 48 heures.

Arianespace annonce son premier contrat de lancement en 2017 mais...

  Arianespace annonce son premier contrat de lancement en 2017 mais... La société européenne de services de lancement a remporté quatre satellites depuis le début de l'année. Ses trois lanceurs (Ariane 5, Soyuz et Vega) mettront sur orbite un satellite de télécoms japonais Horizons 3e, deux satellites radar italiens Cosmo-Skymed et le télescope européen CHEOPS.Quatre satellites gagnés pour Arianespace depuis début 2017

Versus du CLOS des trois rivieres.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

MBDA a tout d'abord obtenu une commande de 323 millions de livres (385,8 millions d'euros) portant sur la vente d'un lot de missiles de défense anti-aérienne pour la British Army (armée de terre) et la Royal Navy (marine). La prochaine génération de missiles surface-air (CAMM ou Common Anti-Air Modular Missile) est conçu pour être utilisé à la fois en mer (Sea Ceptor) et sur terre (Land Ceptor). Ce missile est capable d'intercepter des missiles de croisière anti-navires, des avions et d'autres menaces très sophistiquées, estime MBDA.

MBDA a obtenu une commande de 385,8 millions d'euros portant sur la vente d'un lot de missiles de défense anti-aérienne pour la British Army et la Royal Navy. © Fournis par La Tribune MBDA a obtenu une commande de 385,8 millions d'euros portant sur la vente d'un lot de missiles de défense anti-aérienne pour la British Army et la Royal Navy.

MBDA à bord du F-35

Par ailleurs, MBDA a signé un contrat de 175 millions de livres (209 millions d'euros) pour soutenir sur une période de cinq ans le système d'arme Sea Viper, y compris le missile Aster, qui équipe les destroyers britanniques Type 45 de la Royal Navy. Enfin, le MoD britannique a attribué à MBDA un contrat de 41 millions de livres (49 millions d'euros) en vue d'intégrer le missile air-air Meteor sous les ailes de l'avion de combat F-35. Le Meteor équipera l'appareil de Lockheed Martin dans les années 2020.

Travail détaché : Ryanair hors la loi en France, «nickel» pour l’Europe .
Une décision de la Cour de justice de l'Union européenne sur les travailleurs détachés conforte la position de Ryanair sur l'utilisation de personnels navigants basés en France avec des contrats irlandais. Elle contredit la justice française qui a condamné Ryanair pour travail dissimulé. Ryanair demande le remboursement de 15 millions d'euros.« Nous demandons le remboursement total de 15 millions d'euros », a déclaré la compagnie aérienne irlandaise dans un communiqué, qui se base sur une décision prise ce jeudi par la Cour de justice de l'Union européenne au sujet d'une compagnie de croisière fluviale allemande, qui va en faveur de la compagnie low-cost irlandaise sur le dossier polémique des t

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!