Entreprise "Il n'existe pas d'information objective pour chiffrer la R&D des médicaments"

18:20  19 mai  2017
18:20  19 mai  2017 Source:   La Tribune

Sanofi promet de limiter ses augmentations de prix aux Etats-Unis

  Sanofi promet de limiter ses augmentations de prix aux Etats-Unis Le géant pharmaceutique promet de limiter la hausse annuelle des prix de ces médicaments à 5,4% aux Etats-Unis. Un engagement qui survient quelques temps après l'annonce de Donald Trump de la mise en place d'un système pour favoriser la compétition et faire baisser les prix des traitements.Le patron français a indiqué dans une déclaration publiée sur le site internet du groupe, que Sanofi s'engageait "dans une démarche de transparence vis-à-vis des éléments qu'elle prend en considération pour fixer le prix de ses médicaments", en rendant public des principes pour l'élaboration de ses prix aux Etats-Unis.

erreur aucun n° de mandat trouvé.

Cinq mois après la publication de ses pistes pour maintenir la viabilité du système de santé face à l'arrivée de nouveaux médicaments onéreux, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a organisé un débat sur le sujet, vendredi 19 mai. Avec la participation de représentants d'organisations en conflit sur le sujet, dont Philippe Lamoureux, Directeur général du Leem, principal syndicat professionnel de l'industrie pharmaceutique, et Olivier Maguet, membre de Médecins du monde. Cette association a notamment lancé en juin 2016 une campagne offensive contre le prix élevé des nouveaux traitements.

OSE Immunotherapeutics répond aux besoins médicaux par l’immunothérapie

  OSE Immunotherapeutics répond aux besoins médicaux par l’immunothérapie OSE Immunotherapeutics est une entreprise de biotechnologie spécialisée dans l’activation et la régulation immunitaire en oncologie, dans les maladies auto-immunes et la transplantation. Ce secteur représente un marché colossal, où les besoins sont largement insatisfaits.OSE Immunotherapeutics s'adresse en premier lieu aux médecins qui prescrivent les médicaments, mais aussi aux acteurs industriels impliqués dans le domaine de l'immunologie d'activation et de régulation.

Le coût total © Fournis par La Tribune Le coût total "réel" du développement des molécules Havoni et Sovaldi de Gilead, (capables de guérir la majorité des patients atteints d'hépatite C) est le symbole d'une déconnexion avec le prix fixé sur le marché, selon Olivier Maguet,cadre de Médecins du monde.

Rapidement, le débat a tourné autour du coût de l'innovation, un argument exposé par les fabriquant de médicaments pour justifier les prix élevés de certaines molécules, des anticancéreux notamment. Le Leem évoque régulièrement un milliard d'euros de dépense par molécule en moyenne, pesant sur les laboratoires.

"Les coûts de développement augmentent, en raison du développement des phases IV (étude d'observation des effets d'un traitement dans la vraie vie, en dehors des essais cliniques, NDLR) et des exigences des autorités de santé évoluent. En outre, il faut une dizaine d'années pour lancer un médicament sur le marché, s'il fait partie des 7% parvenant à franchir la barrière des essais cliniques", fait valoir Philippe Lamoureux.

Une étude met en doute l'efficacité des essais cliniques pour déceler tous les effets secondaires

  Une étude met en doute l'efficacité des essais cliniques pour déceler tous les effets secondaires Un tiers des traitement lancés sur le marché aux Etats-Unis entre 2001 et 2010 ont présenté des effets secondaires qui n'avaient pas été décelés lors des essais cliniques, selon une étude. En parallèle, les dépenses des laboratoires dédiées au suivi des patients pendant la commercialisation des produits augmentent pour prévenir des retraits potentiels.Si la publication du Jama ne mentionne par les traitements approuvés par l'Agence européenne des médicaments, une partie des produits étudiés a obtenu le feu vert des autorités. En effet, sur 289 nouvelles thérapies approuvées entre 2001 et 2010, 190 l'étaient aux Etats-Unis et en Europe.

Erreur! Vous tentez d'accèder à un Sujet qui n ' existe plus.

Nous avons déménagé ! Pour plus d ' informations sur les prochaines sorties de jeux, rendez-vous sur : http://www.zylom.com/uk/blog/coming-soon/.

Pas "d'information objective"

L'argument des coûts colossaux de la R&D ne passe pas auprès d'Olivier Maguet. "Il n'existe aucune information objective pour chiffre le coût de la recherche et du développement d'un médicament", rétorque-t-il. Il en profite pour critiquer vivement une source phare sur laquelle l'industrie pharmaceutique s'appuie pour évaluer les coût de la R&D : les travaux de l'université Tufts de Boston. Outre le fameux milliard de dépense moyenne par molécule, cette dernière évoque jusqu'à 2,8 milliards de dollars de dépenses pour les labos pharmaceutiques entre la découverte et la mise sur le marché de certaines nouvelles molécules. Pour le cadre de Médecins du monde, cela ne repose sur "aucune méthodologie".

Le coût total "réel" du développement des molécules Havoni et Sovaldi de Gilead, (capables de guérir la majorité des patients atteints d'hépatite C) est le symbole d'une déconnexion avec le prix fixé sur le marché, ajoute-t-il. Il cite les dépenses propres en R&D de Gilead de l'ordre 880 millions de dollars, révélées dans un rapport du Sénat américain qui se base sur des documents internes du laboratoire. A noter que Gilead a dû mettre sur la table 11 milliards de dollars en 2011 pour acquérir le laboratoire qui concevait le traitement. Mais le laboratoire américain a généré plus de 30 milliards de dollars entre janvier 2014 et décembre 2015, un chiffre d'affaires réalisé grâce à son activité hépatite C.

Les attaques judiciaires entre laboratoires s'emballent avec l'arrivée des biosimilaires

  Les attaques judiciaires entre laboratoires s'emballent avec l'arrivée des biosimilaires Les grands laboratoires pharmaceutiques multiplient les actions en justice pour retarder la commercialisation de ses reproductions de biomédicaments, et protéger les revenus de leurs blockbusters.Johnson & Johnson n'a pas réussi à garder le brevet du Remicade, qui génère près de 7 milliards de dollars de revenus par an. Mais il compte bien bloquer la commercialisation du biosimilaire de Samsung. Il estime que le Sud-coréen n'a pas respecté la procédure demandée pour pouvoir lancer un biosimilaire sur le marché, qui réclame notamment le respect d'un délai entre le feu vert de l'Agence des médicaments et le lancement sur le marché.

Cette page n ' existe pas .

Le mouvement E.Leclerc. Cette page n’est pas disponible pour le moment. Accéder à la page d'accueil du site E.Leclerc.

Pour Philippe Lamoureux, l'exemple de ces molécules ne tient pas. Le cas "des traitements contre l'hépatite C est très particulier", argue-t-il. Il reconnaît toutefois qu'il faut prendre avec des pincettes les évaluations des coûts de R&D. "Ils sont très variables d'une classe thérapeutique à une autre. Ces chiffres sont des ordres de grandeur". Mais, une chose est sûre pour le Directeur général du Leem: "Ce sont des coûts très importants, et le taux de mortalité des entreprises pharmaceutiques est supérieur à celui des autres industries."

Le coût du développement, un faux problème ?

Un autre nvité du débat, l'économiste Pierre-Yves Geoffard, a voulu dépasser le sujet sur le coût de l'innovation. "On ne connaît pas le coût de production, mais faut-il vraiment le connaître ? Ce qui compte, c'est que le prix corresponde au résultat. La concurrence est le meilleur moyen pour le faire baisser."

Dans le cas des traitements curatifs de l'hépatite C, l'arrivée de produits concurrents a en effet poussé les prix à la baisse dans l'Hexagone. Le prix du Sovaldi de Gilead, a été fixé à 41.000 euros, puis à 46.000 euros en association avec le Harvoni (il s'agit du prix facial, qui ne prend pas en compte les remises concédées par le laboratoire). Son prix est ensuite descendu à 30.667 euros, lorsque Gilead a obtenu le feu vert pour raccourcir la durée des traitements (de 12 à 8 semaines). Il faut dire qu'Abbvie avait lancé entre-temps le Viekirax-Exviera à 42.000 euros. Et désormais, à 8 semaines de traitement, le prix de ce produit thérapeutique est inférieur à celui de Gilead, à 28.000 euros. Fin 2016, un nouveau concurrent a fait son apparition : MSD a lancé le Zépatier à 28.732 euros pour 12 semaines de traitement.

Panne chez British Airways : récit d'une journée chaotique à Heathrow .
Avec une soixantaine de vols annulés et des milliers de passagers bloqués au deuxième jour d'une panne informatique majeur affectant la compagnie britannique British Airways (BA), l'aéroport d'Heathrow était en proie à une forte pagaille dimanche.British Airlines fait face depuis samedi matin à une panne informatique liée à "un problème d'alimentation electrique" a expliqué son directeur général, Alex Cruz.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/finance/entreprise/-48492-il-nexiste-pas-dinformation-objective-pour-chiffrer-la-r-d-des-medicaments/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!