Entreprise Uber : l'avenir de sa filiale de prêt de voitures est incertain

09:15  10 août  2017
09:15  10 août  2017 Source:   La Tribune

La Poste en lice pour racheter Monte Paschi Banque ?

  La Poste en lice pour racheter Monte Paschi Banque ? Selon nos informations, une « data room » aurait été ouverte pour que l’entreprise publique audite les actifs, des agences au portefeuille de clients, de la filiale française de la banque italienne récemment renflouée par Rome. Un mandat aurait été confié à la banque Rothschild.Fondée il y a plus de 500 ans, la plus ancienne banque commerciale au monde encore en activité est présente en France depuis 1990, lorsqu'elle a racheté un réseau d'agences qui appartenait à la banque australienne ANZ et avait changé maintes fois d'enseigne, de la Banque ottomane à la banque britannique Grindlays. Monte Paschi Banque compte aujourd'hui 18 agences, essentiellement à Paris et sur la Côte d'Azur.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

Cette page n' est pas visible actuellement.

Ces dernières semaines, les instances dirigeantes de Uber, déjà secouées par de nombreux départs, ont décidé de partir à la chasse aux économies après avoir enregistré une perte nette de 3 milliards de dollars l'an dernier. Selon un article du Wall Street Journal, la première victime de cette nouvelle politique semble être la filiale Xchange Leasing de l'entreprise qui se révèle être un véritable gouffre financier.

Cette filiale de Uber cherchait, lors de sa création, à attirer de potentiels chauffeurs qui n'avaient pas la possibilité de contracter un crédit auprès de banques pour acheter une voiture. En effet, les chauffeurs bénéficiant de ce programme louent auprès d'Uber leur véhicule à un prix bien moindre que l'investissement nécessaire à l'achat d'une voiture. Pour environ 500 dollars par mois, les chauffeurs peuvent utiliser des voiture mises à leur disposition.

VTC : Didi débarque en Europe en entrant dans le capital de Taxify

  VTC : Didi débarque en Europe en entrant dans le capital de Taxify La première plateforme de VTC du monde, le chinois Didi, a annoncé son entrée dans le capital de Taxify, une société estonienne implantée en Europe de l'Est et en Afrique. Il s'agit d'une nouvelle offensive après avoir pris pied à Singapour, en Inde et au BrésilLe groupe estonien est implanté dans 18 pays et 25 métropoles notamment en Europe de l'Est (Pays Baltes, Hongrie, Roumanie...) et en Afrique (Afrique du Sud, Nigéria, Kenya...). Il revendique 2,5 millions d'utilisateurs dans le monde. L'entreprise fondée par des ex de Skype dont Markus Villig, a récemment levé près de deux millions d'euros pour poursuivre son développement.

Cette fiche ne peut être correctement affichée ( elle n'existe pas/plus).

Erreur dans l'adresse, l'item est inexistant.

Des pertes trop importantes pour continuer

Cette filiale et le programme qu'elle développe ont été lancés sous l'impulsion de Travis Kalanick dans l'espoir de moderniser la flotte de véhicules utilisés par les chauffeurs lors de leurs courses. Pour arriver à cela, l'entreprise n'a pas hésité à investir plus de 600 millions de dollars (532 millions d'euros) selon plusieurs cadres interrogés par le Wall Street Journal.

Selon un article du Wall Street Journal, l'entreprise Uber serait sur le point de se séparer de sa filiale de location de voitures pour ses chauffeurs entraînant jusqu'à 500 licenciements. © Fournis par La Tribune Selon un article du Wall Street Journal, l'entreprise Uber serait sur le point de se séparer de sa filiale de location de voitures pour ses chauffeurs entraînant jusqu'à 500 licenciements.

Ainsi, lors du lancement du programme, l'entreprise estimait les pertes à environ 500 dollars (425 euros) par véhicule en moyenne, un coût qu'Uber pensait pouvoir supporter. Pourtant, déjà à cette époque, certains cadres affirmaient que les pertes seraient bien plus importantes et s'inquiétaient de la viabilité du projet. Dans un rapport récemment remis aux dirigeants d'Uber, les personnes en charge du programme ont calculé que les pertes se situeraient plutôt autour de 9.000 dollars (7.600 euros) par voiture.

Le quotidien new-yorkais explique également que l'entreprise hésite encore entre la suppression totale de sa filiale ou bien sa vente mais souhaiterait, en tout cas, clore ce dossier avant la fin de l'année. Près de 500 personnes pourraient être licenciées en cas de disparition de la filiale soit environ 3% de l'effectif total de la compagnie qui s'élève à 15.000 employés.

(Avec Reuters)

Air Berlin discute avec trois interlocuteurs, selon Lufthansa elle-même sur les rangs .
Lufthansa pourrait utiliser la débâcle d'Air Berlin pour consolider ses positions face à Easyjet et Ryanair. Mais, au vu des termes employés par le plus éminent des protagonistes en lice pour la reprise des actifs de la deuxième compagnie aérienne allemande, on s'acheminerait vers une solution à plusieurs partenaires du secteur du transport aérien. Avec la bénédiction du ministère des Transports allemand.Dans un entretien publié jeudi 17 août par le Frankfurter Allgemeine Zeitung (la "FAZ" est le quotidien allemand le plus diffusé dans le monde), le patron de Lufhtansa assure que les trois compagnies aériennes engagées dans la négociation "n'ont rien à démontrer pour ce qui concerne leur situation financière et

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/finance/entreprise/-55516-uber-lavenir-de-sa-filiale-de-pret-de-voitures-est-incertain/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!