Entreprise L'immunothérapie, une piste thérapeutique d'avenir contre le diabète?

10:20  11 août  2017
10:20  11 août  2017 Source:   La Tribune

DBV sur la bonne voie pour devenir la première biotech française à lancer un blockbuster

  DBV sur la bonne voie pour devenir la première biotech française à lancer un blockbuster La biotech française espère commercialiser le Viaskin Peanut, un traitement contre l'allergie à l'arachide, début 2018. En attendant, elle débute une nouvelle étude pour les enfants âgés d'un à trois ans. DBV compte élargir sa future patientèle et multiplier les chances de générer plus d'un milliard de dollars par an de chiffre d'affaires.Ce traitement a obtenu l'année dernière le statut de "percée thérapeutique (therapy breakthrough)" délivré par l'Agence américaine du médicament (FDA). Ce qui signifie que le produit thérapeutique, censé apporter des bénéfices important par rapport aux solutions existantes, est étudié de façon privilégiée par l'institution.

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l'immobilier.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente de Macromédia Flash Player. Voulez-vous la télécharger maintenant?

La cause du diabète de type 1 n'est pas connue, mais des traitements efficaces pourraient voir le jour dans quelques années. Des chercheurs de l'Université du King College et de la faculté de Cardiff ont publié mercredi les résultats d'un essai clinique de phase I d'un médicament contre le diabète de type 1. Injectée toutes les deux à quatre semaines, sur une période de six mois, la MonoPeptide a stoppé la destruction des cellules produisant de l'insuline. Résultat, les patients ont pu réduire significativement les injections de cette hormone qui permet au glucose d'entrer dans les cellules du corps. Pour rappel le diabète de type 1, qui se développe chez les enfants et les jeunes adultes, est une maladie auto-immune détruisant les cellules du pancréas chargées de produire de l'insuline.

Sucre, le doux mensonge

  Sucre, le doux mensonge Comment, depuis les années 1970, l'industrie agroalimentaire a oeuvré pour augmenter les doses de sucre dans nos assiettes, avec à la clé un problème majeur de santé publique : obésité, diabète et maladies cardiaques se répandent à travers le monde, notamment chez les enfants. Cette enquête dévoile les mensonges de l’industrie sucrière et les recours possibles pour enrayer l’épidémie.Quarante ans durant, l'Association américaine du sucre et ses homologues d'autres continents ont réussi à faire prospérer un empire lourd de plusieurs milliards et à transformer les habitudes alimentaires à l'échelle planétaire.

Utilisation des cookies En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Message d'erreur. Pour accéder à cette page, vous devez être connecté

Une autre étude menée par l'université de San Francisco avait avancé de bons résultats, fin 2015. Suite aux résultats d'un essai de phase I, les chercheurs impliqués estimaient que cette méthode pouvait "rééduquer" les cellules T pour protéger les cellules concevant l'insuline.

Une industrie pharmaceutique frileuse

L'immunothérapie dans le diabète de type 1 est ce qu'on peut appeler une piste émergente. Le site Clinical Trial, qui rassemble les études cliniques récentes ne recense que 19 essais cliniques testant une immunothérapie contre le diabète de type 1. Et celles-ci son principalement menées par des universités de recherche et des instituts. En parallèle, on compte plus de 1.390 études répertoriées sur les insulines pour les diabétiques de type 1.

Une acquisition de poids dans le marché lucratif des dialyses

  Une acquisition de poids dans le marché lucratif des dialyses Fresenius Medical Care rachète NxStage Medical pour 2 milliards de dollars. Il conforte sa place de leader dans un marché de la dialyse qui représente plusieurs dizaines de milliards de dollars.Fresenius Medical Care va racheter la totalité des actions du groupe allemand au prix unitaire de 30 dollars contre un cours de clôture de 23,14 dollars vendredi au Nasdaq. L'acquisition devrait être finalisée l'année prochaine.

Bonjour les Amis- c'est la rentrée des classes.

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

Si la piste de l'immunothérapie est récente, elle a également connu des échecs cuisants lors des derniers essais cliniques. C'est peut-être une des raisons pour lesquelles les laboratoires pharmaceutiques et biotechs sont frileux. Car le diabète de type 1 représente tout de même 10% des cas de diabète dans le monde (415 millions de diabétiques au total, selon l'International diabetes federation), et commercialiser un produit faisant baisser les dépenses des payeurs en insuline pourrait être lucratif pour certains laboratoires - notamment ceux qui ne vendent pas d'insuline -.

Le diabète de type 1 représente 10% des cas de diabète dans le monde. © Fournis par La Tribune Le diabète de type 1 représente 10% des cas de diabète dans le monde.

Trouver plus de patients répondant aux traitements

Néanmoins, comme l'explique l'Inserm, l'immunothérapie dans le diabète de type 1 doit relever plusieurs défis avant d'atteindre le marché. Les enfants, selon s'ils développent depuis longtemps ou peu de temps la maladie, ne répondraient pas de la même façon, ce qui implique "l'utilité d'une immunothérapie personnalisée", fait valoir l'Inserm. Pour ce faire, reste à trouver les biomarqueurs - molécules permettant de caractériser la physiologie de chacun et donc les traitements adéquats - propres à chaque patient.

Dans l'étude menée par l'Université du King College et de la faculté de Cardiff, le nombre de patients traités était modeste. 84 patients ont été évalués. In fine, 16 ont été sélectionnés pour prendre le traitement et 8 pour le placebo.

L'autre clé pour le succès d'une l'immunothérapie dans le diabète de type 1 est une administration précoce du traitement, lorsque le patient n'a pas perdu un nombre trop important de cellules produisant de l'insuline.

Traitements génétiques: Cellectis entre dans le vif du sujet .
Cet été, la biotech française a lancé les deux premiers essais cliniques de son produit phare, basé sur l'édition du génome, pour traiter, voire guérir, deux types de leucémies. Le chemin est encore long avant une éventuelle une commercialisation.Cellectis avait démarré le premier essai clinique de son histoire sur un être humain fin juin. La biotech avait traité son premier patient en phase I atteint de leucémie myéloïde aiguë avec une méthode similaire. Au total, la société prévoit d'en traiter 156.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!