Entreprise Fiscalité: malgré les annonces du gouvernement, le lobby pharmaceutique est inquiet

21:25  13 septembre  2017
21:25  13 septembre  2017 Source:   La Tribune

Renault-Nissan : plus de synergies, plus de véhicules, plus d'électriques

  Renault-Nissan : plus de synergies, plus de véhicules, plus d'électriques Carlos Ghosn a présenté le plan stratégique de l'alliance Renault-Nissan, qui compte désormais en plus Mitsubishi. Celle-ci vise 10 milliards d'euros de synergies et la production de 12 véhicules 100% électriques d'ici l'horizon 2022.Les 14 millions d'unités à l'horizon 2022 devraient représenter un chiffre d'affaires combiné de 240 milliards de dollars, a souligné Carlos Ghosn. Renault, Nissan et Mitsubishi ont vendu près de 10 millions de véhicules en 2016, et le patron des constructeurs automobiles a estimé que ces ventes s'établiraient à quelque 10,5 millions d'unités cette année.

Cette page n' est pas visible actuellement.

Vous allez être redirigé vers le vendeur du produit sélectionné. Merci de patienter quelques instants Si vous n' êtes pas redirigé, cliquez ici.

Pour le moment, l'industrie du médicament n'a pas lancé de piques contre le gouvernement Macron. Au contraire. Le Leem, principal lobby pharmaceutique français, se réjouit de l'annonce d'une baisse progressive du taux d'imposition sur les sociétés (jusqu'à 25% en 2022), confirmée par Edouard Philippe en début de semaine. Même enthousiasme du lobby pour le maintien annoncé du Crédit d'impôt recherche (des crédits sont déduits des impôts des sociétés investissant dans la R & D), dont l'industrie pharmaceutique est un des principaux bénéficiaires. Le Crédit d'impôt recherche pourrait même être déplafonné.

Quand EDF, Coca Cola, Ikea et consorts prônent le zéro déchet

  Quand EDF, Coca Cola, Ikea et consorts prônent le zéro déchet Dans un rapport publié vendredi par un groupe d'entreprises européennes, 14 sociétés témoignent de leurs premiers pas vers un modèle économique plus circulaire, et de l'avantage compétitif qu'elles en retirent. Elles appellent l'Union européenne et ses Etats membres à soutenir davantage leurs efforts.Un modèle économique revu de fond en comble

Découvrez nos activités sur Agence Okarina. Cinefriends : bande- annonce de Burning Man.

Auto l. Moto l. Petites annonces .

Mais pour l'organisation professionnelle, c'est loin d'être suffisant. Dans une étude sur la fiscalité française commandée par le Leem et dévoilée le 13 septembre, le cabinet PwC s'est intéressé à trois profils de sociétés pharmaceutiques en France: celui d'une entreprise possédant l'ensemble de la palette des actifs d'une entreprise du médicament, y compris la R & D, celui d'une filiale ayant une activité mixte de production et de distribution, et celui d'une société ayant un modèle de filiale de distribution. Il a comparé ces dernières aux entreprises de cinq autres pays (Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Irlande, Espagne) et d'un canton suisse.

Le cabinet relève une légère baisse des taux d'imposition en France l'an dernier, en raison de la suppression, en 2016 de la contribution exceptionnelle sur l'Impôt sur les sociétés réalisant plus de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires, et de l'invalidation par la Cour de justice européenne de la contribution de 3% sur les dividendes. Mais il souligne aussi que l'écart du taux d'impôt global pour l'industrie pharmaceutique en France est supérieur de dix points par rapport aux autres pays pour les deux tiers des cas étudiés. Le taux global des impôts, comprenant dans l'étude de PwC taxes, cotisations sociales et participation des salariés (redistribution de partie des bénéfices à ces derniers) va de 51 à 79% selon le profil de la société pharmaceutique française. En Allemagne, il va de 37% à 47%, et en Italie de 44% à 57%.

Boeing inquiet par la constitution d'équipementiers géants dans l'aéronautique

  Boeing inquiet par la constitution d'équipementiers géants dans l'aéronautique L'avionneur américain Boeing est sorti de son silence dans l'affaire mardi, pour annoncer qu'il étudierait de près le projet de rachat de Rockwell Collins par United Technologies, maison mère du motoriste Pratt & Whitney."Nous avons l'intention de regarder de près la fusion proposée entre United Technologies et Rockwell Collins", écrit Boeing dans un communiqué. "Jusqu'à ce que nous obtenions plus de détails, nous doutons que ce soit dans le meilleur intérêt de - ou que cela ajouterait de la valeur pour - nos clients et le secteur.

Erreur dans l'adresse, l'item est inexistant.

"Incertitude fiscale'

Selon le cabinet, neuf taxes et redevances propres au secteur pharmaceutique (taxation de la promotion des traitements prescrits, redevances pour l'ANSM et l'Agence européenne du médicament,...) représentent 37 à 70% de l'imposition globale.selon les cas de figure. Elles sont dans le viseur du Leem. Selon Philippe Lamoureux, Directeur général du Leem, elles créent "l'incertitude fiscale" de part la difficulté pour les laboratoires pharmaceutiques de les anticiper, et de part leur poids.

Philippe Lamoureux s'attaque notamment à la "contribution L", qui serait "le vrai souci pour les sociétés pharmaceutiques". Avec cette disposition fiscale, les laboratoires doivent payer une contribution lorsque l'évolution de leur chiffre d'affaires a dépassé un taux voté chaque année lors de la loi de financement de la sécurité sociale. "L'assiette est instable, et ça ne correspond pas à ce que les entreprises ont provisionné", juge-t-il.

Malgré l'affaire Mediator, Servier reste (trop) proche des cardiologues

  Malgré l'affaire Mediator, Servier reste (trop) proche des cardiologues Renvoyé en correctionnelle dans le cadre de l'affaire Mediator, Servier n'en a pas fini avec les démêlés judiciaires. Il continue toutefois à entretenir des liens forts avec les organisations de santé influentes en cardiologie, les sociétés savantes en particulier, et ses dirigeants. Une stratégie assumée pour promouvoir ses produits, maintenir la croissance de son activité maladies cardiovasculaires, et peut-être essayer de faire oublier l’affaire Mediator.Le laboratoire compte beaucoup sur la création ou le maintien des liens avec les organisations professionnelles phares et ses membres.

Inscription rapide et gratuites sur nos jeux gratuits, jeux concours et instants gagnants pour gagner des cadeaux gratuitement en s'amusant.

Nos équipes techniques sont prévenues et font le maximum pour rétablir la situation. Nous vous conseillons de vous reconnecter d'ici quelques minutes. Nous sommes sincèrement désolés pour les désagréments occasionnés.

Le taux global des impôts, comprenant taxes, cotisations sociales et participation des salariés (redistribution de partie des bénéfices à ces derniers) va de 51 à 79% selon le profil de la société pharmaceutique française, estime une étude de PwC.© Fournis par La Tribune Le taux global des impôts, comprenant taxes, cotisations sociales et participation des salariés (redistribution de partie des bénéfices à ces derniers) va de 51 à 79% selon le profil de la société pharmaceutique française, estime une étude de PwC.

"L'instabilité fiscale chronique est un facteur de 'désattractivité' pour l'industrie pharmaceutique française. [...] Et cela crée des difficultés pour "attirer les investisseurs étrangers", argue encore le Leem.

Ce dernier jalouse ainsi les modèles irlandais et britannique où il n'existe aucune taxe sectorielle...

Quel est l'impact de la fiscalité française sur l'activité pharmaceutique ?

Le Leem n'avance pas d'éléments concrets sur l'ampleur de l'impact de la fiscalité française sur l'activité pharmaceutique du pays. D'autant que le cas de l'Italie montre qu'une imposition forte n'est pas forcément rédhibitoire. C'est dans ce pays que les sociétés pharmaceutiques sont les plus taxées après la France en Europe, remarque PwC. Pourtant, l'Italie, 4e fabriquant de médicaments, est le premier pays de destination pour les investissements pharmaceutiques américains, allemands et suisses, comme le rappelle Alcimed dans une étude publiée au début de l'année.

Jimenez quitte Novartis après avoir radicalement changé la stratégie du labo

  Jimenez quitte Novartis après avoir radicalement changé la stratégie du labo Le directeur général de Novartis quittera la société en 2018. Durant ses huit années de mandat, le laboratoire s'est recentré sur une poignée d'activités pour tenter de retrouver une croissance qui fait défaut depuis quelques années.Panne de croissance

L'identifiant du document n' est plus en session.

Une erreur est survenue. Merci de nous excuser pour la gene occasionnee.

Toutefois, d'autres chiffres montrent que la France est touchée par une baisse d'investissements étrangers dans certains domaines en pharmacie. Les sommes dédiées à la production de biomédicaments concernant souvent des traitements de nouvelle génération (immunothérapies,...) sont en recul de 20% entre 2010 et 2015 dans l'Hexagone, et en augmentation à l'international. Et ce, en parallèle à la baisse du nombre de ces traitements produits dans l'Hexagone, tandis que dans le monde ces investissements progressent. En parallèle, les investissements dédiés aux autres types de médicaments stagnent en France, selon une étude KPMG.

Le français Deinove reçoit 14 millions d'euros pour combattre la résistance aux antibiotiques .
La société va utiliser cette aide de la BPI pour développer des nouveaux antibiotiques pour combattre la résistance microbienne, devenue un enjeu mondial. La biotech va également utiliser ce financement pour accélérer le développement de sa plateforme technologique d'ingénierie génétique qui permet de sélectionner et améliorer les performances de ses futurs produits thérapeutiques.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!