Entreprise La SNCF devant le juge pour le déraillement du TGV Est

14:51  11 novembre  2017
14:51  11 novembre  2017 Source:   La Tribune

Que faire des gares ferroviaires avec l'ouverture à la concurrence? Ce que dit la SNCF

  Que faire des gares ferroviaires avec l'ouverture à la concurrence? Ce que dit la SNCF Le Président de la SNCF Guillaume Pepy, a déclaré que la création d'une "société publique des gares" serait "la solution la plus raisonnable" en prévision de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs. Que faire de Gares & Connexions avec l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire des voyageurs à partir de 2019? Lors d'une audition devant la commission des affaires européennes de l'Assemblée nationale, Guillaume Pepy, le président de la SNCF, a déclaré jeudi que la création d'une "société publique des gares" serait "la solution la plus raisonnable".  Aujourd'hui, les 3.

Cette page n' est pas visible actuellement.

Vous avez été déconnecté car votre dernière requête est trop ancienne (délai d'expiration = 1800 sec) Relancer l'application (SITEIORT).

La SNCF est convoquée le 20 décembre par le juge chargé de l'enquête sur le déraillement d'une rame d'essai du TGV Est en 2015, qui avait fait 11 morts, en vue de son éventuelle mise en examen, a indiqué samedi le groupe ferroviaire.

La SNCF est convoquée le 20 décembre par le juge chargé de l'enquête sur le déraillement d'une rame d'essai du TGV Est le 14 novembre 2015, qui avait fait 11 morts et 42 blessés, en vue de son éventuelle mise en examen, a indiqué samedi le groupe ferroviaire à l'AFP. Sa filiale Systra, qui s'occupe des essais, est pour sa part convoquée le 18 décembre pour les mêmes raisons, a-t-il ajouté. Le quotidien Libération, qui a révélé ces deux convocations, précise qu'elles ont été envoyées à "des fins de mise en examen pour homicide et blessures involontaires". A bord se trouvaient 53 personnes: des salariés présents pour raisons professionnelles mais aussi des invités, dont deux sont décédés

Interruption du RER A : le gouvernement demande une enquête

  Interruption du RER A : le gouvernement demande une enquête Le gouvernement français a demandé un rapport sur l'interruption du trafic de la ligne A du RER, qui a repris jeudi matin à Paris après quatre jours d'arrêt partiel, a annoncé la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Le trafic a été interrompu de lundi à jeudi matin entre les stations La Défense et Auber à la suite d'un accident lié au chantier du prolongement du RER E, ligne gérée par la SNCF, dans le cadre d'un forage préliminaire pour des travaux conduits par les équipes du groupement Eole (Bouygues Travaux Publics, Eiffage et Razel-Bec), en charge du chantier du RER E pour SNCF Réseau.

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document. Un-e collaborateur/collaboratrice scientifique pour le domaine de l’assurance

Le support n'existe pas.

Premier déraillement mortel du TGV

Le TGV qui effectuait son dernier test sur le tronçon de la ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Strasbourg avait déraillé à l'entrée de la courbe de raccordement de la ligne nouvelle avec la ligne classique sur la commune d'Eckwersheim (Bas-Rhin), à 20 km de Strasbourg, avant de percuter un pont. Il s'agit du premier déraillement mortel dans l'histoire du TGV depuis sa mise en service en 1981.

Dans cette enquête, menée sous l'autorité de juges d'instruction du pôle "Accidents collectifs" du tribunal de grande instance de Paris, deux employés de la SNCF et un salarié de Systra ont été mis en examen pour homicides et blessures involontaires et placés sous contrôle judiciaire en octobre 2016.

L'Etat devient le banquier de CDG Express pour tenir le timing

  L'Etat devient le banquier de CDG Express pour tenir le timing L'Etat va prêter 1,7 milliard d'euros, à partir de 2019, au concessionnaire de la construction de la liaison ferroviaire directe entre l'aéroport de Roissy et Paris, appelée CDG Express. © Fournis par La Tribune Changement de plan de financement pour CDG Express, le projet de ligne ferroviaire qui doit relier à partir de 2023 l'aéroport de Roissy à la gare de l'Est à Paris en 20 minutes.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

  La SNCF devant le juge pour le déraillement du TGV Est © Fournis par La Tribune

Plusieurs expertises, dont une du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) publiée officiellement en mai, ont déjà pointé une vitesse excessive comme étant la cause du déraillement. Le train avait abordé une courbe à 265 km/h, alors que la vitesse prescrite pour cet essai était de 176 km/h, selon l'enquête du BEA. Au point de déraillement, il circulait à 243 km/h. Cette survitesse a été provoquée par un freinage tardif, s'expliquant par "une stratégie de freinage inadaptée", mais également par une incompréhension au sein de l'équipage et un appel téléphonique perturbateur, selon le BEA-TT.

Rapport final de l'expertise judiciaire

Fin octobre, le rapport final de l'expertise judiciaire sur le déraillement a été remis aux juges d'instruction. Outre la vitesse excessive et des erreurs de préparation déjà pointées dans d'autres rapports, les experts judiciaires ont fait état notamment d'un "manque d'expérience et de formation" du personnel en matière d'essai, selon des sources proches du dossier citées par l'AFP

"Ce rapport attendu met clairement en cause la SNCF et Systra dans des conditions que nous connaissions déjà", avait réagi auprès de l'AFP Me Gérard Chemla, avocat d'une douzaine de familles de victimes.

"C'est une étape et j'espère qu'elle va permettre désormais une mise en examen des personnes morales et de nouvelles personnes physiques responsables des manquements", commentait l'avocat.

Dans leur rapport d'étape, les experts judiciaires avaient mis en évidence des "erreurs de calcul" dans la détermination des points de freinage, et "une mauvaise évaluation" de la marge de ralentissement au moment de l'essai.

(AFP)

Sanofi compense difficilement le déclin de son activité diabète .
Sanofi a enregistré une très faible croissance au troisième trimestre. En cause, l'érosion continue de son activité diabète due à la perte du brevet du Lantus, une insuline qui génère plusieurs milliards d'euros de ventes annuelles. Les vaccins et traitements contre les maladies rares compensent difficilement le déclin de cette franchise historique du groupe français. Les résultats financiers du premier laboratoire français sont décevants. Sanofi a enregistré au troisième trimestre une chute de 6,4% de son bénéfice net à 1,57 milliard d'euros et un chiffre d'affaires en légère hausse de 0,3% à 9 milliards d'euro, a-t-il dévoilé jeudi 2 novembre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!