Entreprise Qui veut la peau de la voiture individuelle ?

08:36  14 novembre  2017
08:36  14 novembre  2017 Source:   La Tribune

Tesla : Elon Musk lance un roadster et un camion, malgré les difficultés

  Tesla : Elon Musk lance un roadster et un camion, malgré les difficultés Alors que le constructeur automobile californien rencontre de graves difficultés industrielles, son patron, Elon Musk a levé le voile sur un semi-remorque qui sera lancé fin 2019, et un roadster. Cette annonce a légèrement tempéré la défiance des marchés qui restent encore sur les très mauvais résultats du troisième trimestre. Show must go on ! Les graves difficultés industrielles rencontrées par Tesla, le constructeur californien de voitures électriques de luxe, n'ont pas mis en sommeil les incessants effets d'annonce de son fondateur, Elon Musk.

[Content Bloqued]. Toda la colección estará disponible en próximas fechas en la tienda de la web

Err Connexion.

Révolution dans les transports ! Tandis que le consommateur va de plus en plus délaisser la propriété d'un véhicule au profit de l'usage, le digital et l'intelligence artificielle sont en passe de bouleverser l'offre. Il était urgent de réinventer les mobilités : le gouvernement et de nombreux élus sont prêts à (presque) tout pour décongestionner les villes.

Et si la nouvelle révolution économique était celle des mobilités ? On pensait avoir tout accompli en matière de transports : autoroutes, trains, voitures, avions... Les acteurs de ces industries sont établis depuis des générations et se regardent en chiens de faïence et c'est à celui qui mangera l'autre le premier... Ils comptent des centaines de milliers de salariés, bâtissent des usines-cathédrales aux quatre coins du monde, ont des chiffres d'affaires en milliards de dollars et portent des enjeux politico-industriels sans équivalent dans le reste de l'économie. L'idée que cet immense édifice s'effondre comme un château de cartes sous la pression d'acteurs disruptifs nés il y a moins de dix ans ou à naître est vertigineuse...

Uber va acheter des voitures autonomes par milliers à Volvo

  Uber va acheter des voitures autonomes par milliers à Volvo Les véhicules Volvo seront équipés d'une technologie autonome tandis qu'Uber va mettre au point un système d'auto-conduite. L'application qui met en relations chauffeurs et passagers a de grandes ambitions dans la voiture autonome. Le constructeur automobile suédois Volvo a annoncé lundi qu'il allait vendre des "dizaines de milliers de voitures autonomes" à Uber, leader mondial des VTC. Un porte-parole du groupe suédois contacté par l'AFP n'a pas donné le montant de la commande ni le nombre précis de voitures concernées par la commande.

Erreur MC6 ! La page n'existe pas

LE SOUFFLE DE LA COLERE - Bande Annonce (VOST).

Et pourtant, c'est bien ce qui se prépare aujourd'hui : le monde des transports est en train de connaître un changement de paradigme, avec un consommateur qui se focalise de plus en plus sur l'usage d'un bien ou d'un service, plutôt que sur sa détention. L'usage signifie, ici, que le consommateur est désormais moins intéressé par l'objet en tant que tel que par son utilité réelle. Autrement dit, le besoin n'est plus de posséder une voiture mais d'accomplir un trajet !

La fin de la propriété automobile, mais pas la fin de la voiture

Usage : à partir d'un mot, utilisé par tous les observateurs de l'industrie automobile et des jeunes entrepreneurs de l'économie des nouvelles mobilités, c'est une révolution qui prend forme, celle des nouvelles mobilités que certains appellent désormais les mobitechs. Cette réalité est en train de chambouler le modèle qui a fondé l'industrie automobile. Jusqu'ici, pour accomplir un trajet, la voiture était le moyen plus approprié, et tant qu'à faire, il valait mieux en posséder une, surtout si elle était le seul moyen de se rendre au travail comme c'est le cas encore pour 43 % des Français. Certes, il existe déjà des offres de mobilités alternatives à la voiture individuelle, comme les transports en commun, mais leur capillarité est insuffisante pour répondre à tous les besoins, notamment celui des derniers kilomètres, ou la location de voiture, mais elle est chère et complexe à utiliser.

Voiture autonomes : Londres veut les faire rouler dès 2021

  Voiture autonomes : Londres veut les faire rouler dès 2021 Les premières voitures sans chauffeur devraient rouler sur les routes britanniques d'ici à 2021, a indiqué dimanche le ministère des Finances dont le budget, qui sera présenté mercredi, prévoit de nombreux investissements dans les nouvelles technologies. © Fournis par La Tribune Philip Hammond annoncera également, lors de la présentation de son budget, des changements de réglementation permettant à l'industrie automobile sans chauffeur, qui devrait représenter 28 milliards de livres (31 milliards d'euros) d'ici 2035, de faire circuler ces nouveaux véhicules.

Engin de franchissement de l 'Avant.

Nous avons change notre domaine sur www.animalsurnet.com.

Il a donc fallu attendre la digitalisation de l'économie pour enfin imaginer des offres de mobilités révolutionnaires : des plateformes de partage de voitures, des mises en relation avec de nouveaux services de transport, des locations plus souples et moins chères... Mais pourquoi la digitalisation ? Parce qu'elle est la seule à permettre d'optimiser les process et d'amortir les coûts, la seule à apporter des outils efficaces comme la géolocalisation, l'identification des inscrits et les algorithmes. L'avenir devrait être très prometteur puisque la technologie va s'accélérer. La télématique aidant (des systèmes qui permettent de recueillir des informations dans une voiture), les voitures seront davantage connectées, ce qui ouvrira de nouvelles possibilités. La puissance de calculs des algorithmes va également permettre d'optimiser l'offre. Enfin, le développement de l'intelligence artificielle pourrait être une véritable révolution dans la révolution.

BMW M550i : la sportivité pure et parfaite, réservée à une élite

  BMW M550i : la sportivité pure et parfaite, réservée à une élite Cette version ultra sportive de la Série 5 ne décevra pas ses conducteurs pour cet excellent équilibre entre les performances sur route et le confort de l'agrément de conduite. Un jouet au prix prohibitif de 90.000 euros sans options ...Quoi de mieux pour apprécier une voiture que d'essayer sa version sportive ? La Tribune a eu le plaisir d'essayer la BMW M550i xDrive. La ligne M Performance équipe les gammes classiques d'une motorisation très sportive. Ici, cette grande berline essence développe 462 chevaux, boostée par un couple de 680 Nm pour 5.500 tours/minute. Sans parler des quatre roues motrices de la technologie xDrive.

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document. Règlement d'admission en Bachelor - domaine musique et arts de la scène.

La page que vous essayez de chercher est introuvable. Retour a la page precedent.

En réalité, cette digitalisation n'est pas seule à avoir participé à cette transformation. L'opinion publique a connu plusieurs traumatismes successifs qui ont provoqué une prise de conscience. D'abord, les statistiques inquiétantes de la mortalité liée à la pollution automobile, mais également la congestion des agglomérations et son cortège de nuisances sonores et de saturation de l'espace. Puis le coup de grâce fut probablement le scandale Volkswagen qui a achevé de discréditer l'industrie automobile. « Nous sommes devenus inaudibles », déplore un grand patron automobile. Dès lors, les grandes agglomérations ont commencé à multiplier les restrictions de circulation et les annonces fracassantes. Les usagers, eux, se sont jetés sur les solutions de mobilités alternatives.

Un modèle économique instable

Une fois fait le constat de l'apparition de nouveaux besoins, apparaissent les problèmes. Car pour l'heure, aucune mobitech n'est encore rentable. Ni Uber, du haut de ses 70 milliards de dollars de valorisation - valeur estimée puisqu'Uber n'est pas cotée, certains disent que l'entreprise vaut beaucoup moins en réalité -, ni aucun autre n'est encore parvenu à figer un modèle économique viable. Au contraire, étant encore à l'aube d'une révolution économique mais également sociétale, elles sont encore soumises à un aléa réglementaire extrêmement changeant. En France, la réglementation sur les VTC [voitures de transport avec chauffeur, ndlr] ne cesse d'évoluer, et le droit n'est pas le même entre les pays voire entre les agglomérations d'un même pays. Ces sociétés doivent encore roder une jurisprudence, souvent à leurs dépens, comme Heetch qui a vu son business model rayé d'un trait de plume par la justice française.

Autopartage : PSA essuie un revers à Berlin avec la fin de Multicity

  Autopartage : PSA essuie un revers à Berlin avec la fin de Multicity Le groupe automobile français qui se veut très offensif dans les nouvelles mobilités a annoncé la fin de Multicity à Berlin. Ce service d'autopartage se voulait 100% électrique, mais face à la concurrence, la rentabilité n'était pas au rendez-vous. Le groupe veut faire évoluer son offre de nouvelles mobilités, mais peine à fournir des services intégrés ...Mauvaise nouvelle pour PSA ! Le groupe automobile français qui a décidé de s'investir dans les nouvelles mobilités vient pourtant d'annoncer la fin de son service Multicity à Berlin. Ce service lancé en 2012 proposait de l'autopartage en C-Zéro, une voiture 100% électrique.

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l 'immobilier.

Tratado de la Reforma del Entendimiento (Spanish Edition).

Jusqu'ici, les pouvoirs publics étaient davantage sur la défensive, laissant croire qu'ils subissaient la crise des taxis plus qu'ils ne la contrôlaient. Sans parler des interminables polémiques qui tournent au pugilat à Paris, où les passions ont pris le dessus sur le rationnel s'agissant des voies sur berge et de la place des pistes cyclables sur la chaussée.

Et pourtant, il est nécessaire d'inventer un écosystème de mobilités cohérent, mature et compétitif. Et de préférence autour de convergences d'intérêt, et non par la cristallisation des passions. Les économistes ont démontré que cet écosystème ne pourra être fondé que sur le principe de la "multimodalité" [usage, en alternance ou successivement, de plusieurs modes de transport].

Les constructeurs automobiles l'ont compris. Ils multiplient les initiatives, les prises de participation, les partenariats et les incubateurs à idées. Leur course éperdue à la voiture connectée et autonome s'explique également par la hantise de ne pas avoir un train de retard face aux nouveaux acteurs tels que Tesla et donc continuer à faire partie des champions de demain. Mais n'allez pas croire qu'il s'agit d'un repli tactique, les constructeurs jouent sur les deux tableaux. En effet, pour beaucoup d'experts, la promesse d'une ville sans voiture pourrait être une chimère : à ce stade, pour de nombreux usages, la voiture individuelle reste incontournable. Mais pour combien de temps ?

Téléphonie : comment réduire l’impact environnemental de votre smartphone

  Téléphonie : comment réduire l’impact environnemental de votre smartphone L’utilisation de nos appareils connectés, smartphone y compris, n’est pas sans conséquences sur notre environnement. Nous n'en avons pas toujours conscience mais l'utilisation que nous faisons de notre smartphone a un impact majeur sur l'environnement : selon les données publiées par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), un téléphone portable épuise autant de matières premières que l'extraction de 7,4 kg de cuivre, consomme autant d'énergie que 57 km en avion et émet autant de gaz à effet de serre que 85 km en voiture.

Venez vous inscrire sur Unibet et recevez jusqu'à 3 bonus cumulables !

Síguenos en

En toile de fond, la question de l'urbanisme

Pour Pierre-François Marteau, consultant expert mobilités au Boston Consulting Group (BCG), « on ne peut pas décréter la fin de la voiture individuelle. Dans beaucoup de zones et pour beaucoup d'usages elle est et restera le meilleur moyen de se déplacer. La question ce n'est pas pour ou contre la voiture individuelle, mais plutôt : comment optimiser et focaliser chaque moyen de transport sur sa zone de pertinence et assurer la cohérence entre tous les modes ? » Guillaume Crunelle, associé chez Deloitte, spécialiste de l'automobile (lire page 11) estime que les villes doivent avoir une approche plus globale pour être efficace. « Le propre de la digitalisation des nouvelles mobilités est de décloisonner l'espace et les moyens. Un véritable écosystème de mobilités intelligentes se pense au-delà de la ville. À New York, cela se pense jusque dans le New Jersey. »

Certains persiflent d'ailleurs sur le périmètre pertinent. « Le vrai sujet, ce n'est pas la voiture individuelle, mais la maison individuelle », remarque un expert. Selon lui, c'est l'étalement urbain et les lotissements à perte de vue qui complexifient la capillarité des transports en communs. On le voit bien avec le projet de Grand Paris Express, qui ne va pas partout. Autre complexité : la configuration de nos agglomérations en cercles concentriques, qui rend difficile l'accès de l'un à l'autre et pénalise les habitants des périphéries, assignés à résidence.

« La question des nouvelles mobilités doit être intégrée dans une réflexion plus globale sur le lien entre mobilité et urbanisme, mais redessiner la ville et ses infrastructures, cela a un coût », décrypte Pierre-François Marteau. Même son de cloche pour Yves Crozet, professeur à l'université de Lyon et spécialiste de l'économie des transports, c'est « la densité urbaine qui donne du sens aux transports en commun » (lire interview page 7).

Redressement d'Opel : les enjeux du dangereux pari de Carlos Tavares

  Redressement d'Opel : les enjeux du dangereux pari de Carlos Tavares Cent jour après la finalisation du rachat d'Opel (annoncé en mars), la marque allemande a divulgué son plan de redressement. Pour Carlos Tavares, la situation est "dramatique". Le PDG de PSA estime toutefois que le sauvetage d'Opel permettra au groupe, qui réunit désormais quatre marques (avec Peugeot, Citroën et DS), de devenir plus fort et plus compétitif sur un marché mondial de plus en plus concurrentiel, et de moins en moins européen ...C'est par une journée nuageuse et brumeuse que les habitants de Russelsheim se sont réveillés ce jeudi 9 novembre. Les 62.

Cette page n'est pas visible actuellement. CONSULTEZ LE SITE DU SERVICE DE LA FORMATIOn Continue.

Accueil. Offres d'emploi. Espace candidats. Espace recruteurs. Fonction Publique.

En effet, ajoute Pierre-François Marteau, « moins la zone est urbanisée, plus il est difficile de trouver une alternative crédible à la voiture. Ainsi, d'après l'Enquête Globale Transport, entre 2001 et 2010, le nombre moyen de voitures par ménage à Paris intramuros a baissé, alors qu'il a continué d'augmenter en grande couronne ».

Un mille-feuille d'enjeux majeurs

Tout l'objet des Assises des mobilités, organisées par Élisabeth Borne, la ministre des Transports, est justement de désamorcer ces crispations afin de faire éclore un écosystème des mobilités. À travers ce projet, le gouvernement qui a mis l'accent sur les « mobilités du quotidien », priorité devant la construction de nouveaux TGV, percute un mille-feuille d'enjeux majeurs pour le pays qui ont tous une dimension politique et sociale : réduire l'exclusion consécutive à des mobilités réduites, éviter de transformer les mobilités en un gouffre financier, trouver un meilleur équilibre environnemental avec des transports propres, désenclaver les aires urbaines, créer un écosystème de jeunes pousses afin de faire pousser des licornes françaises à l'échelle mondiale, à l'image de BlaBlaCar, neutraliser les clivages politiques entre les anti et les pro-automobilistes, désamorcer les conflits autour des VTC sans pour autant continuer à consolider la corporation des taxis... Un chantier herculéen, dont on verra si, au terme des Assises des mobilités, il se concrétise dans la loi d'orientation qui serait soumise au Parlement au premier trimestre 2018.

Certains estiment néanmoins que le principal frein au développement des mobilités alternatives, comme le covoiturage domicile-travail, sera essentiellement comportemental (lire page 6). L'enjeu est de savoir si le gouvernement maniera sur ce sujet le bâton ou la carotte ? L'interdiction ou la subvention publique ? La restriction ou l'incitation ?

Airbnb : Paris réclame des sanctions "dissuasives" au gouvernement

  Airbnb : Paris réclame des sanctions La mairie de Paris souhaite que, dans le cadre de la future loi Logement, des sanctions suffisamment élevées pour être dissuasives soient mises en place contre les plateformes de location touristique qui ne respectent pas la loi. La Ville de Paris a demandé mardi au gouvernement de mettre en place des "sanctions significatives et dissuasives" à l'encontre des plateformes de meublés touristiques type Airbnb Le conseil de Paris souhaite que le gouvernement inclue dans la future loi Logement des sanctions au civil "beaucoup plus élevées qu'au pénal", a indiqué Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la mai

Découvrez nos activités sur Agence Okarina. L'Antre de la folie.

Un autre clivage pourrait apparaître, entre ceux qui pensent qu'il faut laisser le marché agir, et ceux qui veulent le réguler. Pour les premiers, l'État ne régule pas le marché rationnellement, il agit sous pression ; pour les seconds, les nouvelles mobilités ne doivent pas faire voler en éclat le modèle social français au prétexte de libérer le transport. « Le problème, c'est que le temps des villes n'est pas toujours le temps des entreprises. C'est de là que peut naître une divergence », constate Guillaume Crunelle, avant de nuancer : « Il y a un sujet de puissance publique à travers la loi et l'investissement, cela doit se passer de manière coordonnée pour aligner les intérêts. »

Pierre-François Marteau abonde dans ce sens : « La mobilité de demain, c'est aussi une formidable opportunité économique pour le pays, à condition de s'y préparer dès maintenant et de structurer un écosystème puissant. Les pouvoirs publics ont un rôle déterminant à jouer pour faciliter cette structuration ». Il n'y a donc plus de temps à perdre ! Si la France veut tenir son rang, voire prendre le leadership, elle doit avancer rapidement et devra probablement bousculer certaines habitudes. Le défi du gouvernement sera de définir une multitude d'équilibres, un exercice aussi périlleux que nécessaire...

Par Nabil Bourassi

___

ENCADRÉ

Péage urbain : le débat relancé à Paris

Et si Paris mettait en place un péage urbain, à l'instar de Londres, Rome et Milan ? C'est le pavé dans la mare lancé lors du salon @utonomy par Jean-Louis Missika, adjoint d'Anne Hidalgo chargé des projets du Grand Paris. La maire de Paris a pourtant, à plusieurs reprises, indiqué son opposition à cette option. Son adjoint aux transports, Christophe Najdovski, s'y oppose également, arguant que la mesure serait discriminatoire à l'encontre des Franciliens non parisiens.

La mortalité liée à la pollution, à la congestion des agglomérations et le discrédit de l'industrie automobile (depuis le scandale Volkswagen) pourraient amener la société à se détourner de ce mode de transport. © Fournis par La Tribune La mortalité liée à la pollution, à la congestion des agglomérations et le discrédit de l'industrie automobile (depuis le scandale Volkswagen) pourraient amener la société à se détourner de ce mode de transport.

Pour Jean-Louis Missika, le rôle d'un péage parisien serait de faire contribuer l'automobiliste au coût de l'entretien de la voirie. Selon lui, son financement est aujourd'hui déséquilibré, puisque pour 1 euro de frais de remise en état de la chaussée, l'automobiliste ne contribue qu'à hauteur de 0,13 euro. « Je ne demande pas à l'État d'instaurer le péage urbain, je lui demande de l'autoriser. Des autoroutes urbaines gratuites, est-ce vraiment sérieux ? » a précisé l'élu dans une interview au Parisien.

Une fois n'est pas coutume, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, s'est mise au diapason d'Anne Hidalgo en dénonçant qu'une telle mesure « couperait la région en deux en accroissant la fracture sociale et territoriale ». Selon elle, cette discrimination révélerait surtout des disparités de richesse.

Un péage urbain oblige, avant d'entrer dans une zone, à payer une redevance, par SMS ou en achetant un ticket dans un bureau de tabac. Des caméras sont installées un peu partout et scannent les plaques d'immatriculation pour vérifier que le véhicule s'est bien acquitté de la taxe... À Milan, le péage qui contrôle le centre de la métropole a permis de le décongestionner d'environ 43 000 voitures par jour ! Si bien que la ville envisage d'aller plus loin en élargissant le périmètre du péage. La capitale économique italienne applique toutefois un péage plutôt consensuel avec un tarif à 5 euros, soit plus de moitié moins que celui appliqué à Londres (11,50 livres, soit l'équivalent de 13,50 euros). La capitale britannique a d'ailleurs décidé d'ajouter encore une charge supplémentaire, de 11,50 livres, visant les voitures les plus polluantes. Au total, les véhicules essence de plus de 13 ans et les diesel de plus de 4 ans devront payer à partir de 2019 23 livres en semaine pour accéder au centre de la capitale anglaise. D'autres villes dans le monde ont recours au péage urbain, comme Oslo ou Stockholm. Singapour est la première ville, en 1975, à avoir adopté ce système, qu'elle a modernisé en 1998.

En France, aucun exemple de péage urbain n'existe encore. Bordeaux aurait récemment évoqué cette idée lors des Assises territoriales de la mobilité. Il s'agirait d'établir dans la rocade de la capitale girondine un péage qui ne viserait que les poids lourds aux heures de pointe. Le but n'est pas tant de limiter la pollution que de décongestionner la rocade.

Pour l'heure, la ville de Paris poursuit officiellement sa stratégie de restriction de circulation par réduction des espaces (disparition des voies sur berge, voies réservées aux bus et aux pistes cyclables...). « Être anti-voitures, c'est has been »,répond Valérie Pécresse faisant valoir que les voitures de demain seront décarbonées. Ce que souhaite en effet la maire de Paris, qui a fixé comme objectif que Paris intra-muros soit réservé aux voitures électriques dès 2030... N.B.

Airbnb : Paris réclame des sanctions "dissuasives" au gouvernement .
La mairie de Paris souhaite que, dans le cadre de la future loi Logement, des sanctions suffisamment élevées pour être dissuasives soient mises en place contre les plateformes de location touristique qui ne respectent pas la loi. La Ville de Paris a demandé mardi au gouvernement de mettre en place des "sanctions significatives et dissuasives" à l'encontre des plateformes de meublés touristiques type Airbnb Le conseil de Paris souhaite que le gouvernement inclue dans la future loi Logement des sanctions au civil "beaucoup plus élevées qu'au pénal", a indiqué Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la mai

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!