Entreprise Bitcoin : les banques centrales mettent en garde contre le côté spéculatif

15:05  01 décembre  2017
15:05  01 décembre  2017 Source:   latribune.fr

« Revolut veut être l'Amazon de la banque »

  « Revolut veut être l'Amazon de la banque » La néobanque britannique revendique un million d'utilisateurs en Europe, dont 150.000 en France. Son fondateur, Nikolay Storonsky, brigue une licence bancaire européenne en Lituanie et se voit en futur grand acteur mondial de la banque nouvelle génération. Dans la tour One Canada Square, à Canary Wharf, le quartier d'affaires ultra-moderne de Londres, se trouvent l'Autorité bancaire européenne qui s'apprête à déménager à Paris à cause du Brexit, ainsi qu'une foule de grandes et petites entreprises de la finance, en particulier à Level 39, un accélérateur et espace de co-working, qui abrite parmi les plus prometteuses jeunes pousses

voir sur latribune.fr : Bitcoin : les banques centrales mettent en garde contre le côté spéculatif .

Le gouverneur de la Banque de France et l'un des gouverneurs de la Banque centrale américaine ont fait des déclarations alertant du côté spéculatif du Bitcoin et du risque d'une généralisation de son usage. Les mises en garde contre le bitcoin se multiplient alors que la monnaie virtuelle

Le gouverneur de la Banque de France et l'un des gouverneurs de la Banque centrale américaine ont fait des déclarations alertant du côté spéculatif du Bitcoin et du risque d'une généralisation de son usage.

Les mises en garde contre le bitcoin se multiplient alors que la monnaie virtuelle, au cours très volatil, avoisine les 10.00 dollars. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a alerté vendredi à Pékin sur le caractère spéculatif du bitcoin, lors d'une intervention à l'occasion du Forum financier franco-chinois à Pékin.

"Il ne doit pas y avoir d'ambiguïté: le bitcoin n'est en rien une monnaie‎, ou même une crypto-monnaie. C'est un actif spéculatif. Sa valeur et sa forte volatilité ne correspondent à aucun sous-jacent économique et ne sont la responsabilité de personne."

Le casse-tête des banques face à l'argent du livret A

  Le casse-tête des banques face à l'argent du livret A Un amendement au projet de loi de finances pour 2018 met les banques français dans l'embarras. Elles ne pourront plus confier à la Caisse des Dépôts l'intégralité des avoirs présents sur les livrets A de leurs clients. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que cette arrivée d'argent n'est pas vue d'un bon œilQui va payer les pots cassés ? Une mesure bien cachée du budget 2018, dénichée par le journal Les Échos, pourrait bien changer la donne quant à la charge de l'argent du livret A.

« C’est un actif spéculatif . Vendredi, le bitcoin a oscillé autour de 9 600 $ dans un marché volatile, après avoir chuté d’environ 15 % par rapport au sommet historique de cette semaine, certains gestionnaires d’argent ayant mis en garde contre une bulle et d’autres chutes.

Le gouverneur de la Banque de France et l'un des gouverneurs de la Banque centrale américaine ont fait des déclarations alertant du côté spéculatif du Bitcoin et du risque Les mises en garde contre le bitcoin se multiplient alors que la monnaie virtuelle, au cours très volatil, avoisine les 10.00 dollars.

Le bitcoin se traitait autour de 9.900 dollars vendredi matin dans un marché très volatil, après avoir franchi dans la semaine le seuil de 11.000 dollars puis reculé rapidement de 15%, alimentant les inquiétudes sur la formation d'une bulle..

Une menace pour la stabilité financière, selon la Fed

Cet avertissement de François Villeroy de Galhau fait écho à celui lancé la veille par un des gouverneurs de la Banque centrale américaine (Fed), Randhall Quarles,. Vice-président chargé de la supervision financière, celui-ci a rappelé qu'en période de tensions financières, la demande de liquidités de la part des acteurs financiers augmentait fortement et que le comportement des devises numériques dans de telles circonstances était encore une inconnue.

« Le bitcoin est une pure bulle », selon Jean Tirole

  « Le bitcoin est une pure bulle », selon Jean Tirole Alors que la crypto-monnaie a dépassé les 11.000 dollars mercredi, le prix Nobel d'économie français a pris la plume dans le "Financial Times" pour exprimer ses craintes au sujet de l'engouement "sans limite" pour les cryptomonnaies.L'envolée du bitcoin, dont la valeur a été multipliée par dix depuis le début de l'année et par 30.000 depuis 2011, suscite de plus en plus d'intérêt et d'inquiétudes, et pas uniquement sur la planète finance. Après les mises en garde des banquiers, tels que Jamie Dimon, le patron de JP Morgan, raillé pour avoir qualifié la crypto-monnaie d'"arnaque", c'est au tour du Nobel d'économie Jean Tirole de tirer la sonnette d'alarme.

Le gouverneur de la Banque de France et l'un des gouverneurs de la Banque centrale américaine ont fait des déclarations alertant du côté spéculatif du Bitcoin et du risque Les mises en garde contre le bitcoin se multiplient alors que la monnaie virtuelle, au cours très volatil, avoisine les 10.00 dollars.

Dénonçant le caractère "hautement spéculatif " de cette monnaie, la Banque de France souligne qu'elle représente un "risque financier certain" pour les personnes qui la détiennent. Parmi ses griefs, l'institution relève par exemple que le Bitcoin n'est adossé à aucune activité réelle et que son cours

"Si ces devises numériques ne posent pas de menace majeure à leurs niveaux actuels, des problèmes plus généraux de stabilité financière pourraient se poser si leur utilisation se généralise", a-t-il déclaré lors d'un discours à Washington.

Si ces devises ne pouvaient pas être échangées contre du dollar ou une autre monnaie de référence à un taux stable lors d'une période de crise, "cela poserait de gros défis au système", a estimé Randhall Quarles.

Des places boursières penchent sur la création de plateformes dédiées

Plusieurs places boursières envisagent de créer prochainement des plate-formes d'échanges d'instruments financiers à terme (produits dérivés) basés sur le Bitcoin. © Fournis par La Tribune Plusieurs places boursières envisagent de créer prochainement des plate-formes d'échanges d'instruments financiers à terme (produits dérivés) basés sur le Bitcoin.

Plusieurs places boursières envisagent de créer prochainement des plate-formes d'échanges d'instruments financiers à terme (produits dérivés) basés sur le Bitcoin. Selon le Wall Street Journal, la dernière à l'envisager est la Bourse électronique américaine Nasdaq.

Mais sa présidente, Adena Friedman, a indiqué jeudi à la chaîne de télévision financière CNBC qu'aucune décision définitive allant dans ce sens n'avait encore été prise.

"Nous n'avons encore rien annoncé", a-t-elle rappelé. "Je dirai seulement que nous avons un dialogue actif avec de nombreux clients et des partenaires sur ce qu'il sera possible de faire dans la durée", a-t-elle indiqué.

(avec AFP et Reuters)

Banques : un compromis de Bâle sur les règles post-crise financière .
Le comité de Bâle, qui décide les règles mondiales de solvabilité des banques, harmonise et renforce les exigences de fonds propres mais pas de façon aussi drastique que le craignaient les banques européennes, en particulier françaises. Le plancher de capitaux est fixé à 72,5% et une longue période de transition est prévue. Le gouverneur de la Banque de France juge l'accord "juste et raisonnable."Les discussions auront duré près de deux ans et patinaient depuis près d'un an : les banques centrales et autorités financières d'une trentaine de pays, qui se réunissent au sein du comité de Bâle pour revoir les principaux standards de régulation prudentielle des banques, ont enfin abouti à un accord, annoncé ce jeud

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/finance/entreprise/-71377-bitcoin-les-banques-centrales-mettent-en-garde-contre-le-cote-speculatif/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!