Entreprise Banques : chacun cherche son chatbot

09:20  06 décembre  2017
09:20  06 décembre  2017 Source:   La Tribune

Données bancaires : Bruxelles recadre l’accès des Fintech

  Données bancaires : Bruxelles recadre l’accès des Fintech La Commission européenne a entendu les critiques de l’Autorité bancaire européenne et des grandes banques de la place qui voulaient interdire pour des questions de sécurité le recours au « web scraping » pour aspirer les données des clients. Les startups du paiement et de l’agrégation de comptes ne pourront plus le faire en septembre 2019. Le compromis trouvé par la Commission européenne dans le bras de fer opposant le secteur bancaire aux nouveaux entrants de la Fintech sur l'accès aux données penche plutôt en faveur des banques.

ERREUR. Cherche secretaire commerce.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse. l'Espace Datapresse - LA BANQUE POPULAIRE ATLANTIQUE

Pionnières dans l’utilisation des algorithmes, des salles de marchés à la détection de la fraude, les banques se mettent à une autre forme d’intelligence artificielle, sous la forme d’assistants virtuels, en interne, pour automatiser les tâches des conseillers et des services supports, ou carrément au contact avec le client. Avec plus ou moins de bonheur.

« C'est qui le patron ? Comment ça, tu ne comprends pas la question ? Ça commence bien ! » s'exclame Stéphane Richard, le PDG d'Orange, en pianotant sur son smartphone. Dans cette vidéo diffusée le jour du lancement d'Orange Bank, le patron de l'opérateur télécoms devenu banquier fait mine de tester Djingo, le conseiller virtuel de sa banque mobile, « disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ».

Le casse-tête des banques face à l'argent du livret A

  Le casse-tête des banques face à l'argent du livret A Un amendement au projet de loi de finances pour 2018 met les banques français dans l'embarras. Elles ne pourront plus confier à la Caisse des Dépôts l'intégralité des avoirs présents sur les livrets A de leurs clients. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que cette arrivée d'argent n'est pas vue d'un bon œilQui va payer les pots cassés ? Une mesure bien cachée du budget 2018, dénichée par le journal Les Échos, pourrait bien changer la donne quant à la charge de l'argent du livret A.

6. Cette émission nous explique pourquoi Dieu cherche à établir une relation

Cette annonce a été supprimée par son auteur.

Derrière ce chatbot intégré à l'application d'Orange Bank, il y a Watson d'IBM, la star de l'intelligence artificielle, que les grandes banques s'arrachent. Pour Stéphane Richard, « l'avenir, c'est l'IA. Je ne sais pas ce qu'il restera du conseiller bancaire dans dix ou vingt ans », avait-il lancé en avril dernier. Orange Bank doit devenir « la première banque apprenante » grâce à cette technologie.

Ce Djingo fait un peu le malin. À la question « Tu connais Siri ? » le chatbot répond : « Nous étions à la cantine ensemble. Lui adorait les pommes et moi les oranges. » Une plaisanterie préprogrammée, bien sûr. Mais si on lui demande « Je souhaite ouvrir un contrat d'assurance vie. Peux-tu m'aider ? », Djingo reste interdit : « Je n'ai pas toutes les réponses, je suis toujours en train d'apprendre. Je ne comprends que les questions qui portent sur le domaine bancaire. » Des internautes se plaignent qu'il « ne comprend pas grand-chose ».

Australie : quatre grandes banques visées par une enquête nationale

  Australie : quatre grandes banques visées par une enquête nationale L'Australie a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête nationale indépendante sur le secteur de la finance après une série de scandales dans les grandes banques du pays, parmi les plus riches du monde. Coup de tonnerre pour le monde de la finance australienne. Les quatre grandes banques australiennes, qui réalisent régulièrement des milliards de dollars de bénéfices, sont dans la ligne de mire des pouvoirs publics à la suite d'une série d'affaires de fraude présumée aux assurances-vie ou aux prêts immobiliers. Elles sont soupçonnées d'avoir prodigué des conseils douteux à leurs clients.

Cette annonce a été supprimée par son auteur.

Chacun cherche son chacha. Prérequis : Niveau recommandé : 100-200. Le Major vous apprend avoir perdu son fidèle compagnon Chester en Ecaflipus. Il est désormais à la recherche de son précieux chacha, il vous faudra donc l'aider à retrouver ce dernier.

À Orange, on souligne qu'il apprend :

« Plus vous lui parlez, plus il apprend à vous connaître et plus ses réponses et actions sont pertinentes. »

D'ici à la fin de l'année, le chatbot saura même « effectuer des tâches à la demande des clients, comme faire des virements ou épargner ».

Le programme d'IBM a aussi été adopté au Crédit Mutuel, pas pour remplacer le conseiller mais dans son back-office, et par Royal Bank of Scotland, Citigroup, ING. Deutsche Bank a annoncé en octobre qu'il avait « embauché Watson pour développer un modèle de conseil cognitif qui aide les clients, les conseillers et les employés de la banque dans les processus internes ou externes ».

Pionnières dans l'utilisation des algorithmes, des salles de marchés à la détection de la fraude, et dans la robotisation des processus, les banques semblent toutes désormais à la recherche de leur chatbot.

© Fournis par La Tribune "Parlez-moi de l'assurance-vie et de la retraite !" vous propose Nova, le nouveau chatbot de la première banque scandinave Nordea, pour l'instant testée au service client de sa branche d'assurance vie et retraite en Norvège.

L'emploi, sujet tabou

PayPal et Amazon jugés presque aussi fiables que les banques

  PayPal et Amazon jugés presque aussi fiables que les banques Les consommateurs sont prêts à essayer un service financier d'une entreprise établie du numérique plutôt que chez une Fintech, selon une enquête mondiale du cabinet Bain & Co. Les Français sont les plus réticents, sauf chez les Millenials. D'Apple Pay au virement intégré à Facebook Messenger, de la carte de paiement Amazon à Android Pay, les géants du Web américains multiplient les tentatives d'incursion dans les services financiers, sans connaître à ce stade le succès des champions chinois du paiement mobile venus de l'e-commerce (Alipay d'Alibaba) ou de la messagerie instantanée (WeChat de Tencent).

Chercher . Top livres. Examens corrigés. Cherche dans les champs suivants

Alors, essentiel, ce cher Watson ?

« Watson, c'est beaucoup de com' et de marketing. C'est très cher pour une IA qu'il faut énormément entraîner », relativise un expert d'une grande banque française.

« Il n'y a pas que Watson qui fait de l'intelligence artificielle, il existe d'autres solutions, de startups ou d'éditeurs de logiciels, moins chères et plus pertinentes pour nos métiers », considère un dirigeant d'une autre banque de la place.

L'investissement n'est en effet pas négligeable : le Crédit Mutuel nous précise qu'il s'élève pour le groupe à 40 millions d'euros sur cinq ans, soit 8 millions par an. Watson a débarqué en avril dans le quotidien de 20.000 chargés de clientèle de 5.000 caisses de la banque mutualiste, l'air de rien, dans leur boîte mail. L'outil les aide à traiter les plus de 350.000 courriels reçus chaque jour, soit près de 90 millions par an, et leur propose des modèles de réponse.

Nicolas Théry, le président de la confédération du Crédit Mutuel, l'avait présenté comme « un stagiaire motivé et utile » ou « un excellent documentaliste ». Six mois après, « pour l'analyseur d'emails, le taux de satisfaction mesuré en continu par les retours des utilisateurs est supérieur à 80 % », nous indique une porte-parole. Des assistants virtuels tournant sous Watson sont prêts à fournir des réponses rapides aux conseillers sur des produits d'assurance ou d'épargne.

Crédits immobiliers: les taux bas ne compenseront plus toujours la hausse des prix en 2018

  Crédits immobiliers: les taux bas ne compenseront plus toujours la hausse des prix en 2018 Quasi stables depuis avril, les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques en France ne devraient remonter que lentement en 2018, mais ne compenseront plus partout la hausse des prix, estiment les professionnels. En novembre, les taux des prêts du secteur concurrentiel, toutes durées confondues, se sont établis à 1,54% contre 1,55% en moyenne en octobre, a annoncé mardi l'observatoire Crédit Logement/CSA. "Depuis En novembre, les taux des prêts du secteur concurrentiel, toutes durées confondues, se sont établis à 1,54% contre 1,55% en moyenne en octobre, a annoncé mardi l'observatoire Crédit Logement/CSA.

Vidéo spreadthesign.com Voir le signe dans son contexte original.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

« Si les collaborateurs interrogés recommandent à plus de 90 % l'utilisation des assistants virtuels à leurs collègues, le référentiel documentaire interne reste encore trop souvent utilisé », admet la porte-parole : la banque va intégrer les assistants dans la barre de recherche du référentiel pour en accélérer l'usage.

Et d'autres chatbots vont arriver dans les mois à venir (assurance santé en décembre, prévoyance en février, crédit à la consommation en mai). Mais, pour l'instant, pas question de les mettre face au client.

« La première vague de technologies d'intelligence artificielle est déjà passée dans les banques : il s'agit d'IA basée sur des règles (du type « si/ alors ») qui augmente la productivité des processus internes dans des domaines tels que la conformité. La seconde vague d'IA est en train d'être déployée : des chatbots dans les services clients, s'occupant de demandes de routine. Toutes les principales banques nordiques en ont désormais », notent les analystes de Nordea dans une étude de septembre sur « la disruption de l'IA et du digital » dans la banque.

« Jusqu'ici, les banques disent que l'IA libère du temps pour que les équipes se consacrent à des tâches plus complexes et à valeur ajoutée. Nous pensons qu'avec le temps, l'IA va en fait commencer à remplacer beaucoup d'emplois humains dans la banque », estiment-ils.

Climat : les banques françaises en tête en Europe

  Climat : les banques françaises en tête en Europe BNP Paribas arrive en tête du classement de l’ONG ShareAction qui promeut l’investissement responsable, suivie d’UBS et HSBC. Deux autres françaises, Crédit Agricole et Société Générale, se hissent dans les premières banques européennes en matière de reporting et de gestion des risques climat. Cette distribution de bons points tombent à point nommé à la veille du Climate Finance Day organisé à Paris lundi prochain. Les banques françaises sont les bons élèves de la classe quand il s'agit d'engagements dans la lutte contre le changement climatique.

Chacun cherche son train. Un film documentaire de. Fabienne issartel.

Cette question de l'emploi reste taboue, souvent balayée par des objections sur la « valorisation des compétences humaines ».

Pas très mature

Très peu de banques ont encore sauté le pas du chatbot en interface client : l'espagnole Santander pour sa clientèle britannique, les américaines Capital One (sur l'Amazon Echo) et USAA. Au salon Money2020 à l'automne 2016, Bank of America avait dévoilé un impressionnant prototype d'assistant virtuel, Erica, vrai coach financier vocal donnant des conseils de gestion du budget ou d'épargne.

Un an après, la banque a réuni une équipe de 100 personnes autour du projet et recrute encore des développeurs pour peaufiner le produit, actuellement en phase de test bêta, mais elle n'a pas communiqué de date de lancement. Les banques françaises se montrent très prudentes. La Société Générale s'est associée avec le chatbot Jam « pour mieux comprendre les millenials », « en mode conseil » sur les questions d'argent, mais n'a pas l'intention de lancer de chatbot en SAV bancaire.

Une des toutes premières à se lancer fut la suédoise Swedbank, dès 2014, avec Nina, développée par le spécialiste américain de la reconnaissance vocale Nuance (qui était derrière le Siri de l'iPhone des débuts). Nina est un robot cognitif conversationnel sans avatar qui traite 2 millions de requêtes clients par an, près d'un quart du volume total, avec un taux de réussite de 81%. Mais à chaque échec, il faut mettre à jour sa base de données.

« L'intelligence artificielle ne fonctionne pas sans données annotées par l'expertise de l'humain. Ce qui marche en IA, c'est l'apprentissage supervisé, on donne la question et la réponse. Les machines sont bonnes pour des tâches simples et très répétitives, et sont fondamentalement primaires. L'IA c'est comme Google, ça permet de faire plus de choses plus vite », relève Édouard d'Archimbaud, qui dirige le Lab Data Science et IA de BNP Paribas CIB, créé il y a un an et demi.

Banques : un compromis de Bâle sur les règles post-crise financière

  Banques : un compromis de Bâle sur les règles post-crise financière Le comité de Bâle, qui décide les règles mondiales de solvabilité des banques, harmonise et renforce les exigences de fonds propres mais pas de façon aussi drastique que le craignaient les banques européennes, en particulier françaises. Le plancher de capitaux est fixé à 72,5% et une longue période de transition est prévue. Le gouverneur de la Banque de France juge l'accord "juste et raisonnable."Les discussions auront duré près de deux ans et patinaient depuis près d'un an : les banques centrales et autorités financières d'une trentaine de pays, qui se réunissent au sein du comité de Bâle pour revoir les principaux standards de régulation prudentielle des banques, ont enfin abouti à un accord, annoncé ce jeud

Catégories : Afrique Amérique Asie Europe Moyen-Orient Océanie Régions polaires. Afrique > Libye. You need Flash player 9+ and JavaScript enabled to view this video.

Services aux entreprises. Banque Laurentienne.

À la Skandinaviska Enskilda Banken (SEB), l'assistante virtuelle Aida, s'appuyant sur la technologie de l'américain IPsoft, a d'abord été testée en 2016 en anglais et en interne, à l'assistance informatique en ligne, puis au service des clients sur la page d'accueil du site Web. Le problème de la langue est alors apparu.

« Aida n'est pas encore très bonne. C'est un logiciel américain, il faut qu'elle apprenne le suédois, y compris le suédois professionnel, le mauvais suédois, les erreurs de prononciation, etc. C'est plus dur que prévu », nous confiait cet été un porte-parole.

La première banque scandinave, Nordea ne s'y est mise qu'en juin dernier avec Nova, un chatbot doté d'un avatar, développé avec une startup norvégienne, Boost.AI, capable de parler quatre langues nordiques. Testée pour l'instant au service client de sa branche d'assurance vie et retraite en Norvège, Nova a traité plus de 5.000 requêtes.

« Le chatbot est un très bon exemple pour montrer que l'IA n'est pas très mature et peut être très décevante », explique Édouard d'Archimbaud.

Ce diplômé de Polytechnique et de l'ENS Cachan en machine learning détaille :

« Il faut construire des Foires aux questions (FAQ) très détaillées pour que cela marche. Un moteur de recherche sera plus efficace et plus pertinent à ce stade. Aussi notre approche est-elle de limiter l'IA à des usages internes et à des sujets très précis. »

Le Lab IA de BNP, qui emploie quinze personnes, a développé un moteur de traduction pour l'analyse de contrats et un chatbot traduisant la voix en texte pour désengorger le service d'assistance informatique des métiers de banque de financement et d'investissement.

Finance verte : les banques réclament une carotte réglementaire .
Alors que les autorités de régulation envisagent des tests de résistance climatique pour les banques, le secteur plaide pour un « bonus prudentiel » qui bénéficierait aux établissements investissant le plus dans la transition écologique, le "green supporting factor".LA TRIBUNE - Pourquoi demandez-vous un « traitement prudentiel adapté » en fonction des financements et investissements verts ?

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!