France Migrants à Paris : «Le ramadan, ça nous rappelle un peu la maison»

15:55  17 mai  2018
15:55  17 mai  2018 Source:   liberation.fr

Deux migrants meurent noyés en moins de 48 heures à Paris

  Deux migrants meurent noyés en moins de 48 heures à Paris Les deux accidents ont eu lieu dans le nord de Paris, aux abords de camps de migrants, rapporte France Bleu Paris mardi. "Le pire est arrivé" pour l'association France terre d'asile, qui demande aux autorités de prendre leurs responsabilités. © Fournis par Francetv info Deux noyades ont eu lieu en deux jours au nord de Paris, aux abords de camps de migrants, rapporte France Bleu Paris le 8 mai. Le premier corps a été découvert dimanche 6 mai dans le canal Saint-Denis à Aubervilliers tout près du camp de migrants du Millénaire.

Photo Christophe Archambault. AFP. Dans un no man's land urbain situé entre Paris et Aubervilliers, plus de 2 000 migrants survivent dans une précarité extrême. En dépit de leurs difficultés, ils s'apprêtent à respecter le mois du jeûne. Migrants à Paris : « Le ramadan

Dans un no man's land urbain situé entre Paris et Aubervilliers, plus de 2 000 migrants survivent dans une précarité extrême. En dépit de leurs difficultés, ils s'apprêtent à respecter le mois du jeûne.

Dans un no man's land urbain situé entre Paris et Aubervilliers, plus de 2 000 migrants survivent dans une précarité extrême. En dépit de leurs difficultés, ils s'apprêtent à respecter le mois du jeûne.

Des tentes de migrants le long du canal Saint-Denis, le 29 mars à Paris. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT Des tentes de migrants le long du canal Saint-Denis, le 29 mars à Paris.

Ils sont plus de 2 000, massés dans des tentes de fortune, sur toute la longueur du canal Saint-Denis, en bordure du périphérique parisien. Assis côte à côte sur les restes d’un canapé, Jamil et Ahmed, 22 et 25 ans, se réchauffent les mains au-dessus d’un feu allumé dans un bidon de métal.

«Je suis arrivé du Soudan il y a neuf mois», explique Ahmed dans un anglais approximatif. «Jamil vient d’Egypte. Il ne parle que l’arabe. On partage cette tente depuis trois mois…» Avec le début du ramadan mercredi soir, les deux jeunes de confession musulmane se préparent à des jours difficiles. «Ça va être très dur, on le sait.» Pas le droit de manger ni de boire ou de fumer de l’aube au coucher du soleil, pendant un mois. Pour la rupture du jeûne, «on a très peu à manger et la nourriture qu’on nous donne n’est pas toujours de très bonne qualité. Mais le ramadan est trop important pour nous. Et puis ça nous rappelle un peu la maison…»

INFO JDD - Tariq Ramadan : la brigade criminelle saisie, l'enquête s'élargit à d'autres pays

  INFO JDD - Tariq Ramadan : la brigade criminelle saisie, l'enquête s'élargit à d'autres pays Jusque-là confié au 2ème District de police judiciaire, le dossier Tariq Ramadan, accusé de viol par trois femmes en France, vient d’être confié à la Brigade criminelle. Trois commissions rogatoires ont été délivrées en Suisse, en Belgique et en Grande-Bretagne. © Sipa Jusque-là confié au 2ème District de police judiciaire, le dossier Tariq Ramadan, accusé de viol par trois femmes en France, vient d’être confié à la Brigade criminelle. Trois commissions rogatoires ont été délivrées en Suisse, en B C’était une demande de la défense du théologien Tariq Ramadan.

Tiziana Bonzon, responsable migration de la Croix-Rouge : - elhadjidanielso.seneweb.com. Depeche - Migrants à Paris : Gourault conteste les - France 24 - www.france24.com. Violences à Gaza : l'Afrique du Sud rappelle son ambassadeur en Israël.

Ils sont plus de 2 000 migrants , massés dans des tentes de fortune, sur toute la longueur du canal Saint-Denis, en bordure du périphérique parisien.

Pour Youssef, arrivé du Niger par l’Italie en 2016, la période s’annonce moins compliquée : «On se relaye avec des amis à la Porte de la Chapelle [à 1,5 km de leur camp, ndlr] et on met en commun tous les aliments emballés qu’on nous distribue là-bas. Ça nous permet de faire des réserves.» Grâce à cette méthode, il a réussi à accumuler suffisamment de vivres pour les ruptures de jeûnes de la semaine qui arrive. Mais il admet que sans les rations supplémentaires apportées par des bénévoles dans leur camp, ils ne pourraient «pas tenir aussi longtemps».

Epreuve

Depuis plusieurs semaines, seules deux personnes continuent à y venir pour distribuer des repas, sur leurs propres deniers. Caroline (1) en fait partie. Elle arrive sur le canal chaque après-midi, depuis plus de deux mois, avec son chariot rose chargé de tartes aux fruits, de cakes et de thermos de «café à la soudanaise [avec des épices]». «Il y a de plus en plus de monde ici», rapporte la quadragénaire dans un regard circulaire. «Chaque jour je vois de nouvelles têtes…» Il y a beaucoup de monde et peu à manger. «Evidemment, ça crée des conflits.» Cinq jours auparavant, des bénévoles ont été témoins d’une agression à l’arme blanche, qui a fait trois blessés parmi les migrants. Depuis, la majorité des associations refusent de venir. «Il y a bien quelques restaurants[du quartier] qui les servent gratuitement. Mais ils ne peuvent pas servir tout le monde. Et avec le ramadan ils doivent manger le soir à coup sûr.» Sans cela, ils restent deux jours sans manger.

On connaît la date du début du ramadan

  On connaît la date du début du ramadan Les Musulmans connaissent désormais à partir de quand ils vont devoir respecter le jeûne pendant le ramadan qui dure un mois. Les membres du conseil français du culte musulman ainsi que l'union des organisations islamiques de France scrutaient le ciel depuis plusieurs jours afin de savoir quand allait commencer le ramadan. Selon la tradition, ils attendaient d'observer la lune qui n'était pas visible ce mardi. Désormais, les musulmans connaissent le jour où va commencer le ramadan, rite de la religion musulmane, une période de jeûne d'un mois. Il va donc débuter le jeudi 17 mai en France comme en Arabie Saoudite.

Les migrants à Paris : de la porte de la Chapelle à Bray-sur-Seine - Продолжительность: 14:54 France 3 Paris Ile-de-France 66 341 просмотр. Aide aux migrants : que dit la loi ?

Que se passe-t-il après les évacuations de migrants ? Certains sont parfois remis en liberté dans la ville et pour eux, l’errance recommence, sans espoir de

Assis en cercle sur le sol, six Soudanais discutent en riant. L’un d’eux sort une guitare sèche et commence à jouer. Mohammed, bonnet de laine sur djellaba verte, se lève, ravi de parler à la presse. «Ici, nous sommes tous de vrais musulmans et nous ferons le ramadan jusqu’au bout», déclare-t-il, traduit par Mubarak, son voisin. La dureté des conditions de vies dans le camp, la précarité de la situation, l’incertitude de l’approvisionnement n’incitent-elles pas à s’affranchir de l’épreuve du jeûne ? «C’est dans ces moments que notre foi est mise à l’épreuve et nous nous montrerons dignes de notre Prophète», répond Mohammed.

Fils de fer barbelés

Sur la rive gauche du canal, la population est plus hétéroclite. Des jeunes femmes, pour la plupart des adolescentes érythréennes, et des enfants, se rassemblent autour de robinets publics. C’est là qu’on fait sa toilette, qu’on lave ses vêtements qu’on suspend à des fils de fer barbelés qui serpentent autour des tentes. Légèrement à l’écart du groupe, Selam, 16 ans, fera également le ramadan. Rassurée par la présence des membres de l’association France terre d’asile, elle accepte d’ouvrir sa tente.

Dans un espace minuscule où se serrent deux duvets en lambeaux, on retrouve dans un coin quelques paquets de gâteaux entrouverts, des chips et deux bouteilles d’eau. En arabe, elle explique qu’elle «a réussi à récupérer tout ça aux Restos du cœur de la Villette et de la Gare de l’Est.» Au sujet de la rupture du jeûne, Selam confesse que ses rations, trop maigres, suffiront à peine à tenir jusqu’au lendemain soir. Mais elle espère que «les associations viendront désormais le soir avec plus de nourriture», pour éviter que la situation ne devienne encore plus difficile, notamment pour les adolescents.

(1) Le prénom a été modifié

Etats-Unis : des prisonniers musulmans ont été nourris avec du porc durant le ramadan .
L'association pour les relations américano-islamiques a déposé plainte à l'encontre des responsables de l'administration pénitentiaire locale. © Fournis par Francetv info L'association pour les relations américano-islamiques (CAIR), qui a révélé l'affaire, a dénoncé des "punitions cruelles". Des prisonniers musulmans incarcérés à Anchorage (Alaska) affirment avoir été nourris avec du porc en plein ramadan, rapporte la presse locale.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/france/-104265-migrants-a-paris-le-ramadan-ca-nous-rappelle-un-peu-la-maison/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!