The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

France Huit Français sur dix favorables au cannabis thérapeutique

16:55  11 juin  2018
16:55  11 juin  2018 Source:   lemonde.fr

Les Français favorables à la baisse de la dépense publique-sondage

  Les Français favorables à la baisse de la dépense publique-sondage Les Français sont favorables à la baisse de la dépense publique si elle ne concerne pas les aides sociales, selon le baromètre Odoxa du mois de juin pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances publié jeudi. Plus de sept Français sur dix (71%) sont favorables à la baisse drastique de la dépense publique voulue par Emmanuel Macron - 100 milliards au cours du quinquennat.Les personnes interrogées sont pourtant majoritairement contre la plupart des pistes de réduction de la dépense envisagées dans le détail, sauf celles concernant les fonctionnaires.

Frédéric Bergé sur 01net, le 06 septembre 2013. Selon le baromètre Paris Dauphine, 8 Français sur 10 estiment que les tablettes seraient utiles aux élèves, surtout au collège pour 42 % des personnes sondées.

Les jeunes moins emballés. Ces résultats font écho à un autre sondage, publié la semaine dernière, dans lequel huit Français sur dix se disaient favorables à un nouveau service national, mais pas forcément militaire.

Une étude de Terra Nova montre l’intérêt pour l’usage médical du chanvre. La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a reconnu un « retard » de la France sur le sujet.

  Huit Français sur dix favorables au cannabis thérapeutique © LUDOVIC MARIN / AFP

Pour ou contre ? Le sujet est complexe, mais les Français sont unanimes : selon une étude IFOP pour Terra Nova et Echo citoyen publiée lundi 11 juin, ils sont 82 % à se déclarer favorables à l’autorisation du cannabis à usage médical encadré (sur ordonnance), contre une courte majorité (51 %) en faveur d’une régulation du cannabis récréatif. Ils sont aussi 73 % à estimer que l’Etat devrait financer la recherche sur ses usages thérapeutiques.

Canada: le Sénat vote la loi sur la légalisation du cannabis

  Canada: le Sénat vote la loi sur la légalisation du cannabis Les sénateurs canadiens ont adopté jeudi la loi sur la légalisation du cannabis à des fins récréatives, avec 52 voix pour, 30 contre et une abstention. Le texte de loi, qui a été amendé par les sénateurs, va revenir pour un nouvel examen à la chambre des députés, dominée par les libéraux du Premier ministre Justin Trudeau.Juste après le vote jeudi soir, la ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould s'est félicitée de l'adoption par les sénateurs au terme d'une longue bataille de procédure.

Huit Français sur dix sont favorables à l'euthanasie dans certaines circonstances, et presque 80% sont pour l'euthanasie, 52% sont pour la légalisation du cannabis et rien ne change. Et ceux qui choisiront l'acharnement thérapeutique devront en assumer le coût. Le 22/11/2016 à 09:15.

Huit Français sur dix sont favorables à l'euthanasie dans certaines circonstances, et presque autant se prononcent en faveur du suicide assisté […] #ParlonsFinDeVie « Il y a une forme d’acharnement thérapeutique dans les Ehpad » Suivez-nous sur tous nos réseaux.

Hasard du calendrier, la question a été posée du 15 au 18 mai à un échantillon représentatif de 2 005 personnes de 18 ans et plus, soit quelques jours avant que la ministre de la santé, Agnès Buzyn, ne tienne des propos très remarqués sur France Inter : « C’est peut-être un retard que la France a pris quant à la recherche et au développement du cannabis médical », a indiqué l’ancienne présidente de l’Institut national du cancer. Elle a demandé aux institutions qui évaluent les médicaments de lui faire remonter l’état des connaissances, « parce qu’il n’y a aucune raison d’exclure, sous prétexte que c’est du cannabis, une molécule qui peut être intéressante pour le traitement de certaines douleurs très invalidantes ».

Le cannabis médical « pourrait » donc arriver en France. En Europe, dix-sept pays ont ou sont en train de l’autoriser. La position française est pour l’heure difficile à suivre. En 2013, au même poste, Marisol Touraine avait fait un premier pas en autorisant la commercialisation de médicaments à base de cannabis. En 2014, une autorisation de mise sur le marché avait été accordée au Sativex, destiné à soulager les malades atteints de sclérose en plaques.

Cannabis : les premières boutiques ont ouvert

  Cannabis : les premières boutiques ont ouvert Des liquides pour cigarettes électroniques, des bonbons à base de chanvre, des fleurs séchées, ou même de la résine de cannabis Pour acheter ces produits, rien de plus simple. Il suffit désormais de pousser la porte de ces nouvelles boutiques spécialisées. À Béthune (Pas-de-Calais), l'une d'elles vient tout juste d'ouvrir, et les clients à la recherche de ces produits apaisants s'y bousculent. Pas une drogue Si ces produits sont en vente libre, c'est parce que leurs effets sont très différents de ceux du cannabis vendu clandestinement. Ce dernier est une drogue, car il contient du THC, une substance qui modifie l'état de conscience. Dans ces produits en revanche, presque pas de THC, mais une autre substance, du CBD, une molécule vendue à Béthune comme un relaxant naturel. "Le CBD n'est absolument pas un stupéfiant et il a très peu ou pas d'effets psychoactifs donc le CBD est tout sauf une drogue", explique à France 2 Dr William Lowenstein, addictologue, tout en mettant en garde sur la nécessité de mieux contrôler la composition de ces produits. La justice commence tout juste à s'intéresser à ce commerce en plein essor. Il y a deux jours, les gendarmes ont saisi pour vérification tout le stock d'un buraliste.

Un reportage de 2014 de la chaîne i24 News sur la recherche médicale sur la Cannabis Thérapeutique en Israël, où le nombre de patients traités au Cannabis est passé en 10 ans de 200 à 14000.

Parmi ses signataires, Aurélien Bernard, l’un des organisateurs de cette marche qui revient ce samedi pour une dix -septième édition. Pour lui, l’accès pour les malades au cannabis thérapeutique est le combat principal de cette nouvelle édition.

Quatre ans plus tard, ce spray contenant du tétrahydrocannabinol (THC, psychoactif) et du cannabidiol (CBD) n’est toujours pas commercialisé, en raison d’un désaccord sur son prix – et d’un manque de volonté politique, disent certains. Le laboratoire espagnol Almirall en demande 240 euros par boîte mais le Comité économique des produits de santé, qui négocie le prix, souhaite plafonner les ventes pour éviter l’envol des dépenses pour la « Sécu ». « Avec l’enveloppe qui nous est proposée, nous serions payé pour les 350 premiers patients, et nous financerions chaque patient supplémentaire », s’agace Christophe Vandeputte, directeur d’Almirall en France, qui estime la population cible à 2 000 malades.

Résultat, les patients peuvent juste aller l’acheter à l’étranger. D’autres médicaments, le Marinol (contre les vomissements en chimiothérapie) et l’Epidiolex (épilepsie), disposent d’une autorisation temporaire d’utilisation, qui s’obtient difficilement – seule une centaine de malades l’ont. D’autres Français, atteints de pathologies plus ou moins lourdes, vont se fournir en Suisse ou ailleurs en herbe moins dosée en THC, ou achètent du cannabis classique, au risque de poursuites.

Les trois quarts des Français favorables à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, selon un sondage

  Les trois quarts des Français favorables à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, selon un sondage Un Français sur deux est également partisan de l'autorisation de la GPA, d'après une enquête Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, que franceinfo vous rélève. © Fournis par Francetv info Les trois quarts des Français (75%) sont favorables à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Et un Français sur deux est partisan de l'autorisation de la gestation pour autrui (GPA). Voici les deux principaux enseignements d'un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, que franceinfo vous rélève mercredi 13 juin.

La chemise coûte ( dix ) euros. Exact. Inexact. dix - huit euros. 19. dix -neuf ans.

Plus de quatre Français sur dix (43%) sont favorables à la dépénalisation du cannabis en France, selon un sondage Ifop pour Atlantico. En 2017, la moitié des moins de 35 ans est favorable à la dépénalisation du cannabis .

« On attend des actes »

En avril, le député (LRM) Olivier Véran a organisé des auditions à l’Assemblée nationale. Selon lui, « ce qui manque,c’est une étude à grande échelle sur l’usage non spécifique à une maladie ». Ce neurologue est favorable à l’autorisation d’un « accès compassionnel ». Les associations voient donc des signes, mais pas bien plus. « Mme Buzyn ne fait que répéter ce qu’avait dit Marisol Touraine », estime Fabienne Lopez, présidente de Principes actifs, qui s’inquiète de l’emploi par la ministre du terme « molécule » – le développement de médicaments prend du temps –, mais aussi de l’essor des produits au CBD, « qui brouille nos messages » – l’usage à visée thérapeutique nécessite aussi du THC.

Sollicité depuis fin mai par Le Monde, le ministère n’a apporté aucun éclaircissement quant aux déclarations de Mme Buzyn. « Nous avons salué cette déclaration, mais on attend des actes », lâche Bertrand Rambaud, pour l’Union francophone pour les cannabinoïdes en médecine. « Il faut un statut d’usager thérapeutique », a-t-il réclamé en introduction d’un colloque organisé par son association, le 1er juin, à Paris. Dans un amphi rempli à craquer, il y avait là 250 patients, associatifs, médecins… et même des entrepreneurs, tel ce jeune « start-upeur » qui vientde revendre ses parts dans une société d’impression 3D et veut investir dans l’« or vert », mais « plutôt à l’étranger puisque nous ne pouvons pas en France ».

D’aucuns se mettent aujourd’hui à espérer que le quinquennat Macron, après avoir durci la répression en instaurant des amendes pour détention de cannabis, se laisse séduire par ses vertus thérapeutiques (et ses débouchés économiques).

Canada: les députés votent la légalisation du cannabis .
Les députés canadiens ont adopté lundi le projet de loi pour légaliser le cannabis, ce qui ferait du Canada le premier pays du G7 à autoriser la consommation libre de cette drogue douce. Le texte législatif a été adopté à 205 voix contre 82 et a été renvoyé au Sénat, qui l'avait amendé. En vertu de la constitution, le Sénat peut retarder l'adoption d'un projet de loi mais pas la bloquer.Une fois cette réforme adoptée par la chambre haute, elle devra recevoir la sanction royale (signature du décret d'application). Une légalisation effective est attendue début septembre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!