France En 2010, Macron a refusé de rejoindre Fillon à Matignon

15:50  06 janvier  2017
15:50  06 janvier  2017 Source:   BFMTV

Présidentielle 2017. Macron revendique (déjà) 400 parrainages

  Présidentielle 2017. Macron revendique (déjà) 400 parrainages Ça ne marche plus pour Macron, ça trotte. Le candidat à la présidence de la République a déjà obtenu 400 parrainages, selon son lieutenant Richard Ferrand. « Sur la question des parrainages, nous sommes vigilants mais pas inquiets : à l'heure où nous parlons, près de 400 signatures ont été réunies », a affirmé sur RTL le député PS du Finistère et secrétaire général d'En Marche. Restent donc deux mois et demi pour en obtenir une centaine de plus, avant la date officielle des dépôts, le 17 mars prochain. Selon Ferrand, le mouvement bénéficie aussi de l'adhésion de près de 127 000 personnes. Début novembre c'était 91 500.

Montebourg : « Aubry a refusé de lire les preuves sur Guérini » Par Julien

Mais le footballeur, interrogé par des paparazzi, a refusé de s'expliquer sur la

  En 2010, Macron a refusé de rejoindre Fillon à Matignon © Fournis par BFMNews

Pour la première fois vendredi, un sondage place une hypothèse où Emmanuel Macron atteint le second tour de la présidentielle. Et face à lui, l'adversaire que semble lui dessiner les sondages serait François Fillon, le candidat LR.

Les deux hommes se connaissent déjà. A tel point raconte L'Obs daté du 5 janvier, que François Fillon aurait proposé à Emmanuel Macron de le rejoindre en 2010.

Refus de briguer la mairie du Touquet sous la bannière UMP

Après le lycée Henri-IV, Sciences-Po, l'ENA, le jeune Emmanuel Macron se tourne vers l'Inspection des Finances puis vers la banque Rothschild, raconte l'hebdomadaire. Là, porté par les commerçants du Touquet, le jeune loup refuse de briguer la mairie pour les municipales de 2008.

Pour 53% des Français, Fillon mène une mauvaise campagne

  Pour 53% des Français, Fillon mène une mauvaise campagne Une majorité de Français (53%) estiment que François Fillon, candidat de la droite et du centre à la présidentielle, mène "une mauvaise campagne" depuis son investiture, mais 46% pensent le contraire, selon un sondage Elabe pour BFM TV diffusé mercredi. © REUTERS/Philippe Wojazer FILLON MÈNE UNE MAUVAISE CAMPAGNE SELON UNE MAJORITÉ DE FRANÇAIS Pour huit Français sur dix (81%), son programme doit être adapté alors que seules 17% des personnes interrogées souhaitent qu'il maintienne le programme défendu pour la primaire.Les sympathisants de droite sont 63% à saluer sa campagne, contre 36% qui la jugent mauvaise.

Les+lus. Le meilleur du web. Les partis pris. En images. Extra. Au hasard. Les blogs. MOOC Rue89. puis refusé de le diffuser au grand public.

Les+lus. Le meilleur du web. Les partis pris. En images. Extra. Au hasard. Les blogs. MOOC Rue89. Au fait, il faisait quoi chez Rothschild, Emmanuel Macron ?

"Nous lui avons demandé de prendre sa carte à l'UMP, ce qui était la condition pour être élu. Il avait dit non", raconte le conseiller municipal Jacques Coyot à L'Obs.

Il ne se reconnaît pas dans la politique de Sarkozy

Trois ans plus tard, c'est à François Fillon qu'Emmanuel Macron dit non. Le Premier ministre de l'époque, souhaite qu'il devienne son nouveau directeur de cabinet adjoint.

C'est Antoine Gosset-Grainville qui soumet son nom, après son départ pour la Caisse des dépôts. Le banquier refuse alors cette proposition et explique qu'il ne se reconnaît aucunement dans la politique de Nicolas Sarkozy, racontait Le Point en 2014.

Un refus de se rallier à la droite, que L'Obs explique par l'héritage de sa grande-mère, avec qui il avait des liens très fort, et qui était profondément de gauche.

Les parlementaires socialistes tentés de rallier Emmanuel Macron angoissent le PS .
Emmanuel Macron a enregistré de nouveaux soutiens de poids jeudi en vue de l'élection présidentielle de mai prochain. Beaucoup de parlementaires socialistes sont tentés de le rejoindre, donnant quelques cauchemars au PS. © Fournis par Francetv info "Il y a une vieille génération au bord de la retraite qui essaie de casser la maison avant de se barrer." Cette saillie du député Malek Boutih, soutien de Manuel Valls à la primaire de la gauche, en dit long sur les tensions que provoquent les tentations de ralliement à Emmanuel Macron.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!