France Dix ans de prison supplémentaires pour Youssouf Fofana

15:45  11 janvier  2017
15:45  11 janvier  2017 Source:   Le Figaro

Brésil : au moins 60 morts lors d'une mutinerie dans une prison

  Brésil : au moins 60 morts lors d'une mutinerie dans une prison Un conflit entre bandes rivales est à l'origine de ce soulèvement meurtrier.La mutinerie, pendant laquelle douze surveillants ont été pris en otage, a duré dix-sept heures entre dimanche après-midi et lundi matin. Elle a été provoquée par un affrontement entre détenus appartenant à deux organisations criminelles, le groupe local FDN (Familia do Norte) et le PCC (Premier commando de la capitale), fondé à Sao Paulo.

L'ex-chef du "gang des barbares" a été condamné à trois ans de prison supplémentaires . A deux reprises déjà, l'ex-chef du "gang des barbares" a agressé des surveillants avec des armes artisanales, puis avec une brosse à dent affûtée. Des faits pour lesquels il avait été condamné à 4 ans de prison . "Prendre encore dix ans , ça ne me dérange pas", avait alors déclaré Youssouf Fofana à l'énoncé du jugement.

L’ancien chef du « gang des Barbares », Youssouf Fofana , a été condamné à trois ans de prison supplémentaires pour avoir agressé à deux reprises des surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe/Alençon, à l’issue d’une comparution immédiate sous haute surveillance.

Le chef du «gang des barbares», tortionnaire d'Ilan Halimi, a écopé d'une nouvelle peine pour des faits remontant à 2002-2005.

figarofr: Youssouf Fofana, escorté par la police, lors de son transfert d'Abidjan vers Paris, en 2006. © ISSOUF SANOGO/AFP Youssouf Fofana, escorté par la police, lors de son transfert d'Abidjan vers Paris, en 2006.

Youssouf Fofana refuse de se lever devant les juges. Il se présente comme un «trader de la terreur», puis fait des mines et prend des poses. Il scrute le plafond, laisse retomber sa tête lourdement, de sorte qu'elle rebondit deux ou trois fois sur son menton. Tord sa bouche comme s'il voulait mordre son oreille droite. Sourit on ne sait à quoi.

Il n'a que cela à faire, puisque, après avoir refusé les services d'un avocat, il a décidé d'utiliser son droit au silence devant la XVIe chambre correctionnelle de Paris. Il y est jugé pour des tentatives d'extorsion de fonds et des menaces de mort remontant aux années 2002-2005, avant qu'il ne devienne le chef du «gang des barbares», le tortionnaire en chef d'Ilan Halimi, enlevé et massacré en 2006. Pour ce crime antisémite, M. Fofana a été condamné, en 2009, à la perpétuité assortie d'une période de sûreté de vingt-deux ans.

Aux Philippines, une prison attaquée plus de 150 détenus s'évadent

  Aux Philippines, une prison attaquée plus de 150 détenus s'évadent Cette audacieuse attaque a été menée vers 1h du matin, mercredi. Une centaine d'hommes armés ont attaqué la prison de Kidapawan, aux Philippines. Au moins 158 détenus se sont évadés. Les combats ont fait rage pendant deux heures autour du centre de détention. Un gardien a péri. Cette attaque a été menée par une faction dissidente du Front Moro islamique de libération (Milf). Le plus important mouvement armé islamiste du pays, avec lequel le gouvernement a lancé des négociations de paix. © Fournis par BFMNews Une chasse à l'homme en coursOn ignore combien de prisonniers étaient liés aux combattants qui ont attaqué cette prison.

Youssouf Fofana a été condamné mercredi à trois ans de prison supplémentaires pour avoir agressé à deux reprises des gardiens de la prison de Condé-sur-Sarthe. Le 24 décembre et le 10 février, l'ancien cerveau du gang des Barbares s'en était pris à des surveillants avec une arme artisanale, notamment avec une brosse à dents aiguisée. Durant l'audience, le prévenu a répondu "je ne sais pas" à chaque question que lui posait le Juge.

Un an de prison supplémentaire pour Fofana . 21h07, le 24 octobre 2012. " Youssouf Fofana lui a sauté dessus", a décrit le président du tribunal. "Il l'a frappé violemment au visage. Le codétenu a eu une fracture du nez" et son arcade sourcillière a été ouverte, a-t-il ajouté. Le détenu agressé ne s'est pas constitué partie civile "pour ne pas donner à Youssouf Fofana plus d'importance qu'il n'en a", a-t-il ajouté.

Tentatives de racket

La présidente Prévost-Desprez décide, elle, d'utiliser son droit à lire intégralement l'ordonnance de renvoi portant sur les faits dont le tribunal est saisi. Au bout d'une heure et demie, le prévenu lève le doigt: «Je peux partir? Je vous le demande poliment.»

La présidente: «Pour aller où?»

Le prévenu: «En détention.»

La présidente aux gendarmes: «Emmenez M. Fofana.»

Il n'a, de toute façon, jamais voulu donner d'explications aux agissements pourtant avoués à deux reprises. Avant la barbarie, Youssouf Fofana s'est essayé à la crapulerie. Se faisant passer, à travers des courriers menaçants, tantôt pour un messager du Front de libération de la Palestine, tantôt pour un collecteur d'impôt révolutionnaire du groupe insulaire Armata Corsa, il avait tenté d'obtenir de plusieurs personnalités - plus de quarante - des centaines de milliers d'euros. Parmi ses cibles: Rony Brauman, cofondateur de Médecins sans frontières, Jérôme Clément, alors président de la chaîne Arte, des PDG de groupes connus, mais aussi des retraités, ou un avocat qui s'est, parmi d'autres, constitué partie civile et dont le propre avocat vante avec insistance l'immense notoriété.

Prison ferme pour un facteur qui se débarrassait du courrier

  Prison ferme pour un facteur qui se débarrassait du courrier Un facteur intérimaire qui s'était débarrassé de plusieurs kilos de courrier sur un terrain vague à Bourg-les-Valence (Drôme), fin 2015, a été condamné mardi à trois mois de prison ferme, a-t-on appris mercredi auprès du parquet de Valence. En décembre 2015, des habitants, étonnés de ne plus rien recevoir dans leurs boîtes aux lettres, avaient alerté la police qui avait découvert, sur un terrain vague, 40 kilos de courrier abandonnés, rapporte Le Dauphiné Libéré mercredi.Plainte pour violation de correspondanceLa Poste avait alors décidé de mettre à pied l'intérimaire et avait porté plainte pour violation de correspondance, selon un porte-parole.

Les+lus. Le meilleur du web. Les partis pris. En images. Extra. Au hasard. Les blogs. MOOC Rue89. Sept ans de prison pour 2 SMS

Toujours emprisonné à la prison de Condé-sur-Sarthre, le « cerveau du gang des Barbares », Youssouf Fofana , aurait promis de fêter à sa manière les dix ans de la mort d'Ilan Halimi. En 2012, Youssouf Fofana s'était filmé à l'intérieur la prison de Clairveaux. Le détenu sort d'une longue période en quartier disciplinaire, où il est resté huit mois à sa demande. Dans la prison la plus sécurisée du pays, il s'est signalé par l'agression de deux surveillants en décembre 2013 et février 2014 pour lesquels il a été condamné à quatre ans de prison supplémentaires .

M. Fofana, à l'époque, n'a pas encaissé un centime. Mais le procureur, Youssef Badr, voit poindre, dans ces velléités de racket, le profil très inquiétant de la «boule de haine obnubilée par l'argent». Pour le magistrat, dont le réquisitoire est impeccable, tout démontre que le futur chef du «gang des barbares» est derrière les tentatives de racket, même s'il est probable que des «petites mains» ont échappé aux poursuites. M. Badr rappelle que la période de sûreté infligée par les assises, en 2009, prend fin dans douze ans. À la fois pour le symbole, et pour mettre du côté de la société le plus de chances possibles que le prévenu ne sorte pas de prison, du moins pas tant qu'il est jeune et dangereux, il requiert dix années de prison supplémentaires, assorties d'une période de sûreté des deux tiers.

À l'issue d'un délibéré de 45 minutes, le tribunal l'a suivi. Il prononce la peine devant le box vide.

Nouvelles violences au Brésil dans une prison, 26 morts .
De nouveaux affrontements entre gangs rivaux de narcotrafiquants ont éclaté lundi dans une prison du nord-est du Brésil où 26 détenus ont déjà été tués ce week-end. © REUTERS/Josemar Goncalves NOUVELLES VIOLENCES AU BRÉSIL DANS UNE PRISON, 26 MORTS La guerre des gangs a fait au moins 140 morts depuis le début de l'année dans les prisons brésiliennes."Une équipe d'intervention de la police est sur place. Nos hommes entrent dans la prison pour reprendre le contrôle de la situation", a déclaré Eduardo Franco, responsable de la communication de la police de l'Etat de Rio Grande do Norte.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!