France Faits divers - Disparues de Perpignan : Jacques Rançon jugé aux assises «d'ici un an»

20:15  11 janvier  2017
20:15  11 janvier  2017 Source:   Le Parisien

Soupçonnée du meurtre de sa fille de 17 ans, une mère devant les assises de Melun

  Soupçonnée du meurtre de sa fille de 17 ans, une mère devant les assises de Melun Marie allait avoir 18 ans quand elle a été retrouvée morte dans son lit, étranglée, une dose massive de somnifères dans le sang. Sa mère comparaît à partir de mercredi devant les assises de Seine-et-Marne pour assassinat. Le 17 février 2014, prévenus par la mère de la victime, des policiers découvrent le corps sans vie de la jeune fille dans son lit, dans un appartement de Maincy, près de Melun (77). La mère brandit une taie d'oreiller qu'elle Le 17 février 2014, prévenus par la mère de la victime, des policiers découvrent le corps sans vie de la jeune fille dans son lit, dans un appartement de Maincy, près de Melun (77). La mère brandit une taie d'oreiller qu'elle explique avoir trouvée autour du cou de l'adolescente.

Par Jacques Duplessy.

Nous débutons dans cette émission l’Épître de Jacques

Le Parisien: ARCHIVES. Jacques Rançon a avoué en juin 2015 le meurtre de Marie-Hélène Gonzales, une des jeunes femmes retrouvée mutilée le 26 juin 1998 à Perpignan. © Facebook ARCHIVES. Jacques Rançon a avoué en juin 2015 le meurtre de Marie-Hélène Gonzales, une des jeunes femmes retrouvée mutilée le 26 juin 1998 à Perpignan.

Jacques Rançon, poursuivi pour deux assassinats, une tentative d'assassinat et une tentative de viol dans l'affaire dite des «disparues de la gare de Perpignan», a été renvoyé devant les assises, ont indiqué mercredi les avocats des différentes parties.

«Les juges ont signé l'ordonnance le 9 janvier», a précisé l'avocat des victimes, Me Etienne Nicolau. Selon lui, un procès pourrait avoir lieu «d'ici un an».

«L'ordonnance est conforme à ce qu'on attendait, c'est un dossier relativement simple puisque les faits ont été reconnus», a indiqué Me Xavier Capelet, avocat de Rançon. Les magistrats avaient notifié en octobre la fin de leurs investigations aux différentes parties.

Faits divers - Ariège : un appel à témoins après la disparition de Nathanaëlle, 14 ans

  Faits divers - Ariège : un appel à témoins après la disparition de Nathanaëlle, 14 ans La gendarmerie de Mirepoix (Ariège) lance un appel à témoins pour retrouver une adolescente de 14 ans, prénommée Nathanaëlle, qui a disparu depuis plusieurs jours, rapporte l'association Assistance et recherche de personnes disparues (Arpd). La jeune fille aurait fugué dans la nuit de vendredi à samedi, aux alentours d'une heure du matin. Nathanaëlle mesure 1m 65, pèse 45 kg, a de longs cheveux noirs et les yeux bleus. La jeune fille portait au moment de sa disparition des jeans verts foncés slim, une veste de survêtement noire et une doudoune à capuche en fourrure de marque avec des petits carrés rouges, bleus et noirs.

Le fait divers du jour

Les+lus. Le meilleur du web. Les partis pris. En images. Extra. Au hasard. Les blogs. MOOC Rue89. Arrêt sur images Désert médical, un fait - divers « de gauche » Par Daniel

Des victimes violées et mutilées

Jacques Rançon, ancien cariste d'une cinquantaine d'années, est considéré par la police comme «le tueur de Perpignan». Il est poursuivi pour les assassinats de deux jeunes femmes, qui font partie des «disparues de la gare de Perpignan», une des affaires les plus mystérieuses des années 1990.

Il a avoué avoir tué Mokhtaria Chaïb, retrouvée atrocement mutilée le 21 décembre 1997 dans le quartier de la gare. Cette étudiante française de 19 ans avait les seins et les parties génitales découpées.

Il a aussi confessé en juin 2015 le viol et l'assassinat d'une autre «disparue de Perpignan» : Marie-Hélène Gonzales, 22 ans, dont le corps avait été retrouvé fin juin 1998, décapité et amputé des mains. La tête et les mains n'avaient été retrouvées que six mois plus tard dans un sac plastique.

« Je vous souhaite bien du courage pour le défendre »

  « Je vous souhaite bien du courage pour le défendre » La phrase, d'une froide brutalité, tombe comme un couperet. Elle a le mérite de donner le ton. Evoquant ses rapports avec son fils, jugé depuis jeudi pour un triple assassinat à la kalachnikov dans les rues d'Istres en avril 2013, à l'âge de 19 ans, Gilles Rose a livré hier, devant les assises des Bouches-du-Rhône, le récit d'un père dépassé, impuissant face à la dérive de Karl, qu'il a élevé seul depuis l'adolescence. Sans pour autant se remettre jamais en question. « C'estDe ce fils, souffre-douleur au lycée à cause de son obésité, en guerre avec une mère étouffante, surdoué de l'informatique réfugié dans le virtuel et sa passion des armes, il explique qu'il n'était « pas bien depuis l'adolescence ».

Site en maintenance pour quelques minutes. Merci pour votre patience. Majos Jacques .

Nous vous invitons à revenir un peu plus tard. Merci pour votre compréhension et votre patience. Marocainement vôtre. Un fait divers .

Une troisième jeune femme échappe de peu à la mort

Rançon doit aussi répondre d'une «tentative d'assassinat» ayant eu lieu le 9 mai 1998, également à Perpignan : une jeune femme alors âgée de 19 ans avait reçu plusieurs coups de couteau au ventre, manquant de peu d'être égorgée avant de réussir à lui échapper.

Il a également été mis en examen, il y a environ un an, pour tentative de viol. Selon l'accusation, Jacques Rançon aurait tenté de violer une jeune fille, le 10 septembre 1997, au lendemain de son arrivée à Perpignan, où il venait de s'installer dans un petit hôtel du quartier de la gare.

Il était récemment sorti de la prison d'Amiens où il avait passé cinq ans derrière les barreaux pour le viol d'une jeune femme.

Faits divers - Meuse : arrestation du conducteur qui avait foncé sur un policier .
En refusant de se soumettre à un contrôle routier mardi à Bar-le-Duc (Meuse), il avait volontairement renversé un policier. Le suspect a été arrêté et placé en garde à vue. Il avait réussi à fuir après les faits mais sa voiture avait été retrouvée 300 mètres plus loin, permettant à la police de retrouver la passagère du véhicule dans la soirée de mardi, a indiqué la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de la Meuse. Ce qui a permis de mettre la main sur le suspect mercredi.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!