France Conditions "indignes" et "inhumaine" à la prison de Fresnes : la justice une nouvelle fois saisie

15:50  18 avril  2017
15:50  18 avril  2017 Source:   Franceinfo

Quand Elizabeth II était saisie par l’objectif de Levine, les yeux fermés

  Quand Elizabeth II était saisie par l’objectif de Levine, les yeux fermés Datée de 2004, une étonnante photo de la reine Elizabeth II, les yeux fermés, vient d’être vendue aux enchères pour 219 000 euros. © PA Photos/ABACA Quand Elizabeth II était saisie par l’objectif de Levine, les yeux fermés Retour en 2004. Cette année-là, l'île de Jersey célèbre ses 800 ans d'allégeance à la couronne britannique. Le Jersey Heritage Trust souhaite marquer l’événement par un nouveau portrait de la reine Elizabeth II. Le choix se porte sur l’artiste Chris Levine.

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n'est plus active, mais ne Nouvelle coloc à Draveil.

erreur aucun n° de mandat trouvé.

Surpopulation, violence, rats... L'Observatoire international des prisons a une nouvelle fois saisi la justice pour dénoncer des conditions de détention "indignes" et "inhumaines" à la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).

  Conditions © Fournis par Francetv info

L'Observatoire international des prisons (OIP) ainsi que plusieurs organisations d'avocats ont décidé de saisir la justice pour dénoncer les conditions "indignes" et "inhumaines" de détention à la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne), indique mardi 18 avril l'OIP dans un communiqué.

Des cellules de 9 m² pour trois détenus

Selon l'OIP, le taux d'occupation de la maison d'arrêt de Fresnes s'élevait à 193,1% au mois de mars 2017, avec 2 556 détenus pour une capacité de 1 324 places. Il dénonce cette surpopulation, avec "des cellules de 9 m² accueillant régulièrement trois personnes", des "violences exacerbées", mais aussi des "locaux insalubres et infestés de rats et de punaises de lits".

France: les surveillants de la prison de Villepinte mobilisés

  France: les surveillants de la prison de Villepinte mobilisés Après Fleury-Mérogis, c'est au tour des surveillants de la maison d'arrêt de Villepinte d'exprimer leur colère face à la surpopulation carcérale et à l'insécurité dans les prisons en France. Avec notre envoyé spécial à la maison d’arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, Stéphane Lagarde. « Est-ce qu’on est motivé ou pas ? Est-ce qu’on va le foutre, ce feu ? », lance un surveillant. « Oui ! », répondent en chœur, ses collègues. De la détermination, mais une ambiance bon enfant. Depuis 5h30 ce jeudi matin, barricades de palettes et slogans barrent l’entrée de la maison d’arrêt de Villepinte.

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

Oups Cet album est périmé ou a été désactivé. C'est le vôtre ? Contactez vite focale31 ! Ici, notre moteur de recherche pour trouver modèles ou photographes ! Je visite focale31

L'OIP estime donc "se trouver contraint de saisir le juge des référés du tribunal administratif de Melun, avec le soutien des barreaux de Paris, du Val-de-Marne, de Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine" ainsi que plusieurs associations d'avocats. "Il est demandé la mise en oeuvre d'un plan d'urgence", précise le communiqué.

Des rats en "masse"

En octobre 2016, l'OIP avait déjà saisi la justice. Le juge avait alors demandé l'intensification des mesures de dératisation. Mais, selon l'Observatoire, la situation ne s'est pas améliorée. L'OIP rappelle que dans un rapport publié en décembre, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) constatait que "les rats évoluent en masse au pied des bâtiments, dans les cours de promenade. On ne peut éviter de piétiner leurs excréments."

Une escroquerie à la "taxe carbone" à 283 M EUR jugée en appel à Paris

  Une escroquerie à la Une escroquerie à 283 millions d'euros et jusqu'à huit ans de prison en première instance: le procès en appel de l'un des principaux dossiers de la fraude à la TVA sur le marché des quotas d'émission de CO2 s'est ouvert mardi à Paris.Le procès est prévu jusqu'au 17 mai devant la cour d'appel de Paris. La première audience mardi a été consacrée à des problèmes de procédure.

A partir de la rentrée 2016/2017, le serveur pédagogique est fermé. Vous pourrez mettre à disposition des étudiants vos ressources pédagogiques sur la plateforme MOODLE accessible depuis l'Université de RENNES 1. En cas de besoin, contacter : hamidou-amadou.ndongo@univ-rennes1.fr.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse. ACF et SPEAK dénoncent l’impunité et l’obstruction à la justice des autorités

L'odeur persistante de leur pelage, de leurs excréments et de leurs cadavres s'ajoute à celle des amas d'ordures qui jonchent le pied des bâtiments.

L'Observatoire international des prisons

dans un communiqué

Depuis cinq mois, l'Observatoire dit avoir demandé au directeur de l'établissement de le tenir informé des actions engagées, "sans succès". C'est pourquoi l'OIP saisit une nouvelle fois la justice pour demander un plan d'urgence. "Il est demandé que l'administration prenne enfin des mesures concernant tant les conditions de détention matérielles que le climat de violence dans lequel se trouvent les personnes détenues, la systématicité des fouilles à corps, le manque de personnel et le manque d'activité", détaille le communiqué.

Société - Italie : poursuivi pour avoir aidé des migrants, un Français relaxé .
Félix Croft avait aidé une famille soudanaise à passer la frontière dans la région de Vintimille. Il a été relaxé par la justice italienne. © (AFP/Yann Coastsaliou) «Aujourd'hui, pour moi, la justice a été appliquée», a réagi Félix Croft. Un tribunal italien a relaxé ce jeudi Félix Croft, un bénévole français de 28 ans arrêté l'été dernier à Vintimille. Il avait tenté de faire passer clandestinement une famille soudanaise en France et avait été arrêté le 22 juillet du côté italien avec cette famille composée du père, de la mère enceinte, de deux enfants et d'un oncle.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!