France Embouteillages: les Franciliens ont perdu 90 heures dans les bouchons en 2016

14:05  19 avril  2017
14:05  19 avril  2017 Source:   L'Express

Société - Grogne des auto-écoles : opérations escargot ce matin à Paris et dans les grandes villes

  Société - Grogne des auto-écoles : opérations escargot ce matin à Paris et dans les grandes villes Des manifestations sont prévues ce mardi matin autour de Paris et de grandes villes. Les syndicats protestent contre une mesure de simplification de l'inscription au permis pour les candidats libres Au lendemain d'un retour de vacances ou d'un long week-end très chargé, Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et Nantes devraient connaître des encombrements, dès 7 heures ce matin. Aux bouchons matinaux habituels des agglomérations viendront s'ajouter les opérations escargots des auto-écoles, prévues à partir de différents péages en région.

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n'est plus active, mais ne 2016 - www.appartager.com.

erreur aucun n° de mandat trouvé. Situé dans le 27 à 1/2 heure de Houdan en voiture

Une étude de V-Traffic révélée par Le Parisien montre une hausse des embouteillages en 2016, notamment en raison des importantes inondations du printemps dernier.

En moyenne, les conducteurs franciliens perdent 12h30 de plus dans les bouchons par rapport à 2015. © afp.com/KENZO TRIBOUILLARD En moyenne, les conducteurs franciliens perdent 12h30 de plus dans les bouchons par rapport à 2015.

Les années passent et la situation devient de plus en plus invivable pour les automobilistes franciliens. L'étude annuelle de V-Traffic, présentée par Le Parisien, révèle que les conducteurs ont passé en moyenne 90 heures dans les embouteillages, en 2016. Impressionnant, le chiffre correspond à près de deux semaines de travail, rappelle le quotidien, et est en forte hausse par rapport à l'année précédente. Les conducteurs perdent ainsi 12h30 de plus qu'en 2015. Si certains facteurs de ces bouchons sont classiques, travaux sur les routes, expérimentations de voies, grèves des transports, etc, les inondations du printemps 2016 ont fortement aggravé la situation. Ainsi, le point culminant des perturbations a eu lieu dans la semaine du 16 au 22 mai, en plein épisode de pluie et d'inondation. "Cette semaine-là, un automobiliste qui effectuait un trajet d'une heure généralement, a mis 1h42", précise V-Traffic.

Un salarié licencié pour s'être endormi à son poste de travail

  Un salarié licencié pour s'être endormi à son poste de travail Ce salarié d'une entreprise de sécurité s'était assoupi après avoir travaillé 72 heures la semaine précédente.Le salarié conteste cette décision aux prud'hommes, perd la bataille, puis fait appel. La cour d'appel de Colmar lui donne finalement raison. Il faut dire que le salarié est parvenu à prouver qu'il a effectué 72 heures de travail la semaine précédant le litige, soit plus de deux fois la durée légale du temps de travail hebdomadaire ! Ce rythme effréné expliquant son état de fatigue.

Cette page vous redirigera vers la page d’acceil du centre aide. Si la page n’a pas rediriger, vous pouvez cliquer sur ce lien suivant www.cic.gc.ca/francais/centre-aide/index-en-vedette-can.asp.

Site en maintenance Apprivoisemoi 90 .

"Des millions d'otages de la route"

Toujours selon V-Traffic, un automobiliste en route vers Paris doit affronter 24 km de bouchons le matin, et 33 km pour son trajet de retour en banlieue. Cité par Le Parisien, Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, parle de "millions d'otages de la route". "C'est du temps de vie qu'ils perdent, du temps en famille", ajoute-t-il avant de dénoncer le désintérêt total du personnel politique. Stéphane Beaudet, vice-président à la Région en charge des transports, déplore, lui, "une situation qui s'aggrave", et qui provoque "une relégation de la grande couronne".

35 heures, salaires, licenciements… ce que vous mijotent les candidats à la présidentielle .
<p>Salariés, serez-vous gagnants ou perdants à l’issue de la présidentielle ? Notre comparatif des programmes des candidats sur la thématique du travail vous permet de vous en faire une idée.</p>L’élection présidentielle sera-t-elle l’occasion pour les salariés de fêter Noël avant l’heure ? En tout cas, tous les candidats proposent de leur redonner du pouvoir d’achat, du moins pour les plus modestes d’entre eux. Au programme, notamment, des revalorisations du Smic (jusqu’à 1.800 euros net par mois, soit +57%, pour Nathalie Arthaud) voire de l’ensemble des salaires (jusqu’à 10% sur l’ensemble du quinquennat pour Nicolas Dupont-Aignan).

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!