France Faits divers - «Montigny, c'est pas moi !», s'énerve Francis Heaulme à son procès

09:10  26 avril  2017
09:10  26 avril  2017 Source:   Le Parisien

Quinze ans après son acquittement, qu'est devenu Patrick Dils ?

  Quinze ans après son acquittement, qu'est devenu Patrick Dils ? Alors que Francis Heaulme comparaît aux assises pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz, à partir de mardi, Patrick Dils, accusé à tort de ces crimes pendant 15 ans, a reconstruit sa vie. © AFP Quinze ans après son acquittement, qu'est devenu Patrick Dils ? Cette fois, il ne sera qu'un simple témoin. Accusé à tort du meurtre de deux enfants pendant 15 ans, Patrick Dils va assister au procès de Francis Heaulme à partir de mardi, près de trente ans après sa propre condamnation dans le même dossier.

Une photo de la dépouille Marie Misamu fait des victimes à la morgue de la clinique Ngaliema. Selon ce dernier, depuis le retour de Kita en RDC, il s' est livré à des actes de "désobéissance" tant au parti qu' à son chef Eugène Diomi

Exprimer son étonnement / admettre un fait (2).

L'accusé Francis Heaulme a nié mardi les meurtres des deux enfants, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, massacrés à coups de pierre à Montigny-lès-Metz (Moselle) en 1986.

Le Parisien: Le tueur en série Francis Heaulme, bras croisés dans le box des accusés, parfois pris d’un tremblement dû aux neuroleptiques, ne cille pas à l’évocation de détails macabres. © (AFP/BENOIT PEYRUCQ) Le tueur en série Francis Heaulme, bras croisés dans le box des accusés, parfois pris d’un tremblement dû aux neuroleptiques, ne cille pas à l’évocation de détails macabres.

Derrière la vitre du box des accusés, une lumière clignote, celle d'un ascenseur. La porte s'ouvre sur la grande carcasse de Francis Heaulme, comme propulsée depuis les tréfonds du palais de justice de Metz. Dos voûté, visage livide et cheveux gris, le serial killer aux airs de vieillard malgré ses 58 ans y répond depuis mardi d'une affaire presque aussi ancienne que son parcours meurtrier : celle de Montigny-lès-Metz (Moselle), ou la mort atroce de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, gamins de 8 ans massacrés à coups de pierre.

Montigny-lès-Metz: Francis Heaulme, "le routard du crime" devant la justice

  Montigny-lès-Metz: Francis Heaulme, Le tueur en série Francis Heaulme est jugé à partir de ce mardi devant les assises de la Moselle pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz, survenu il y a 30 ans et dans lequel il affirme ne pas être impliqué. © Jean-Philippe KSIAZEK / AFP Montigny-lès-Metz: Francis Heaulme, "le routard du crime" devant la justice Il est surnommé le «routard du crime». Francis Heaulme, déjà emprisonné pour neuf meurtres, est jugé à partir de ce mardi par les assises de la Moselle pour le crime de Montigny-lès-Metz survenu en 1986. Un tragique fait divers dont il nie l’implication farouchement.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

“Lassée des histoires d'amour, je me suis orientée sur des histoires sympas, pleines de rencontres. Ce site est fait pour moi !” 140204. Inscrits sur le site.

«Cela s'est passé le 28 septembre 1986. C'était il y a plus de trente ans, par un de ces dimanches ensoleillés qu'on apprécie en ce début d'automne», pose en préambule, dans un récit empreint d'un certain lyrisme, Gabriel Steffanus, président de cette audience hors normes prévue pour durer un mois. Pas moins de cent témoins sont appelés à venir éclairer les jurés sur cette affaire maudite, longtemps associée au nom de Patrick Dils, innocenté il y a quinze ans au profit de l'hypothèse Heaulme. «On l'a mis dans le box, c'est bien convenable. Il est sur place, il travaillait à côté, donc c'est forcément lui !» s'écrie d'emblée son avocate M e Liliane Glock, pour qui le tueur en série fait figure de suspect idéal. Longuement, elle expose aux jurés en quoi elle estime ce procès «inéquitable», faisant, en creux, le procès de la justice qui a notamment détruit en 1995 tous les scellés du dossier, «éléments qui pourraient être des preuves absolues», souligne la pénaliste.

Au procès Heaulme : «Montigny, c’est pas moi»

  Au procès Heaulme : «Montigny, c’est pas moi» Le procès de Francis Heaulme devant la cour d’assises de la Moselle s’est ouvert ce mardi. Le tueur déjà condamné à huit reprises doit répondre du meurtre de deux enfants de 8 ans survenu en 1986. Les portes jaune d’un ascenseur s’ouvrent sur une longue silhouette aux cheveux blancs et aux épaules un peu voûtées. La scène serait confondante de banalité si elle ne survenait pas dans une cour d’assises devant des dizaines de caméras, si celui qui quittait cette cage pour une autre – en l’occurrence le box des accusés – n’avait pas inscrit son nom dans la mythologie judiciaire. C’est ainsi que, ce mardi matin, Francis Heaulme est apparu devant le public.

L'image demandée n' est pas disponible, il y a plusieurs raisons à cela : - L'image a été effacé par son propriétaire et n'est donc plus visible sur Casimages.com - L'image demandée n'existe pas - L'image a été effacé pour non respects des Conditions Générales d'Utilisations.

Plate forme d'affiliation pour produits virtuels

Dans son box, encadré de plusieurs policiers, Francis Heaulme semble d'abord impassible au récit du président Steffanus, résumant l'affaire à l'intention des jurés. Bras croisés, parfois pris d'un irrépressible tremblement dû à la prise de neuroleptiques, le routard du crime ne cille pas lorsque sont évoqués les détails macabres de ces corps, retrouvés gisants, crâne fracassé, sur le ballast d'une voie de chemin de fer désaffectée. Très attentif, il s'agite pourtant à mesure que le magistrat énumère ses condamnations et empile un à un les indices qui ont justifié son renvoi aux assises. Après trois heures d'exposé, Francis Heaulme, qui a toujours nié ces meurtres, n'y tient plus. D'une voix qui n'a plus rien de celle, faiblarde, entendue le matin, il réplique. «Vous racontez ma vie, là ! s'énerve-t-il face au micro. J'ai commis des meurtres, oui, mais Montigny, c'est pas moi. C'est pas moi !» Verdict le 18 mai.

VIDEO. Double meurtre de Montigny-lès-Metz: vingt-huit ans de souffrance et de mystères

Procès de Francis Heaulme : "Un fouillis phénoménal" .
Nouveau jour d'audience à Metz. Le président Gabriel Steffanus essaie de "comprendre", de rattraper les trente et une années d’égarements judiciaires. Quelques photos sont projetées. Deux petits corps d’un mètre 37 et un mètre 24, faces mutilées, ensanglantées, crânes éclatés avec des projections de matière cérébrale autour. "Les blessures n’ont pu être portées que de manière très violente", déclare à la barre de la cour d’assises de Metz, ce jeudi, le légiste Patrice Mangin.Il pense que Cyril Beining et Alexandre Beckrich sont morts très rapidement, ce dimanche 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/france/-46389-faits-divers-montigny-cest-pas-moi-senerve-francis-heaulme-a-son-proces/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!