France "Je préfère être la cible plutôt que ce soit des civils ou des enfants" : des militaires de l'opération Sentinelle témoignent

14:30  10 août  2017
14:30  10 août  2017 Source:   Franceinfo

Evacuations à la frontière syro-libanaise: le Hezbollah à la manœuvre

  Evacuations à la frontière syro-libanaise: le Hezbollah à la manœuvre Une centaine de bus sont arrivés lundi de Syrie et se sont rassemblés en territoire libanais, près de la localité frontalière de Ersal, pour commencer l'évacuation de 11 000 combattants et civils à compter de ce mardi. Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh C'est la première évacuation de combattants et de civils syriens organisée au Liban depuis le début de la guerre en Syrie, en 2011. Il s'agit de deux opérations distinctes. Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

Cette page n'est pas visible actuellement. Université des enfants .

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l 'immobilier.

Quelques jours avant l'attaque qui a eu lieu contre des militaires à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), France Inter a été à la rencontre de militaires de l'opération Sentinelle.

  © Fournis par Francetv info

Les militaires de l'opération Sentinelle ont été visés six fois par une attaque depuis 2015, selon le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. La dernière en date a eu lieu, mercredi 9 août. Un homme a renversé six militaires, mercredi matin, à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine.

Sur France Inter, des soldats de l'opération Sentinelle témoignent de leurs difficultés. Des confessions recueillies dans le cadre d'un reportage tourné quelques jours avant l'attaque de mercredi matin.

Brésil : opération militaire de grande ampleur dans les favelas de Rio

  Brésil : opération militaire de grande ampleur dans les favelas de Rio Quelque 5 000 militaires et policiers brésiliens, appuyés par des hélicoptères, ont lancé samedi matin des opérations contre des bandes armées dans plusieurs favelas de Rio de Janeiro. Le gouvernement brésilien a envoyé samedi 5 août à l'aube quelque 5 000 militaires et policiers, appuyés par des hélicoptères, faire une démonstration de force contre des bandes armées dans plusie Cette opération intervient après une multiplication des vols de cargaisons de camions de transport de marchandises, et alors que 10 000 hommes sont mobilisés dans la ville depuis une semaine pour lutter contre

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document. Flyer de l 'exposition.

Communiqué supprimé de l 'Espace Datapresse.

La peur quotidienne

"Cela fait un peu peur. On n'est pas des super-héros, mais si je peux éviter de le montrer, c'est toujours mieux vis-à-vis de moi, de mes camarades et de la population", reconnaît le Sergent Olivier, mécanicien de l'armée de l'air.

Ce dernier a patrouillé dans les aéroports pendant deux mois : "On n'est pas seuls non plus. Je sais que j'ai mes deux camarades qui veillent sur moi, et vice-versa s'ils ont un problème je serai là pour eux."

"C'est un prix à payer, et j'ai choisi de payer ce prix."

- Caporal-chef Julien

à France Inter

Le caporal-chef Julien, lui, a patrouillé pendant un an dans les rues des grandes villes françaises. "Je préfère être la cible plutôt que ce soit des personnes civiles ou des enfants. C'est un prix à payer, et j'ai choisi de payer ce prix", confesse-t-il.

Pour autant, il reconnaît aussi les difficultés de l'exercice : "Le plus usant, c'est surtout la répétition. Lors d'un déploiement ce sont souvent les mêmes zones. On a l'impression de voir les mêmes rues, les mêmes bâtiments des centaines de fois, mais c'est comme ça. On est obligés."

Attaque de Levallois-Perret : un complice présumé du principal suspect interpellé à Marseille .
L'homme interpellé est soupçonné de complicité présumée avec celui qui avait foncé sur des militaires le 9 août dernier. Un suspect qui n'a toujours pas été entendu par les enquêteurs compte tenu de son état de santé. © BORIS HORVAT / AFP Attaque de Levallois-Perret : un complice présumé du principal suspect interpellé à Marseille Un membre de l'entourage du suspect de l'attaque à la voiture-bélier contre des militaires à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a été placé en garde à vue mercredi à Marseille, a appris l'AFP de source judiciaire.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/france/-55536-je-prefere-etre-la-cible-plutot-que-ce-soit-des-civils-ou-des-enfants-des-militaires-de-loperation-sentinelle-temoignent/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!