France Locations touristiques: les amendes infligées aux propriétaires explosent à Paris

20:50  11 août  2017
20:50  11 août  2017 Source:   L'Express

Airbnb : les amendes à Paris ont explosé au premier semestre 2017

  Airbnb : les amendes à Paris ont explosé au premier semestre 2017 Les propriétaires parisiens ne peuvent pas mettre leur logement en location sur des plateformes de type Airbnb plus de 120 jours par an. S'il dépasse ce quota, ils s'exposent à de fortes amendes. Et elles sont de plus en plus fréquentes.Pour les six premiers mois de 2017, 31 propriétaires ont été condamnés en justice à payer 615.000 euros d'amendes, a indiqué à l'AFP Ian Brossat, adjoint PCF au logement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, confirmant ainsi des chiffres révélés par Le Parisien. Au premier semestre 2016, les amendes s'étaient élevées à 45.000 euros, soit 13 fois moins, atteignant 200.000 euros pour toute l'année.

erreur aucun n° de mandat trouvé. Situé en centre village animé sur 423m2 terrain, local commercial bien placé

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse. Le Caviste Bio : 1ère cave - bar à vins - table d'hôtes Bio de Paris - Espace

Sur les six premiers mois de l'année 2017, les amendes visant des propriétaires de meublés touristiques ont totalisé 615 000 euros, un chiffre en hausse.

La page d'accueil du site internet d'Airbnb, le 28 avril 2016. © afp.com/John MACDOUGALL La page d'accueil du site internet d'Airbnb, le 28 avril 2016.

La Ville de Paris a durci le ton et cela a eu des répercussions immédiates. Sur les six premiers mois de l'année 2017, 31 propriétaires parisiens, dont la plupart utilisaient Airbnb pour louer leurs logements, ont écopé d'une amende totale de 615 000 euros, rapporte Le Parisien ce vendredi. Ces derniers, indique le quotidien, étaient doublement dans l'illégalité: ils n'avaient pas pris le soin de déclarer leur location à la Ville et avaient dépassé le seuil des 120 jours de location par an autorisés par la loi.

Airbnb : les amendes contre les loueurs ont bondi à Paris

  Airbnb : les amendes contre les loueurs ont bondi à Paris Une trentaine de propriétaires ont été épinglés par la Direction du logement et de l'habitat (DLH), pour ne pas avoir déclaré leur location à la ville, et avoir dépassé les 120 jours de location autorisés par la loi, au 1er septembre.Airbnb paye peu d'impôts en France, mais ses utilisateurs passent à la caisse... Au premier semestre 2017, les loueurs parisiens de meublés touristiques, dont beaucoup passent par la plateforme de location, ont écopé de 615 000.euros d'amendes. "Un chiffre multiplié par treize par rapport à 2016", explique 'Le Parisien', qui dévoile cette information.

Le premier agenda des loisirs en Belgique. Plus de 9000 activités pour tous: familles et enfants! Brocantes, Fêtes, Stages, Concerts, Spectacles.

Il n'existe pas de document avec cet identifiant. L'Association catholique ( Paris ).

Airbnb n'est pas l'unique plate-forme de location visée par ces amendes: 300 sont dans le collimateur de la Ville de Paris, indique Le Parisien.

Les condamnations ont explosé ces deux dernières années. En comparaison, lors du premier semestre 2016, le montant des amendes s'élevait à 45 000 euros, c'est-à-dire 13 fois moins qu'au premier semestre 2017.

"Les petits malins se font rattraper par la patrouille"

"L'explosion des condamnations et des amendes de ce premier trimestre 2017 ne montre pas qu'il y a plus de locations illégales, mais que les contrôles sont plus stricts et que les petits malins se font rattraper par la patrouille", estime Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris en charge du Logement. "On ne peut pas accepter d'avoir des centre-villes complètement désertés parce que des logements ont été transformés en machine à cash pour des touristes", s'agace-t-il, interrogé par France Inter. Les juges, selon lui, "pénalisent plus lourdement", considérant que les propriétaires connaissent désormais la loi.

Luckey Homes, la start-up qui veut vous faire gagner plus sur Airbnb

  Luckey Homes, la start-up qui veut vous faire gagner plus sur Airbnb Cette start-up veut vous faire gagner plus sur Airbnb"En maitrisant l'ensemble de la chaîne, on maitrise la qualité", justifie Aurélien Malfait, cofondateur avec son frère Félix et David Barbe de la start-up en 2015, atterrissant dans le secteur de la conciergerie un peu par hasard. La qualité, un atout majeur pour attirer les bons commentaires sur les plateformes de location et qui cadre avec l'image haut de gamme qu'ils souhaitent avoir. La start-up sélectionne d'ailleurs les propriétés en fonction de leur emplacement et de leur potentiel de location. "On ne se considère pas comme élitiste" tient quand même à préciser Aurélien Malfait.

La réservation par Internet n'est pas possible pour le moment. Merci de consulter notre site pour plus d'informations. La réservation par Internet n'est pas possible pour le moment. Merci de consulter notre site pour plus d'informations.

SITE FERMÉ ole-de- paris .html?id=7124.

L'amende moyenne, note la station, est passée de 10 000 à 20 000 euros. Des sommes qui vont directement dans les caisses de la Ville de Paris. Les enquêtes réalisées par DLH (Direction du logement et de l'habitat) auprès des propriétaires, rappelle Le Parisien, sont bien plus méticuleuses qu'auparavant. Ce sont 25 enquêteurs qui déambulent dans la capitale pour chasser les fraudeurs. "Avant de frapper à la porte, on travaille en amont. On prépare les dossiers. On épluche les sites de location. On regarde le cadastre, les déclarations au fisc, les plaintes des syndics d'immeubles et des voisins fatigués des nuisances sonores des touristes en goguette et du ballet continu de valises à roulettes dans les couloirs", détaille l'organisme.

Airbnb: situation fiscale "inacceptable", selon Le Maire .
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a jugé mercredi que la situation fiscale en France des plateformes numériques comme Airbnb était "inacceptable" et a annoncé une initiative franco-allemande sur le sujet pour la mi-septembre. "Ce sont des dizaines de millions de chiffre d'affaires réalisées par ces plateformes du numérique et (seulement) quelques dizaines de milliers d'euros qui sont perçues par le Trésor public français", a affirmé le ministre à l'Assemblée nationale, jugeant cette situation "inacceptable".Dans une réponse au député du parti gouvernemental La République En Marche, Benjamin Dirx (REM), M.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!