France Réforme de l'apprentissage : "Les formations ne correspondent plus aux besoins des entreprises"

09:05  12 octobre  2017
09:05  12 octobre  2017 Source:   Franceinfo

En Corrèze, Macron lance le chantier de la formation et de l’apprentissage

  En Corrèze, Macron lance le chantier de la formation et de l’apprentissage Ce deuxième volet des réformes du marché du travail doit compléter le plan global d’investissements pour la formation du gouvernement présenté par le premier ministre le 25 septembre, d’un montant de 15 milliards d’euros sur cinq ans. C’est le deuxième étage prévu de la réforme Macron du travail. Le président de la République s’est rendu mercredi 4 octobre en Corrèze pour présenter le futur grand chantier gouvernemental après la refonte par ordonnances du Code du travail : la réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance-chômage.

[Content Bloqued]. Toda la colección estará disponible en próximas fechas en la tienda de la web

Cette page n'est pas visible actuellement. The Centre d’études interdisciplinaires sur le développement de l ’enfant et sa

Le gouvernement démarre jeudi des concertations avec les syndicats, pour réformer la formation et l'apprentissage. Au cœur des discussions, une meilleure adéquation avec la réalité du monde du travail. 

  Réforme de l'apprentissage : © Fournis par Francetv info

Le président de la République reçoit jeudi 12 et vendredi 13 octobre les syndicats de salariés et du patronat à l'Élysée, pour évoquer la suite des réformes du marché du travail.

Après avoir publié ses ordonnances réformant le Code du travail, Emmanuel Macron entend maintenant s'attaquer à la formation professionnelle et à l'apprentissage. "Les filières d'apprentissage et d'alternance sont des filières d'excellence", a-t-il affirmé le 4 octobre en visitant l'École d'application aux métiers des travaux publics (EATP), à Égletons (Corrèze). L'apprentissage souffre pourtant d'une mauvaise image et les formations dispensées ne correspondent pas toujours aux besoins des entreprises. L'exécutif pourrait donc remettre à plat le contenu des diplômes et des certifications.

Macron croit en l'apprentissage, les Français aussi

  Macron croit en l'apprentissage, les Français aussi Le gouvernement souhaite recentrer l'apprentissage sur les jeunes moins qualifiés et redonner du pouvoir aux branches professionnelles. Plus de quatre citoyens sur cinq considèrent l’alternance comme un remède efficace contre le chômage. © De la Moissonnière/IP3/Maxppp Le gouvernement souhaite recentrer l'apprentissage sur les jeunes moins qualifiés et redonner du pouvoir aux branches professionnelles.

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document. Un-e collaborateur/collaboratrice scientifique pour le domaine de l ’assurance

JF 18, Elles ont 18 ans et encore fraiches.

Des apprentis qui deviennent une charge

Chaque année, les élèves du Centre de formation des apprentis (CFA) de Drancy (Seine-Saint-Denis) sont confrontés à la difficulté de trouver une entreprise. Ainsi, un quart des 400 jeunes se retrouve sur le carreau, faute d'avoir signé un contrat d'apprentissage. Jean-Paul Carta, un chef d'entreprise qui a quitté l'école à 14 ans et a lui-même été apprenti, dresse ce constat :

Les formations qui sont offertes aujourd'hui aux jeunes ne correspondent plus aux besoins des entreprises

Jean-Paul Carta, patron d'une TPE industrielle

à franceinfo

Ce patron a jeté l'éponge après avoir recruté quatre apprentis. "Dans les métiers de la mécanique générale, la trigonométrie est utilisée au quotidien, pour calculer des angles par exemple. Depuis maintenant 10 ans, la trigonométrie n'est absolument plus maîtrisée. On a des gamins qui sortent la calculatrice pour diviser 100 par 10 !" D'après lui, ce manque d'adéquation entre formation et réalité du métier fait des apprentis une charge, plutôt qu'un atout pour les plus petites entreprises. "Aujourd'hui, on a besoin d'être constamment auprès du jeune pour le guider, pour l'encadrer, ce qui, pour les petites entreprises, n'est plus possible, à la fois en temps et en hommes."

Combien coûtera l'impôt à la source pour les entreprises ?

  Combien coûtera l'impôt à la source pour les entreprises ? La mise en place du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu est un motif de crainte majeur pour les entreprises, qui ont peur de son coût et de sa complexité. Un rapport de l'IGF remis à Bercy ce mardi a vocation à les rassurer. Entre 310 et 420 millions d'euros. Si le coût du passage au prélèvement à la source pour les entreprises, estimé par un rapport de l'inspection générale des Finances transmis ce mardi 10 octobre aux parlementaires, peut paraître important, il demeure bien moins élevé que d'autres estimations.

Oups Cet album est périmé ou a été désactivé. C'est le vôtre ? Contactez vite focale31 ! Ici, notre moteur de recherche pour trouver modèles ou photographes ! Je visite focale31

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux LIEN EXTERNE Esprit Glisse La Caisse d'Epargne partenaire de toutes les

L'image du col bleu, les mains dans la graisse

L'autre problème de l'apprentissage est aussi sa mauvaise image. Malgré les actions de promotion mises en œuvre ces dernières années, certains métiers rebutent les jeunes alors que les offres ne manquent pas. "Dans l'industrie, il y a du boulot dans des métiers qui n'attirent pas forcément les jeunes. Par exemple, tous les métiers de la mécanique", déplore Christophe Aufort, le directeur du centre de Drancy.

L'appellation 'usineur' ou 'chaudronnier', ce n'est pas forcément quelque chose de très vendeur.

Christophe Aufort, directeur du CFA de Drancy (Seine-Saint-Denis)

à franceinfo

Au-delà des noms de métier, les jeunes ont encore une image ancienne de beaucoup des professions à l'usine. "Il y a encore cette représentation du col bleu, les mains dans la graisse en usine, alors que maintenant pratiquement tout est fait en commande numérique", assure Christophe Aufort. Il est formel : "L'image de l'apprentissage, et particulièrement de ces métiers de la mécanique, reste très négative dans l'inconscient, particulièrement en région parisienne."

Ouverture économique de la Chine : les entreprises françaises ont "une carte à jouer" .
Mary-Françoise Renard, spécialiste de l'économie chinoise, a expliqué, mercredi sur franceinfo, que l'ouverture économique promise par le président chinois Xi Jinping pouvait profiter aux entreprises françaises. À l'occasion de son discours d'ouverture du XIXe congrès du Parti communiste chinois, mercredi 18 octobre, le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, a promis une ouverture économique de la Chine.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!