France "Ca suffit !" : la grosse colère de Dominique de Villepin contre Donald Trump

20:42  15 décembre  2017
20:42  15 décembre  2017 Source:   Challenges

Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël

  Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël Comme attendu, le président américain a décidé, ce mercredi, de reconnaître la ville sainte comme nouvelle capitale de l'État hébreu, en lieu et place de Tel-Aviv, malgré les avertissements des dirigeants des pays arabo-musulmans. Le président américain Donald Trump a décidé, ce mercredi, de rompre avec des décennies de diplomatie américaine et internationale en reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël. «L'heure est venue», a déclaré le 45e locataire de la Maison-Blanche dans une allocution télévisée, estimant que l'État hébreu, en tant qu'État souverain, «a le droit de déterminer sa propre capitale».

Site en maintenance

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

© POOL/AFP/Archives - Michel Euler "Ca suffit !" : la grosse colère de Dominique de Villepin contre Donald Trump

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a appelé vendredi les dirigeants européens à marquer "plus collectivement un coup d'arrêt" à la politique "déstabilisante" de Donald Trump, après la reconnaissance unilatérale du président américain de Jérusalem comme capitale d'Israël.

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a appelé vendredi les dirigeants européens à marquer "plus collectivement un coup d'arrêt" à la politique "déstabilisante" de Donald Trump, après la reconnaissance unilatérale du président américain de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Vonn s'en prend à Trump

  Vonn s'en prend à Trump En quête d'une troisième médaille olympique cet hiver à Pyeongchang, Lindsey Vonn se dit fière de représenter son pays, les Etats-Unis, mais pas son président, Donald Trump.    © Reuters Lindsey Vonn. Lindsey Vonn ne porte pas Donald Trump dans son cœur. La plus grande skieuse américaine de l'histoire disputera en février prochain les Jeux Olympiques de Pyeongchang avec pour objectif de remporter une troisième médaille olympique après les deux glanées à Vancouver en 2010 (l'or en descente et le bronze en Super G).

ERREUR. bicyclettes en gros et en detail.

Interrogé sur BFMTV-RMC, M. de Villepin a souligné "la grande difficulté" pour la communauté internationale de trouver "la bonne réponse" face à Donald Trump: "peut-on se contenter de simples déclarations ? (...) Face à la menace d'instabilité que représente l'administration Trump pour le monde -on le voit en Corée du Nord, on le voit au Moyen-Orient, on le voit en matière de libre-échange, on le voit pour le climat-, est-ce qu'il ne faut pas marquer plus collectivement et plus fortement un coup d'arrêt ? Ça suffit !", a-t-il dit.

"Est-ce qu'il faut se contenter de dire aux Américains comme certains le préconisaient en 2003 +ce n'est pas bien ce que vous faites+ ou est-ce qu'il faut se mobiliser diplomatiquement pour lui faire comprendre qu'il y aura un coût à tout ça et qu'il se retrouvera isolé sur la scène internationale ?", s'est-il demandé en référence à l'invasion américaine en Irak qu'il avait dénoncée à la tribune des Nations unies en février 2003.

Donald Trump inaugure un musée des droits civiques dans le Mississipi

  Donald Trump inaugure un musée des droits civiques dans le Mississipi Donald Trump s’est rendu, samedi 9 décembre, à l’inauguration d’un musée des droits civiques, à Jackson, dans le Mississippi. Une venue qui fait polémique, au vu des positions pour le moins controversées du président américain envers les minorités. Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier Donald Trump est venu au musée des droits civiques de Jackson, mais en catimini. Sa visite du lieu et son discours de 10 minutes ont même eu lieu avant la grande cérémonie publique d'inauguration. Puis il s'en est retourné vers sa résidence de Floride.

ChebMusic. Offline.

Nous avons change notre domaine sur www.animalsurnet.com.

"Ce que je crains pour être tout à fait franc (...) c'est la contagion de l'instabilité. La contagion de décisions qui, de fil en aiguille, peuvent conduire à un engrenage guerrier", a-t-il poursuivi.

Dominique de Villepin a exposé sa vision de la politique étrangère dans "Mémoire de paix pour temps de guerre", publié en 2016, ouvrage dans lequel il plaidait pour un multilatéralisme. Il estime qu'il faut aujourd'hui que "les dirigeants européens, avec toutes les bonnes volontés (...) marquent peut être plus fortement le risque que fait courir à la société internationale la décision américaine".

L'ex-ministre des Affaires étrangères s'en prend également au royaume wahhabite "qui multiplie les fronts". "Est-ce que cette attitude qui encourage l'instabilité n'est pas contagieuse, y compris pour l'Arabie saoudite qui, sur le Liban, sur le Yémen, multiplie les initiatives qui, le moins qu'on puisse dire, ne contribuent pas à faciliter les choses ?", demande-t-il.

(Avec AFP)

Etats-Unis : le Congrès adopte définitivement la baisse des impôts promise par Donald Trump .
La réforme prévoit notamment de réduire l'impôt sur les sociétés de 35 à 21%. Donald Trump a salué "une victoire historique pour les Américains". Le Congrès américain a définitivement adopté, mercredi 20 décembre, la réforme fiscale promise par le président des Etats-Unis. Il s'agit de la première grande réforme de son mandat, onze mois après son accession au pouvoir.La réforme réduira l'impôt sur les sociétés de 35 à 21%, et baissera tout le barème de l'impôt sur le revenu, avec un coût de 1 500 milliards de dollars pour les finances publiques sur la prochaine décennie.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!