France "Je rends mon uniforme": le cri de colère d'une infirmière en Ehpad

16:31  12 janvier  2018
16:31  12 janvier  2018 Source:   L'Express

Flavie Flament en colère contre les propos de Brigitte Lahaie concernant le viol

  Flavie Flament en colère contre les propos de Brigitte Lahaie concernant le viol C'est via son compte Instagram que l'animatrice Flavie Flament a laissé éclater sa colère. Elle y dénonce les propos tenus sur le viol par l'ex-actrice de films X Brigitte Lahaie et l'écrivain Catherine Millet, toutes deux signataires d'une tribune dans Le Monde appelant à la "liberté d'importuner".La publication le 9 janvier dans le quotidien Le Monde d'une tribune signée par plusieurs femmes appelant à la "liberté d'importuner" n'a pas manqué de provoquer des remous… Catherine Deneuve, l'ex-actrice X Brigitte Lahaie ou la critique d'art et écrivain Catherine Millet font partie des signataires.

Vous devez vous connecter pour télécharger un torrent.

Service momentanément indisponible. Veuillez nous excuser de ce contre-temps. www.hit-parade.com.

Dans un message publié sur Facebook, Mathilde Basset raconte l'épuisement causé par la charge de travail et la déshumanisation des relations entre patients et soignants.

Une infirmière tient la main d'une personne âgée dans un EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) à Limoges, le 30 juin 2015 (photo d'illustration) © afp.com/PASCAL LACHENAUD Une infirmière tient la main d'une personne âgée dans un EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) à Limoges, le 30 juin 2015 (photo d'illustration)

"Je rends mon uniforme, dégoûtée, attristée." Mathilde Basset n'en pouvait plus. Cette infirmière de 24 ans a travaillé pendant trois mois au sein de l'hôpital du Cheylard (Ardèche). D'abord aux urgences, puis au sein d'établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de l'établissement. Trois mois de souffrance, qui l'ont exposée aux difficiles conditions de travail des personnels soignants.

Agression des policiers de Champigny: une "réponse forte" promet Collomb

  Agression des policiers de Champigny: une Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a promis mardi, lors de la cérémonie de vœux du syndicat Unsa police à Paris, "une réponse forte" après l'agression de deux policiers à Champigny-sur-Marne la nuit du jour de l'An."L'effectivité de la réponse pénale en cas de violences commises envers un fonctionnaire de police est pour moi, et pour la garde des Sceaux - et vous le verrez dans les prochaines semaines - une priorité", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Site en maintenance

Vous avez été déconnecté car votre dernière requête est trop ancienne (délai d'expiration = 1800 sec) Relancer l'application (SITEIORT).

Le 27 décembre, la jeune femme s'est fendue d'un long message Facebook pour raconter son parcours. Partagé plus de 7000 fois, il témoigne de l'épuisement des infirmiers et du manque d'effectifs dans de nombreux services. Aux urgences, Mathilde Basset pouvait "se retrouver à gérer seule 35 patients relevant d'une surveillance clinique accrue, accueillir un ou plusieurs usager(s) qui entrent de manière "programmée" et prendre en charge une ou deux urgence(s) vitale(s), le tout simultanément".

"Je suis stressée donc stressante"

L'infirmière s'épanche surtout sur son passage en Ehpad. A sa charge: 99 résidents, sur "trois niveaux". La charge de travail est colossale.

Impossible dans des conditions d'assurer un suivi individualisé des personnes âgées. Le temps presse, il faut aller vite, se montrer productif. Elle raconte ainsi sa journée du 27 décembre, similaire aux autres. "Je presse les résidents pour finir péniblement ma distribution de médicaments à 10h15 ( débutée à 7h15), je suis stressée donc stressante et à mon sens, maltraitante." Mathilde "brusque les résidents", n'est "disponible pour personne", incapable de "créer le moindre relationnel avec les familles et les usagers".

"Il y a un manque d'humanité" : la mère du jeune tué à Châtelet-Les Halles s'indigne de la diffusion des vidéos du meurtre

  Ce meurtre a soulevé une grande indignation, en Martinique mais aussi sur les réseaux sociaux, et entraîné une vague de solidarité. © Fournis par Francetv info Son fils Andy a été tué à coup de couteau. La mère du jeune Martiniquais de 22 ans, tué dans la gare RER de Châtelet-les-Halles, à Paris, vendredi 12 décembre, s'est indignée sur la radio RCI Martinique que la scène du meurtre ait été filmée et diffusée sur des réseaux sociaux.

Cette page n'existe pas. Vidéo : Explosion d ' une Bombe de 2000 lb (Guidage Laser).

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

"Je suis dans une usine d'abattage"

Mathilde Basset l'affirme pourtant: elle adore le "soin" et la "relation de confiance avec les patients". Mais les contraintes sont trop fortes et l'empêchent d'exercer son métier avec humanité. "Je ne travaille pas dans un lieu de vie médicalisé. Je suis dans une usine d'abattage qui broie l'humanité des vies qu'elle abrite, en pyjama ou en blouse blanche."

L'infirmière a fini par rendre sa blouse de service. A la fin de son message, elle interpelle la "politique gestionnaire" d'Agnès Buzyn. Mathilde Basset confie à L'Humanité qu'elle a décidé d'envoyer son message à la ministre de la Santé, car sa "situation dépasse de très loin le cadre du centre hospitalier du Cheylard". Le gouvernement affiche de son côté une volonté d'améliorer la situation sans les EHPAD. Les moyens qui leurs doivent être renforcés de 100 millions d'euros en 2018.

Wenger se déchaîne contre l’arbitre .
Arsène Wenger a encore trouvé à redire après l’arbitrage suite au match nul concédé par Arsenal face à Chelsea (2-2). Au vu du scénario de la rencontre, Arsène Wenger pourrait se satisfaire du match nul finalement décroché face à Chelsea. Car si les Gunners ont tenu la dragée haute aux champions en titre, ils sont passés tout près de la défaite, n’égalisant que dans les derniers instants de la rencontre grâce à Hector Bellerin. Et ce avant qu’Alvaro Morata gâche une énorme occasion et que David Zappacosta trouve la transversale sur une ultime tentative.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/france/-75015-je-rends-mon-uniforme-le-cri-de-colere-dune-infirmiere-en-ehpad/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!