The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

France Une Bordelaise condamnée pour des tweets injurieux visant Marlène Schiappa

09:26  09 mars  2018
09:26  09 mars  2018 Source:   europe1.fr

Outrage sexiste : «un interdit social» passible d'une amende de 90 euros ?

  Outrage sexiste : «un interdit social» passible d'une amende de 90 euros ? Remis ce jeudi au secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes, le rapport parlementaire contre le harcèlement de rue avance notamment l'idée d'un stage de sensibilisation aux «comportements sexistes et incivils». Quelle définition donner au harcèlement de rue, cette «zone grise» située entre la drague lourde et l’agression sexuelle, et comment le sanctionner ? Après cinq mois de travail parlementaire, les députés Sophie Auconie (les Constructifs), Lætitia Avia (LREM), Erwan Balanant (Modem), Elise Fajgeles (LREM) et Marietta Karamanli (Nouvelle gauche) devraient rendre ce jeudi aux ministres Marlène Schiappa, Nicole Belloubet et Gérard Collomb, leurs avis sur la future pé

Carole Hofbauer, une Bordelaise très prolixe sur les réseaux sociaux, a été condamnée jeudi à 10.000 euros d'amende avec sursis pour des messages diffamatoires et injurieux visant la secrétaire d'Etat à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa .

SOCIÉTÉ - Carole Hofbauer a été condamnée jeudi à 10.000 euros d'amende avec sursis pour des messages diffamatoires et injurieux visant la secrétaire d'Etat à l'Égalité entre les femmes

Carole Hofbauer a été condamnée jeudi à 10.000 euros d'amende avec sursis pour des messages diffamatoires et injurieux visant la secrétaire d'Etat à l'Égalité entre les femmes et les hommes.

Une Bordelaise condamnée pour des tweets injurieux visant Marlène Schiappa © Ludovic MARIN / AFP Une Bordelaise condamnée pour des tweets injurieux visant Marlène Schiappa

Carole Hofbauer, une Bordelaise très prolixe sur les réseaux sociaux, a été condamnée jeudi à 10.000 euros d'amende avec sursis pour des messages diffamatoires et injurieux visant la secrétaire d'Etat à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa.

Carole Hofbauer, une mère de famille âgée de 36 ans, devra également verser à Marlène Schiappa un euro symbolique de dommages et intérêts et supprimer, dans un délai de dix jours, les messages en question des réseaux sociaux, comme le demandait la plaignante.

Emmanuel Macron lance-t-il trop de réformes ?

  Emmanuel Macron lance-t-il trop de réformes ? En dix mois, le gouvernement a engagé une vingtaine de réformes de fond, la dernière en date sur la SNCF. Une abondance inédite qui pourrait se retourner contre lui. © GERARD JULIEN / AFP Emmanuel Macron lance-t-il trop de réformes ? Le gouvernement en fait-il trop ? Responsables syndicaux et élus de l'opposition se plaignent depuis quelques jours de l’avalanche de réformes engagées par l'exécutif en ce moment. A tel point que le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a tenu à répondre à "ceux qui souhaiteraient que le rythme ralentisse" après le Conseil des ministres mercredi.

Carole Hofbauer, une Bordelaise très prolixe sur les réseaux sociaux, a été condamnée jeudi à 10.000 euros d'amende avec sursis pour des messages diffamatoires et injurieux visant la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa .

Carole Hofbauer, une Bordelaise extrêmement prolixe sur les réseaux sociaux, a été jugée jeudi pour une avalanche de messages diffamatoires et injurieux visant la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa

"Maquerelle", "pute".

La jeune femme était poursuivie devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour injures et diffamation, après avoir posté 140 tweets et messages haineux sur Facebook à l'encontre de la secrétaire d'Etat, à qui elle reproche notamment ses prises de positions et son action en faveur des droits des femmes. La twitteuse y qualifiait la ministre de "maquerelle" et de "pute", son époux de "mari trompé" et ses filles de "mal élevées".

Stage de citoyenneté.

Dans ses réquisitions, le ministère public avait demandé "un stage de citoyenneté" pouvant être assorti d'une amende laissée à l'appréciation du tribunal. Les juges bordelais ont finalement infligé à la prévenue une lourde amende avec sursis. Pour Me Julia Minkowski, qui représentait la secrétaire d'Etat, "cette condamnation à une amende très significative assortie du sursis est un avertissement sévère et très dissuasif du tribunal à l'encontre de la prévenue". "C'est une satisfaction car la constitution de partie civile de Marlène Schiappa visait précisément à faire cesser ces agissements", a déclaré l'avocate.

"S'il est admissible de critiquer même avec beaucoup de virulence un responsable politique, la liberté d'expression est dépassée dès lors qu'elle porte atteinte à la dignité de la personne", avait déclaré Me Minkowski. "Là, les limites ont été franchies et l'objectif de la plainte de Marlène Schiappa n'avait pas d'autre objet que de faire cesser ce qu'elle considérait comme du harcèlement à travers une mise en cause systématique d'elle-même et de sa famille" sur les réseaux sociaux, avait-elle expliqué.

Nabilla : sa grosse boulette sur Twitter ! .
Nabilla va devoir réviser

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!