Monde Libye: l'effritement de l'exécutif libyen

20:00  03 janvier  2017
20:00  03 janvier  2017 Source:   RFI

Manifestation à Tunis contre un retour des jihadistes tunisiens

  Manifestation à Tunis contre un retour des jihadistes tunisiens Le retour des jihadistes tunisiens pose question en Tunisie, où quelques centaines de personnes ont manifesté samedi devant la Parlement à Tunis, pour réclamer des mesures législatives.Des centaines de Tunisiens ont protesté samedi 24 décembre devant le Parlement à Tunis contre un éventuel retour au pays des tunisiens jihadistes. La Tunisie compte plus de 5 000 ressortissants dans les rangs d'organisations jihadistes à l'étranger, notamment en Irak, Syrie ou encore en Libye, selon le groupe de travail de l'ONU sur l'utilisation de mercenaires. Leur retour en nombre au pays suscite de grandes craintes. À l'appel d'un collectif comprenant notamment des organisations non-gouvernementales, la manifestation a rassemblé quelque 1 500 personnes, selon les organisateurs. "Pas assez de prison" selon Béji Caïd Essebsi Ce rassemblement intervient quelques semaines après des propos très commentés du président tunisien Béji Caïd Essebsi au sujet des jihadistes. "Nombre d'entre eux veulent rentrer, on ne peut pas empêcher un Tunisien de revenir dans son pays () Mais évidemment () nous allons être vigilants", avait-il déclaré le 2 décembre. "Nous n'allons pas les mettre tous en prison, parce que si nous le faisons nous n'aurons pas assez de prisons, mais nous prenons les dispositions nécessaires pour qu'ils soient neutralisés. Nous les surveillons", avait-t-il ajouté.

Bureau exécutif du FN : qui sont les six "fantassins" qui décident du sort de

Libéria Lesotho Lituanie Luxembourg Lettonie Libye Maroc Monaco Moldavie Madagascar Îles Marshall Macédoine Mali Myanmar Mongolie Macao Commonwealth des Îles Mariannes du Nord Martinique Mauritanie Montserrat Malte Maurice Maldives Malawi Mexique Malaisie Mozambique Namibie

En Libye, le gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj mis en place par la communauté internationale pour rétablir l'ordre à Tripoli est de plus en plus fragile. Ce gouvernement, soutenu par l'ONU, doit faire face à la démission de son ministre de l'Intérieur et d'un de ses vice-Premiers ministres, Moussa el-Kouni, ce mardi 3 janvier.

Le gouvernement libyen d'union nationale du Premier ministre, Fayez el-Sarraj est encore un peu plus fragilisé par les démissions de plusieurs de ses membres. © REUTERS/Carlo Allegri Le gouvernement libyen d'union nationale du Premier ministre, Fayez el-Sarraj est encore un peu plus fragilisé par les démissions de plusieurs de ses membres.

Moussa el-Kouni, un des trois vice-Premiers ministres en Libye, et membre du Conseil présidentiel, s'est excusé auprès des Libyens. Sa mission, et celle du gouvernement, était de limiter la souffrance des citoyens, or la souffrance s'est accrue dans le pays. « Je démissionne parce que j'ai échoué », a-t-il déclaré ce mardi 3 janvier lors de la conférence de presse qu'il a donnée à Tripoli.

Comment la Chine fait grimper nos taux d’intérêt

  Comment la Chine fait grimper nos taux d’intérêt Depuis cet été, les taux d’intérêt à long terme ont flambé aux Etats-Unis, passant de près de 1,3 à 2,6%, mais aussi en Europe (de 0,1% à 0,7% en France). Un phénomène largement attribuable à la perspective d’un regain d’inflation et de plusieurs tours de vis monétaires aux Etats-Unis. Mais pas que. Il est aussi lié aux agissements de Pékin. A lire aussi Taux de crédits immobiliers : ils vont remonter cet hiver, merci Donald Trump ! La hausse des taux pourrait coûter aux contribuables 9 milliards d'euros par an "Un krach sur les obligations aurait des conséquences incalculables" Alors que le yuan, la devise de l’Empire du milieu, s’est nettement affaibli face au dollar depuis 2014 (-13% en 3 ans), sur fond de renforcement de l’économie américaine et de doutes sur celle de la Chine ( montée de la dette , transition délicate d’un modèle basé sur les investissements et les exportations à un modèle fondé sur la consommation des ménages , craintes d’atterrissage brutal de la croissance ), Pékin a en effet décidé de prendre le taureau par les cornes. Pour freiner l’effritement continu de sa monnaie, le pays se déleste de nombreux titres d’emprunts d’Etat américains, ce qui a pour effet de soutenir le yuan, mais aussi de faire grimper les taux d’intérêt à long terme aux Etats-Unis. >>> Vidéo.

Page non trouvée. Vous avez manuellement saisi une URL ou utilisé un signet ? Merci de vérifier vos sources ou mettez à jour votre bookmark. Réorientez-vous grâce au plan de site ci-dessous. Colère policière : comment l ' exécutif gère le dossier.

Hongrie Inde Indonésie Iran Iraq Irlande Islande Italie Jamaïque Japon Java Jordanie Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kiribati Koweït La Réunion (Île De ) Laos Le Monde Entier Les Seychelles Lesotho Lettonie Liban Liberia Libye Liechtenstein Lituanie Luxembourg Macédoine Madagascar Madère

El-Kouni est originaire du sud et représentait les Touaregs au Conseil présidentiel. Un conseil composé de neuf membres choisis en obéissant à un équilibre géographique. En démissionnant, il admet son échec et celui du gouvernement el-Sarraj. « Nous endossons la responsabilité de tout ce qui s'est passé au cours de l'année précédente : les violences, les meurtres, les viols... Quelle que soit l'ampleur du crime, nous sommes responsables », a-t-il assumé.

L'exécutif dirigé par Fayez el-Sarraj et soutenu par l'ONU, n'a jamais réussi à asseoir son pouvoir en Libye et n'a pas eu l'aval du Parlement qui lui donne sa légitimité. A l'intérieur même de cet exécutif, les décisions sont contradictoires et sont parfois prises sans concertation.

La démission de Moussa el-Kouni a mis en lumière une autre démission, plus grave, et passée sous silence, celle du ministre de l'Intérieur El Aref El Khouja, parti aussitôt en Tunisie.

Bruxelles valide le sauvetage d'Areva .
La Commission impose que le financement ne sera débloqué qu'après le feu vert de l'ASN pour la cuve de l'EPR de FlamanvillePour la Commissaire à la concurrence Margrethe Vestager, "le plan assure un juste équilibre entre les actions requises pour améliorer la compétitivité du groupe et la nécessité de limiter les distorsions de concurrence engendrées par lefinancement public". La Commission avait démarré une enquête approfondie en juillet 2016 après la notification de l'opération par Paris.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!