Monde Birmanie : le silence d'Aung San Suu Kyi sur la tragédie vécue par une minorité musulmane

20:15  11 janvier  2017
20:15  11 janvier  2017 Source:   lefigaro.fr

Birmanie : des policiers arrêtés après des violences sur les Rohingyas

  Birmanie : des policiers arrêtés après des violences sur les Rohingyas VIDÉO - Huit policiers ont été arrêtés après la diffusion d'une vidéo montrant les forces birmanes maltraitant des villageois de cette minorité musulmane. © Amnesty International/AP Fuyant la Birmanie, des Rohingyas traversent la frontière pour se réfugier au Bengladesh. C'est une première. La Birmanie a lancé une enquête sur de possibles exactions commises par ses forces de sécurité à l'encontre d'un village Rohingyas, cette minorité vivant dans l'Ouest du pays. Les accusations de ce type sont régulières, mais ont toujours été niées par les autorités.

Le 29 décembre dernier, Aung San Suu Kyi a en effet été accusée par onze autres «Nobel de la paix» et une douzaine de personnalités internationales de passivité, sinon de complicité par le silence dans « la tragédie humaine

Le gouvernement d ' Aung San Suu Kyi dément. L'ONU n'a pas mâché ses mots. Ce vendredi, le représentant des Nations unies au Bangladesh a déclaré que la Birmanie a entrepris une campagne de «nettoyage ethnique» contre la minorité des musulmans rohingyas.

Prix Nobel de la paix en 1991, la «Dame de Rangoun», qui dirige le pays aux côtés des militaires, est critiquée pour ne pas prendre position sur les exactions commises par l'armée sur les Rohingyas. Considérés comme des étrangers dans ce pays bouddhiste, ils n'ont pas accès au marché du travail, aux écoles, aux hôpitaux...

figarofr: Aung San Suu Kyi durant une cérémonie de Réconciliation et de Paix, à Naypyitaw, le 1er janvier 2017. © Aung Shine Oo/AP Aung San Suu Kyi durant une cérémonie de Réconciliation et de Paix, à Naypyitaw, le 1er janvier 2017.

Face à l'horreur, le silence peut être assourdissant. Surtout quand tout un pays, voire une partie du monde, attend avec impatience une parole, aussi bénigne soit-elle. L'icône birmane Aung San Suu Kyi, autrefois opposante, devenue de facto premier ministre du pays, devrait le savoir mieux que quiconque. Dans le passé, la lauréate du prix Nobel de la paix en 1991 savait que le moindre de ses mots pouvait faire trembler le régime dictatorial en place en Birmanie. Près d'un quart de siècle plus tard, la «Dame de Rangoun», passée du rôle d'opposante à dirigeante, semble confrontée à la dure loi de la realpolitik.

Pour Scorsese, "nous ne devrions pas abandonner la spiritualité"

  Pour Scorsese, Pour Scorsese, "nous ne devrions pas abandonner la spiritualité""J'ai pensé que cette histoire pourrait ouvrir un dialogue" sur "la spiritualité", la "nature spirituelle de l'être humain", a ajouté le cinéaste de "La Dernière tentation du Christ". "Je pense que c'est quelque chose que nous ne devrions pas abandonner, et dont ne devrions pas être si certains qu'elle n'existe pas".

Le silence d ' Aung San Suu Kyi sur la tragédie Rohingyas fait écho à l'ambiguïté entretenue par son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Lors des élections de 2015, il a refusé de présenter des candidats musulmans , bien qu'il en compte comme cadres régionaux.

Aung San Suu Kyi , idole déchue ? Universités et défenseurs des droits de l'Homme s'indignent. 87 000 membres de la minorité musulmane birmane se sont exilés depuis le 25 août en raison des affrontements entre militaires et le bras armé des Rohingyas.

Si la communauté internationale louait, jadis la parole de cette femme charismatique, nombreux sont ceux à critiquer son silence aujourd'hui devant le sort réservé à la minorité musulmane des Rohingyas, en Birmanie. Le 29 décembre dernier, Aung San Suu Kyi a en effet été accusée par onze autres «Nobel de la paix» et une douzaine de personnalités internationales de passivité, sinon de complicité par le silence dans «la tragédie humaine, le nettoyage ethnique et les crimes contre l'humanité» dont est victime cette ethnie, considérée comme l'une des plus persécutées au monde.

Considérés comme des étrangers en Birmanie, pays à plus de 90% bouddhiste, les Rohingyas sont apatrides même si certains vivent dans le pays depuis des générations. Ils n'ont pas accès au marché du travail, aux écoles, aux hôpitaux et la montée du nationalisme bouddhiste ces dernières années a attisé l'hostilité à leur encontre. Ces dernières semaines, près de 50.000 personnes appartenant à cette minorité musulmane persécutée ont fui une opération de l'armée birmane dans le nord-ouest du pays, lancée en réponse à l'attaque de postes frontières par des groupes d'hommes armés. Arrivés au Bangladesh, ces réfugiés ont dénoncé des exactions de la part de l'armée birmane: viols collectifs, meurtres, tortures...

Le rallye de Monte-Carlo frappé par le deuil

  Le rallye de Monte-Carlo frappé par le deuil La triste nouvelle est tombée vendredi matin Grièvement blessé jeudi suite à la sortie de route de Hayden Paddon, le spectateur fauché par le bolide du Néo-Zélandais a perdu la vie. Ce devait être la fête ce week-end, aux alentours de Gap, pour le retour sur le devant de la scène du WRC. La nouvelle saison de rallye commençait, avec son lot d'incertitudes, notamment autour du grand patron de la discipline, Sébastien Ogier, passé de Volkswagen à M-Sport. Mais tout a basculé dès la première spéciale, à l'occasion d'une sortie de route de Hayden Paddon.

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi s'est vue attribuer une distinction honorifique par la Cité de Londres, tandis que des manifestants protestaient à proximité contre le sort réservé à la minorité musulmane Rohingya.

Birmanie : le silence d ' Aung San Suu Kyi sur la tragédie vécue par une minorité musulmane . Birmanie : l 'ONU alerte sur un «nettoyage ethnique» des Rohingyas. Birmanie : la défiance d ' Aung San Suu Kyi . Au Bangladesh, les Rohingyas organisent leur survie.

Les signataires de cette lettre adressée au Conseil de sécurité de l'ONU - parmi lesquels figurent Malala Yousafzai, Shirin Ebadi et l'ex-premier ministre italien Romano Prodi -, «se disent déçus de ce que malgré des appels répétés à Aung San Suu Kyi, [celle-ci] n'ait pas pris d'initiative pour garantir la citoyenneté pleine et entière aux Rohingyas». L'icône birmane de la démocratie «est la dirigeante et c'est elle qui a la responsabilité première de diriger avec courage, humanité et compassion», soulignent-ils.

Une démocratie instable

Alors pourquoi Aung San Suu Kyi, qui a lutté pendant trente ans pour l'instauration d'une démocratie en Birmanie au péril de sa vie, de sa santé et de sa famille, ne condamne-t-elle pas publiquement ces exactions? Dans les faits, la «Dame de Rangoun» est bien premier ministre de fait et ministre des Affaires étrangères, et son parti, la LND, contrôle les deux chambres du Parlement depuis son triomphe aux élections de novembre 2015. Mais l'armée n'est pas impuissante face à la démocratie naissante: forte de ses 500.000 hommes, elle contrôle toujours 25% des deux chambres en vertu de la Constitution de 2008, ainsi que les ministères de la Défense, de l'Intérieur et des Frontières.

George Michael: en couple avec Fawaz, cherchait-il à reconquérir son ex Kenny ?

  George Michael: en couple avec Fawaz, cherchait-il à reconquérir son ex Kenny ? Qui était vraiment le dernier amoureux du chanteur?« Last Christmas, I gave you my heart… » Depuis 1986, le refrain déboulait sur les ondes, à l’approche de Noël. Effet boule de neige : à la mélodie délicieusement sirupeuse et au texte doux-amer, s’ajoutaient les souvenirs d’un clip pudding, tourné sur les cîmes de Saas-Fee, en Suisse. « A Noël dernier, je t’ai offert mon cœur… » Le 25 décembre dernier, ces mots ont résonné d’autant plus fort que leur interprète ne les prononcera plus jamais. Georgios Kyriacos Panayiotou, dit George Michael, est mort. A seulement 53 ans.

Après les violences perpétrées contre la minorité musulmane rohingya, qui ont fait 400 morts en Birmanie , le prix Nobel de la paix Malala Yousafzai a appelé son homologue Aung San Suu Kyi à condamner le massacre.

Birmanie : Aung San Suu Kyi , l’icône démocrate, silencieuse face à l’armée. La Birmanie isolée sur la question des Rohingya. La répression de la minorité musulmane tend les rapports avec les pays voisins.

Aung San Suu Kyi craindrait donc de s'opposer ouvertement aux velléités bellicistes de la junte militaire encore au pouvoir. Une attitude trop véhémente pourrait en effet saper la transition démocratique en cours, et annihiler tous les progrès réalisés depuis quelques années. La poursuite de la démocratisation se ferait donc aux dépens de la vie des 1,3 million de Rohingyas vivant dans le nord du pays. La «Dame» se serait donc rangée aux côtés de la majorité bouddhiste, à laquelle elle appartient. Certains lui avaient reproché de ne pas avoir nommé de Rohingyas comme candidat de son parti aux législatives, et d'être restée silencieuse - déjà - durant toute la campagne sur le sort réservé aux membres de cette ethnie.

Fin 2016, Amnesty International a publié un rapport qui laisse guère de doutes sur les pratiques opérées au nord-ouest du pays par l'armée birmane. Attaques de villages, viols, séquestrations, arrestations arbitraires ou tortures sont le lot ordinaire de nombreux Rohingyas pris au piège. Le gouvernement argue pourtant que ces accusations sont montées de toutes pièces et a lancé une commission chargée d'étudier les allégations. Dans un rapport intérimaire, il a démenti les accusations de «génocide» et de «persécution religieuse» contre cette ethnie musulmane. Des allégations que n'a pas commentées non plus la «Dame de Rangoun»...

La concentration "indécente" de la richesse dénoncée par une ONG .
Huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, une situation "indécente" qui "exacerbe les inégalités", dénonce l'ONG britannique Oxfam dans un rapport publié en amont du World Economic Forum (WEF) qui s'ouvre mardi à Davos."Il est indécent que tant de richesses soit concentrée dans les mains d'une si infime minorité, quand on sait qu'une personne sur dix dans le monde vit avec moins de 2 dollars par jour", affirme la porte-parole d'Oxfam France Manon Aubry, citée dans le communiqué.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!