Monde RDC: pourquoi le chef de la police de Kinshasa a-t-il été suspendu?

09:05  19 avril  2017
09:05  19 avril  2017 Source:   RFI

Un centenaire en maison de retraite "disparaît": la police le retrouve... dans le lit d'une voisine

  Un centenaire en maison de retraite Un centenaire, résidant avec son épouse également centenaire en maison de retraite à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), a créé l'émoi mercredi: signalé "disparu" pendant plusieurs heures, il a finalement été retrouvé par la police "paisiblement endormi" dans le lit d'une autre résidente, a-t-on appris de source policière jeudi. L'alerte avait été donnée à 23H00 par la direction de l'établissement: l'homme, tout juste âgé de 100 ans, avait disparu selon elle à 20H30.Sept fonctionnaires de police sont dépêchés sur les lieux et fouillent minutieusement la maison de retraite (dont le nom n'a pas été divulgué).

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n' est plus active, mais ne vous inquiétez pas, des centaines d'autres sont disponibles sur notre homepage! Retour sur la page d'accueil.

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut- être été redémarré depuis votre dernière requête.

En RDC, le chef de la police de Kinshasa, Célestin Kanyama, vient d'être suspendu et remplacé temporairement par le colonel Elvis Pangala Nawej. Le général Kanyama est pourtant un personnage clef du dispositif sécuritaire congolais. Officiellement il n'y a aucune explication à cette mise à l'écart.

Ces dernières années Célestin Kanyama était devenu le visage de la police de Kinshasa. Il était très visible et très impliqué dans plusieurs opérations de répression de la délinquance dans la capitale de la RDC. Appelées « Likofi », ces opérations lui ont valu les compliments des autorités congolaises ; mais, par contre, les critiques acerbes des organisations de protection des droits de l'homme pointant des cas d'exécutions extrajudiciaires.

Combats dans la vieille ville de Mossoul, l'offensive dans son 7e mois

  Combats dans la vieille ville de Mossoul, l'offensive dans son 7e mois Les forces irakiennes ont gagné du terrain lundi lors de combats dans la vieille ville de Mossoul, où les opérations pour reprendre aux djihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) leur "capitale" irakienne sont entrées dans leur septième mois, a déclaré un porte-parole de l'armée.Une épaisse fumée noire s'élevait de la vieille ville, aux abords de la grande mosquée Al Nouri, où le chef de l'EI, Abou Bakr al Baghdadi, a proclamé un "califat" s'étendant sur des régions entières d'Irak et de Syrie, après la chute de la ville en juin 2014.

Le serveur mySQL-1 est down en ce moment, merci de revenir dans quelques minutes

Site en maintenance

Sanctions internationales

Déploiement de la police congolaise à Kinshasa. © Naashon Zalk/Bloomberg via Getty Images Déploiement de la police congolaise à Kinshasa.

A partir de janvier 2015, Célestin Kanyama est impliqué dans la répression des manifestations de l'opposition. Là encore, les Etats Unis et l'Europe l'accusent d'un usage excessif de la force, et lui imposent des sanctions, d'abord en juin puis en décembre 2016. Mais, selon plusieurs sources à Kinshasa cette suspension n'aurait aucun lien avec ces critiques internationales.

Lutte de pouvoir

C'est plutôt un conflit interne à la police qui pourrait être à l'origine de la mise à l'écart de Célestin Kanyama. Certains évoquent une lutte de pouvoir en ce moment au sein des forces de sécurité. Une lutte de pouvoir entre des rwandophones réputés proches du président Joseph Kabila et les autres ethnies du pays. Célestin Kanyama originaire du Kasaï aurait pu en être victime. Est évoqué aussi un désaccord possible avec son supérieur direct, le chef de la police congolaise, le général Charles Bissengimana.

Faits divers - Décès de deux nouveau-nés : enquête ouverte au CHRU de Nancy .
Deux bébés prématurés sont décédés mardi à Nancy (Meurthe-et-Moselle). La police judiciaire va enquêter. © Wikimedia/Speculos La police va enquêter après la mort de deux bébés mardi au CHRU de Nancy. Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte mardi à la suite du décès de deux nouveau-nés au CHRU de Nancy, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!