Monde Mali: cinq soldats tués par des jihadistes, la France neutralise des "terroristes"

21:05  19 avril  2017
21:05  19 avril  2017 Source:   AFP

Nigeria: 13 morts après de nouvelles attaques de Boko Haram

  Nigeria: 13 morts après de nouvelles attaques de Boko Haram Le groupe islamiste s'est attaqué à des civils et des soldats samedi et dimanche dans le nord-est du pays. © HO / BOKO HARAM / AFP Illustration. Le groupe islamiste nigérian Boko Haram a prêté allégeance à Daech en 2015. Week-end sanglant dans le nord-est du Nigeria. Les islamistes de Boko Haram ont tué huit civils et cinq soldats dans deux attaques distinctes, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n'est plus active, mais ne Colocation - Paris - Ile De France - Colocation - 430€ h.c

Cinq soldats maliens ont péri mardi dans une attaque jihadiste dans la région de Tombouctou, au nord du Mali , selon Bamako, la France annonçant que sa force Barkhane avait neutralisé une dizaine de " terroristes ".

Des militaires maliens lors d'une visite du président français François Hollande à Gao, le 13 janvier 2017 © Fournis par AFP Des militaires maliens lors d'une visite du président français François Hollande à Gao, le 13 janvier 2017

Cinq soldats maliens ont péri mardi dans une attaque jihadiste dans la région de Tombouctou, au nord du Mali, selon Bamako, la France annonçant que sa force Barkhane avait neutralisé une dizaine de "terroristes".

L'attaque a visé un "détachement des Forces armées maliennes basé à Gourma Rharous", une localité d'accès difficile située à quelque 120 km à l'est de Tombouctou, selon un communiqué du gouvernement malien.

L'assaut a été mené "par un groupe terroriste aux environs de 05H00 du matin" (heure locale et GMT), elle "a occasionné la mort de cinq soldats et une dizaine de blessés", a ajouté le gouvernement, sans identifier de groupe en particulier.

Egypte: les autorités démantèlent un camp d'entraînement jihadiste

  Egypte: les autorités démantèlent un camp d'entraînement jihadiste Les autorités égyptiennes ont indiqué avoir démantelé une cellule d’entraînement de terroristes dans un camp au sud du pays. Une découverte réalisée grâce à l’identification du kamikaze auteur de l’attentat contre l’église copte d’Alexandrie du dimanche des Rameaux. Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti Mahmoud Hassan Moubarak, le kamikaze de l’église d’Alexandrie, s’est avéré être originaire de la province de Qena, située à plus 800 kilomètres au sud du port méditerranéen. Un paradoxe qui a poussé les services de sécurité à lancer une vaste opération dans les montagnes désertiques de la province de Haute-Egypte.

Agenda des événements de la bande dessinée : Tous les événements de la bande dessinée

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

L'attaque avait été rapportée plus tôt mardi à l'AFP par le porte-parole de l'armée malienne, le colonel Diarran Koné, qui avait parlé de "pertes en vies humaines et en matériel du côté des forces armées et de sécurité".

Une source locale avait parlé de quatre soldats tués, bilan également évoqué dans un communiqué par l'état-major de l'armée française, en attribuant l'attaque à "un groupe armé terroriste".

Les soldats maliens, qui ont mis "hors de combat plusieurs assaillants", ont transmis "une alerte à (la force française) Barkhane afin de déclencher une mission d'appui", a expliqué l'état-major français.

En réponse, Barkhane a envoyé "un module d'intervention" de combat aérien et aéroporté avec "un détachement de commandos de montagne". Les Français ont repéré "les terroristes en fuite à une trentaine de kilomètres du lieu de l'attaque" et neutralisé "deux pick-up dérobés et lourdement armés, ainsi qu'une dizaine de terroristes", selon le communiqué, qui n'a pas précisé si les "terroristes" neutralisés avaient été tués ou blessés.

La méga-bombe américaine a tué au moins 90 jihadistes en Afghanistan, selon les autorités locales

  La méga-bombe américaine a tué au moins 90 jihadistes en Afghanistan, selon les autorités locales Le gouverneur de la région visée assure que "trois tunnels dans lesquels les combattants avaient pris position" ont également été détruits.La "mère de toutes les bombes" a causé de gros dommages chez les jihadistes. Au moins 90 combattants du groupe Etat islamique (EI) ont été tués par la méga-bombe américaine, larguée jeudi, contre des positions de l'EI dans l'Est de l'Afghanistan, selon des responsables afghans, cités samedi 15 avril par l'AFP. Les précédents bilans avancés faisaient état d'une trentaine de victimes dans les rangs jihadistes.

Tendances du catalogue printemps-été 2017 de Zara Home. Choisissez la décoration intérieure, tapis, linge de maison, bain ou lit parfaits pour votre maison !

Le mode maintenance est actif. Le site sera bientôt disponible.

De même source, "le militaires maliens blessés ont été évacués par la Minusma (Mission de l'ONU au Mali). Les blessés les plus graves ont été pris en charge par les équipes médicales de Barkhane" à Gao (nord-est).

La Minusma a fait également état d'une attaque mardi vers 04H00 GMT contre un véhicule d'un de ses convois logistiques, qui a "heurté un engin explosif improvisé ou une mine, à environ 30 km au sud de Tessalit" (nord-est), "le bilan préliminaire est de trois blessés graves, dont deux Casques bleus et un civil".

"Il n'y a presque pas un jour où l'on ne reçoit pas de rapports sur des actes abominables de terrorisme commis par les ennemis de la paix et les ennemis de ce pays et de son peuple", s'est indigné le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Ces jihadistes en ont été en grande partie chassés par une opération militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières du pays échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, régulièrement visées par des attaques malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes.

Afghanistan: les talibans sèment la mort dans un camp militaire .
Le bilan s'est alourdit dans le nord de l'Afghanistan, près de Mazar-e-Charif, après l'attaque d'une base militaire afghane, revendiquée par un commando taliban. Il y aurait plus de 100 morts - jusqu'à 140 selon Reuters - et de nombreux blessés selon les autorités. Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali Des murs de béton criblés de balles, couverts de grandes traces de sang Ces images de la base militaire de Balkh sont rediffusées depuis ce matin sur les chaines de télévisions afghanes.Depuis l'attaque perpétrée hier par un commando taliban, les réactions se multiplient les condamnations.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!