Monde Kenya : le président en tête, l'opposition rejette les résultats

09:20  09 août  2017
09:20  09 août  2017 Source:   France 24

Rwanda : Paul Kagame réélu président avec plus de 98% des voix

  Rwanda : Paul Kagame réélu président avec plus de 98% des voix La victoire de président sortant ne semblait faire aucun doute depuis le plébiscite par référendum d'une modification de la Constitution lui permettant de briguer un nouveau mandat de 7 ans. © Fournis par Francetv info Nouveau mandat pour Paul Kagame. Le chef de l'État sortant, qui dirige le Rwanda d'une main de fer depuis 23 ans, a obtenu une victoire écrasante à l'élection présidentielle, en étant réélu avec plus de 98% des voix, selon des résultats partiels divulgués samedi 5 août.

Cette page n'est pas visible actuellement. CONSULTEZ LE SITE DU SERVICE DE LA FORMATIOn Continue.

Il n'existe pas de document avec cet identifiant.

Les opérations de dépouillement ont commencé dès mardi soir. © Fredrik LERNERYD, AFP Les opérations de dépouillement ont commencé dès mardi soir.

L'opposition kényane a annoncé mercredi qu'elle rejetait les résultats provisoires de l'élection présidentielle donnant son candidat Raila Odinga nettement devancé par le chef de l'État sortant, Uhuru Kenyatta.

Le chef de file de l'opposition au Kenya, Raila Odinga, a rejeté mercredi 9 août les résultats provisoires de l'élection publiés mardi soir par la commission électorale, qui attribuent au président sortant Uhuru Kenyatta 55% des suffrages. "Ils sont fictifs, ils sont faux", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, ajoutant que la commission électorale n'avait pas respecté l'obligation de fournir les formulaires de certification des résultats, signés par des observateurs des partis dans chaque bureau de vote.

Élections au Kenya : la peur silencieuse des habitants de Kibera, l'épicentre des violences post-électorales de 2007

  Élections au Kenya : la peur silencieuse des habitants de Kibera, l'épicentre des violences post-électorales de 2007 Au Kenya, des élections générales se tiennent mardi, 10 ans après les violences post-électorales de 2007 qui avaient fait 1 200 morts. Le bidonville de Kibera, à Nairobi, avait été l’épicentre des violences. © Fournis par Francetv info Dix ans après les pires violences électorales de l'histoire du Kenya, près de 20 millions de Kényans sont appelés aux urnes mardi 8 août pour les élections générales. Ils doivent élire leurs président, gouverneurs, députés, sénateurs, élus locaux et représentantes des femmes à l'assemblée.

Cette page n'existe pas.

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l'immobilier.


La commission électorale a publié un décompte partiel portant sur près de trois quarts des bureaux de vote, qui crédite d'une avance confortable le président sortant Uhuru Kenyatta, avec 55% des voix, contre 44% pour Raila Odinga. L'opposant a rejeté ce décompte, jugeant suspect le maintien du score du Kenyatta à un niveau constant à mesure que le dépouillement se poursuivait et a estimé les chiffres contraires aux projections de son propre parti. "Nous avons des projections de nos agents qui montrent que nous sommes loin devant", a-t-il déclaré.


La loi kenyane précise que les résultats de chaque bureau doivent être enregistrés sur un formulaire signé par les observateurs de chaque parti, puis publiés en ligne par la commission. La mesure est destinée à éviter les fraudes et à permettre aux partis des contre-vérifications.

Raila Odinga, en lice aux deux précédentes élections du pays, est sorti perdant des deux scrutins, des défaites qu'il a attribuées à la fraude électorale. En 2007, Raila Odinga avait contesté le résultat - la victoire de Mwai Kibaki - et appelé à des manifestations. Plus de 1 200 personnes avaient trouvé la mort dans les affrontements ethniques qui avaient suivi. En 2013, la contestation est restée pacifique, l'opposant choisissant la voie des tribunaux.

Avec Reuters

Présidentielle au Kenya: Odinga saisit la justice .
L'opposant Raila Odinga, qui conteste la victoire du président sortant, Uhuru Kenyatta, à la présidentielle du 8 août, a annoncé qu'il allait saisir la Cour suprême. Cette décision, attendue depuis des jours, écarte un peu plus le risque de violences. © SIMON MAINA/AFP Le leader de l'opposition, Raila Odinga, le 16 août 2017 à Nairobi. Après des jours à laisser planer le doute, Raila Odinga a enfin tranché. Mercredi, l'opposant kényan a annoncé son intention de saisir la Cour suprême pour contester l'issue de l'élection présidentielle.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!