Monde Kenya : des violences font trois morts, dont un enfant, au lendemain de la réélection du président Uhuru Kenyatta

17:50  12 août  2017
17:50  12 août  2017 Source:   Franceinfo

Présidentielle au Kenya : le sortant Kenyatta proclamé vainqueur face à Odinga

  Présidentielle au Kenya : le sortant Kenyatta proclamé vainqueur face à Odinga Uhuru Kenyatta a été proclamé vendredi vainqueur de l'élection présidentielle organisée mardi au Kenya. Le président sortant a obtenu 54,27 % des voix contre 44,74 % pour son rival Odinga, d'après la commission électorale kényane. La commission électorale a proclamé vendredi 11 août le président sortant, Uhuru Kenyatta, vainqueur de l'élection présidentielle organisée mardi au Kenya. Il a obtenu, d'après les résultats définitfs, 54,27 % des suffrages exprimés, contre 44,74 % pour le chef de l'opposition, Raila Odinga."Nous sommes amis, pas ennemis", a t-il tweeté à l’adresse de ses opposants, affirmant tendre la main à ses anciens adversaires.

Brune au gros cul qui se fait baiser. Plan à trois Hardcore pour une teen affamée.

Cette page n'est pas visible actuellement. The Centre d’études interdisciplinaires sur le développement de l ’ enfant et sa

Les soutiens de l'opposition, qui dénoncent une "mascarade", ont manifesté leur colère dans la nuit de vendredi à samedi.

  Kenya : des violences font trois morts, dont un enfant, au lendemain de la réélection du président Uhuru Kenyatta © Fournis par Francetv info

Au moins trois personnes sont mortes, dont un enfant, depuis l'annonce de la réélection du président Uhuru Kenyatta, vendredi 11 août. Sitôt la proclamation par la Commission électorale (IEBC) de la réélection d"Uhuru Kenyatta, 55 ans, pour un second mandat de cinq ans, des violences ont éclaté dans les bastions de l'opposition, qui a dénoncé "une mascarade". Les soutiens de l'opposition ont laissé éclater leur colère, dans l'ouest du pays et dans plusieurs bidonvilles de Nairobi, tels Kibera, Mathare ou Kawangware.

Au Kenya, vent de violence après la réélection de Kenyatta

  Au Kenya, vent de violence après la réélection de Kenyatta Au Kenya, vent de violence après la réélection de Kenyatta © Fournis par www.challenges.fr La police kenyane a bien du mal à maîtriser la situation, alors que l'opposition conteste les résultats de la présidentielle. Des incidents ont éclaté depuis la proclamation de la réélection de Kenyatta, vendredi soir dernier.Des violences postélectorales ont fait au moins onze morts au Kenya après la proclamation de la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, confirmée samedi matin par un groupe d'observateurs indépendants.

Veuillez saisir le code pour accéder au lien de téléchargement.

violences sexuelles.

Un enfant de 9 ans victime d'une balle perdue

A Kisumu (ouest), "nous avons une personne tuée et quatre autres admises à l'hôpital avec des blessures par balle", a déclaré à l'AFP le Dr Ojwang Lusi, responsable de la santé pour le comté. Dans le comté voisin de Siaya, un haut responsable policier a aussi confirmé la mort d'une personne : "Nous n'avons pas réussi à récupérer le corps de ce chauffeur de taxi-moto à cause de la résistance des manifestants" sur place.

A Nairobi, dans le bidonville de Mathare, c'est un enfant de 9 ans qui a été tué par balle, samedi matin, alors qu'il se trouvait sur un balcon au quatrième étage d'un immeuble, a rapporté un journaliste de l'AFP sur place. Médecins sans frontières (MSF) a par ailleurs annoncé avoir traité 19 blessés depuis vendredi soir dans ce même bidonville.

Les troubles ont repris samedi matin à Kisumu et dans ses environs, où les manifestants ont bloqué plusieurs axes routiers. A Kibera, des jeunes manifestants ont également commencé à allumer des feux et à bloquer des rues dans la matinée, avant d'être pourchassés par la police. La même scène a été observée à Mathare par un journaliste de l'AFP.

Violences à Charlottesville : le message inspirant de Barack Obama sur Twitter .
Difficile de réaliser que de tels événements se produisent encore dans le monde en 2017. Ce samedi 12 août, aux Etats-Unis, membres du Ku Klux Klan, militants nationalistes et manifestants néo-nazis se sont réunis près de l’Université de Virginie lors du rassemblement d’extrème droite "Unite The Right". Armée de torches, la foule scandait des slogans racistes tout en faisant le salut nazi pour protester contre le retrait d’une statue du général Robert Lee de l’Emancipation Park. Durant la guerre de Sécession (1861-1865), le général Lee était notamment à la tête des armées de la Confédération, dont le régime était favorable à l'esclavage.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!