Monde Ankara achète à Moscou des systèmes antiaériens S-400

16:47  12 septembre  2017
16:47  12 septembre  2017 Source:   RFI

Diplomatie: Tillerson rencontrera Lavrov à New York dimanche

  Diplomatie: Tillerson rencontrera Lavrov à New York dimanche Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson va rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov dimanche à New York, avant le début de l'assemblée générale des Nations unies et alors que les relations entre Washington et Moscou sont au plus bas. M. Tillerson devait rencontrer M. Lavrov à la mission russe auprès de l'ONU à 21H00 (01H00 GMT lundi), selon son agenda actualisé.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayip Erdogan ont évoqué leurs de leur rencontre à Moscou le 10 mars la possibilité de livraisons à Ankara de systèmes antiaériens et antimissiles S - 400 ; une information qui n’a été rendue publique qu’une semaine plus tard

Zapmeta accès refusé. Nos systèmes ont détecté un trafic exceptionnel sur votre réseau informatique. S'il vous plaît nous contacter par e-mail si vous avez des questions.

C'est une décision stratégique et qui n'est pas sans poser des questions : la Turquie vient d'annoncer qu'elle avait signé avec la Russie, un contrat « majeur » portant sur l'acquisition de missiles de défense aérienne S-400.

Système antiaérien russe S-400 en démonstration à Moscou en mai 2017.© Alexander NEMENOV / AFP Système antiaérien russe S-400 en démonstration à Moscou en mai 2017.

Il y a quatre ans, premier coup de semonce, les Turcs avaient annoncé leur intention d'acheter des missiles chinois HQ-9 pour la défense de leur territoire. Levée de bouclier de l'Otan, qui s'interrogeait à l'époque sur la compatibilité de ces missiles au sein de l'architecture de défense de l'Alliance. A présent, Ankara, confirme l'achat de missiles russes S-400. Les mêmes que ceux qui sont déployés dans l'enclave russe de  Kaliningrad, en Crimée ou bien encore en Syrie.

Maintenir le contact avec la Turquie, malgré Erdogan

  Maintenir le contact avec la Turquie, malgré Erdogan Editorial. L’UE doit passer outre les insultes et les provocations du président turc à son égard pour garder des liens avec une puissance économique et démographique incontournable. © AP Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le président turc Recep Tayyip Erdogan, à Ankara le 14 septembre. Editorial du « Monde ». Dans leurs relations avec la Turquie de Recep Tayyip Erdogan, les Européens font face à cette impitoyable réalité : le président turc est incontournable.

Ainsi, la coopération entre Moscou et Ankara en matière de fabrication de systèmes antiaériens est « une perspective bien réelle ». Après l'Inde, la Turquie a confirmé son intention d' acheter des systèmes antiaériens S - 400 à la Russie.

Le conseiller du président russe pour la coopération militaro-technique, Vladimir Kojine, a annoncé que Moscou et Ankara étaient parvenus à un accord sur la vente de systèmes de défense antiaérienne S - 400 à la Turquie.

Ces batteries de missiles permettent de « sanctuariser » de larges territoires, créant des bulles de protections constituées de radars et de missiles de 400 km de portée qui ne peuvent être pénétrés qu'au prix de lourdes pertes. Moscou a développé ces systèmes (S-300 et S-400) afin de contrer la puissance expéditionnaire occidentale, aprés l'épisode du Kosovo en 1999, où les Russes n'avaient pas pu s'opposer aux bombardements de l'Otan.

Alliances et dépendances

A l'avenir, et en fonction de leur nombre, les S-400 pourraient constituer la colonne  vertébrale de la défense aérienne turque, renforçant la position de  Moscou comme un allié stratégique dans la région. Chaque semaine des navires russes transitent par le Bosphore. De son côté, la Turquie compte sur la Russie pour ses approvisionnements en gaz. La destruction par la chasse turque en 2015 d'un chasseur-bombardier russe opérant en Syrie a été vité oubliée.

Manœuvres militaires musclées de l'armée russe aux portes de l'UE

  Manœuvres militaires musclées de l'armée russe aux portes de l'UE L'armée russe a opéré jeudi de vastes manœuvres militaires avec le Bélarus aux portes de l'Union européenne. Elles sont "purement défensives", selon Moscou. Certains membres de l'Otan y voient une démonstration de force. Opération intimidation. La Russie a lancé aux portes de l'Union européenne, jeudi 14 septembre, de vastes manœuvres militaires conjointes avec le Bélarus, assurant qu'elles n'étaient dirigées "contre aucun pays", malgré les craintes de certains membres de l'Otan.

Sécurité des systèmes d'information. Tribologie. Environnement.

Liseuse documents eyrolles.

Depuis, Ankara s'est agacé du soutien américain aux milices kurdes syriennes. Au printemps dernier, les marines russes et turques ont participé à des manoeuvres militaires communes en mer Noire. Et, en juillet dernier, la participation turque aux exercices de l'Alliance en mer Noire a été timide. L'Otan stocke toujours des armes nucléaires sur ses bases en Turquie, mais a perdu pas mal d'interlocuteurs militaire turcs de haut niveau dans les purges qui ont suivi le coup d'état avorté de 2016.

Aeroflot ne pourra plus limiter le tour de taille de ses hôtesses .
La justice russe a interdit mercredi à la compagnie aérienne publique russe Aeroflot de limiter le tour de taille de ses hôtesses. Saisi par deux hôtesses, le tribunal municipal de Moscou a invalidé un point du règlement de la première compagnie russe datant de 2011 et limitant l'uniforme à 48 en taille russe (large ou 42 dans la plupart des pays européens), a-t-il annoncé dans un communiqué.Il a condamné la société à payer des dommages de 5.000 rouble (73 euros) aux deux femmes pour préjudice moral.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!