Monde La crise politique s'aggrave au Kenya

20:40  11 octobre  2017
20:40  11 octobre  2017 Source:   Liberation

Catalogne : "Cette crise est le signe d'un délitement de la vie politique"

  Catalogne : Une semaine après le référendum d'autodétermination en Catalogne, le professeur à l'Université de Lille, spécialiste de l'Espagne, Stéphane Michonneau, estime que le pays est divisé en trois groupes : les indépendantistes, les anti-indépendantistes et les unionistes. © Fournis par Francetv info De nouvelles manifestations, sont prévues en Espagne, dimanche 8 octobre. A midi à Barcelone, les anti-indépendantistes descendent dans la rue.

Il n'existe pas de document avec cet identifiant.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Des sympathisants de la National Super Alliance (Nasa) et opposants au président sortant, Uhuru Kenyatta, manifestent contre le déroulement des élections, ce mercredi, à Nairobi. © TONY KARUMBA Des sympathisants de la National Super Alliance (Nasa) et opposants au président sortant, Uhuru Kenyatta, manifestent contre le déroulement des élections, ce mercredi, à Nairobi.

Le retrait de Raila Odinga de l’élection présidentielle du 26 octobre et la possible réélection du président sortant, Uhuru Kenyatta, laisse augurer des affrontements devant la justice.

L’appel à la mobilisation nationale n’aura pas rassemblé : seules quelques centaines de supporteurs de l’opposition sont venus manifester dans le centre de Nairobi. Ils répondaient au discours prononcé la veille par leur leader, Raila Odinga, au cours duquel il avait annoncé son retrait de l’élection présidentielle du 26 octobre. La commission électorale, selon lui inféodée au président sortant, allait forcément agir à son encontre le jour du scrutin. «L’équipe qui est à la tête de la commission est composée de criminels. Et ce sont ces mêmes criminels qui vont organiser l’élection du 26 octobre, nous ne pouvons pas y participer», expliquait mardi Kalonzo Musyoka, candidat à la vice-présidence.

Ghassan Salamé veut des élections en Libye d'ici juillet 2018

  Ghassan Salamé veut des élections en Libye d'ici juillet 2018 Le Conseil de sécurité des Nations unies a formellement endossé le plan de l'envoyé spécial des Nations unies en Libye. Ghassan Salamé, nommé en juin dernier, espère mettre un terme à la crise politique qui secoue le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 et promet des élections en 2018. Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau Le pari est ambitieux. L'envoyé spécial des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, espère ni plus ni moins organiser des élections législatives et présidentielles au plus tard en juillet 2018. Dans moins de sept mois.

Nouveau site ! Veuillez désormais taper : www.lyceedelacotiere.fr pour avoir accès à l’Espace Numérique de Travail personnalisé.

Cette page n'existe pas.

Le cortège s’est arrêté devant le siège de la commission électorale kényane protégée par de nombreux policiers lourdement armés, les leaders de la Nasa (National Super Alliance) ont rappelé qu’ils n’accepteraient pas la réélection d’Uhuru Kenyatta, président sortant et seul candidat officiellement en lice pour l’élection, désormais qualifié de dictateur par les soutiens d’Odinga.

Manifs à venir

«Si nous votons le 26 octobre comme c’était initialement prévu, le pays sera coupé en deux. Ce sera une élection pour la région de Kenyatta, pas pour le reste du pays», éructe l’un des supporteurs, pierre à la main, menaçant la police. Malgré la faible mobilisation, la Nasa a annoncé que les manifestations seraient quotidiennes dès la semaine prochaine. «Nous voyons clairement des signes qui montrent que le Kenya est en train de devenir un pays autoritaire. Nous avons déjà vaincu un dictateur par le passé, si Kenyatta devient aussi un dictateur, il aura affaire à nous», explique Simba Arati, député de Nairobi.

Attentat en Somalie: dons de sang et de médicaments, les besoins sont immenses

  Attentat en Somalie: dons de sang et de médicaments, les besoins sont immenses Quatre jours après l'attentat de samedi à Mogadiscio - le plus meurtrier de l'histoire de la Somalie - la mobilisation se poursuit. Avec un bilan d’au moins 300 décès (276 selon le chiffre officiel) et de 300 personnes blessées, les besoins sont immenses. Retrouver d'éventuels survivants, c'est la priorité explique à RFI le chef de la délégation du Comité International de la Croix-Rouge en Somalie, Jordi Rich. « A présent, la priorité est de fouiller les décombres pour tenter de retrouver d'éventuels survivants. J'ai appris ce (mardi) matin qu'une personne avait été retrouvée vivante dans les décombres ».

Pour plus d'informations sur les prochaines sorties de jeux, rendez-vous sur : http://www.zylom.com/uk/blog/coming-soon/.

CETTE PAGE S'EST PERDUE DANS LES LIMBES. La page que vous cherchez n'existe pas. Nous vous prions de bien vouloir nous en excuser. Retour à l'accueil ou Signaler au Webmaster.

Les signes avant-coureurs dont il parle, ce sont les deux lois votées en urgence par le Parlement ce mercredi. La première interdit à la Cour Suprême d’annuler une élection – comme elle l’a fait le 1er septembre. La deuxième prévoit que si une élection était annulée, un second scrutin serait organisé, et que si l’un des deux candidats retirait sa candidature, l’autre obtiendrait automatiquement la victoire. Une situation… semblable à celle que connaît actuellement le pays, depuis le retrait de la candidature de Raila Odinga mardi après-midi. Pas encore votées par le Sénat, il fait peu de doutes que les deux lois seront adoptées dans les jours qui viennent.

Quelle sera alors la suite des événements ? Personne ne semble le savoir. Uhuru Kenyatta, actuel président, a d’ores et déjà annoncé qu’il y aurait bien un vote le 26 octobre. L’opposition, elle, demande un démantèlement de la commission électorale, la nomination d’autres dirigeants et l’organisation d’un nouveau scrutin dans les quatre-vingt-dix jours. De son côté, la commission électorale s’est réunie durant la journée de mercredi mais rien n’a filtré des décisions prises lors de ces rencontres. Il semble dorénavant probable que l’opposition, le parti du président Kenyatta et la commission électorale s’affrontent de nouveau devant la justice…

Angela Merkel accepte de limiter le nombre de réfugiés en Allemagne .
Lors d’une réunion de crise à Berlin entre l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et son allié bavarois CSU, la chancelière a accepté un objectif de plafonnement de 200 000 réfugiés par an. Angela Merkel a accepté dimanche pour la première fois un objectif de plafonnement annuel du nombre de réfugiés acceptés en Allemagne, cédant à la pression de sa famille politique conservatrice qui réclamait un durcissement après les récentes élections législatives. Un projet de compromis conclu lors d’une réunion de crise à Berlin entre l’Union chrétienne-démocrate (CDU) que préside la chancelière et son allié bavarois CSU, prélude à des négociations avec d’autres formations pour trouver une coalition gouvernementa

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!